Anatomie de la fiche Anatomie interactive
Ajouter au bac de lecture

Malourène et les chasseurs de licornes

L’ogre Engoulaffre fait des affaires en or en vendant de la poudre de corne de licorne. Les chasseurs qui la lui fournissent se vantent même de pouvoir attraper autant de licornes qu’ils le veulent.

Mais comment font-ils pour voir ces fabuleux animaux alors que la fée Malourène elle-même n’y a jamais réussi? Quel est donc leur secret?

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Personnage principal, la reine des fées, Malourène, menant une enquête sur les chasseurs de licornes qui se trouvent dans la forêt avoisinante et se questionnant sur l’existence de ces êtres fabuleux que sont les licornes; personnages secondaires, l’ogre Engoulaffre, qui vend la poudre de corne de licorne magique aux hommes de la ville, autres personnages adjuvants tels que le nain Grelu, le crapaud Bardamu, les chasseurs de licornes, des nains, farfadets, lutins, gnomes, fées et citoyens de la ville.

    « Des licornes? Malourène est perplexe. Elle n’a jamais vu de licornes, ni dans ce pays ni ailleurs. Elle pense d’ailleurs que les licornes n’existent pas. » (p. 13)

    « – Malourène, reprend Grelu, il faut faire quelque chose. Nous ne pouvons pas laisser ces pauvres licornes se faire massacrer pour engraisser cet infâme Engoulaffre. » (p. 16-18)

    « Et, tout en riant de plus belle, les chasseurs remplissent des fioles avec leur infâme mixture. » (p. 41)

    « – Mais dis-moi, Bardamu. Une licorne sans corne est-elle toujours une licorne, ou bien n’est-elle plus qu’un cheval? » (p. 56)
     

  • Intrigue captivante et riche en rebondissements, sensibilisant le lectorat au fait que chaque individu a une façon unique de percevoir la réalité; œuvre qui saura séduire le lectorat visé de par les thèmes exploités (p. ex., fabulation, licorne, chasse, imagination, mystère, amitié) et qui les incitera à se questionner sur l’existence des licornes.

    « Et c’est ainsi chaque dimanche. Les chasseurs se rendent dans les bois où ils font grand bruit, puis ils rentrent le soir en fanfaronnant et se rendent chez Engoulaffre pour livrer la précieuse poudre. » (p. 31)

    « Comme Malourène ne dit rien, Bardamu reprend :
    – On peut se contenter d’être ce qu’on a l’air d’être, mais on peut aussi être ce qu’on désire être. Certains chevaux ne sont sans doute que des chevaux, mais d’autres sont des licornes sans corne.  C’est une question de choix, dans le fond. » (p. 57-58)

Présentation

  • Illustrations en noir et blanc, représentant les moments stratégiques de l’intrigue et permettant d’imaginer les personnages et les lieux, soutenant ainsi la compréhension du texte.
  • Caractères d’écriture noirs sur fond blanc; taille de police appropriée au lectorat visé.
  • Mise en page aérée; texte entrecoupé d’illustrations, organisé en chapitres titrés et numérotés; notes de bas de page qui font référence à d’autres aventures de Malourène; table des matières et présentation des œuvres de la même collection à la fin du roman.
  • Dimensions : 11 cm x 18 cm; couverture souple, papier mat.

Langue

  • Registre courant; emploi de mots fréquents et familiers (p. ex., hiver, soleil, apercevoir, chevaux, course) et de plusieurs mots nouveaux (p. ex., cortège, ignoble, infâme, affût, ankylosées) permettant d’enrichir son vocabulaire.
  • Utilisation d’une variété de phrases de types et de formes variés (déclarative, exclamative, interrogative, négative) permettant une lecture dynamique et contribuant à la lisibilité de l’œuvre.

    « L’été tire à sa fin. Les papillons songent à prendre leur retraite, les vers de terre vont à leur enterrement et les nains de jardin font du gras pour passer l’hiver. » (p. 8)

    « – À bas les chasseurs! 
    Les chasseurs? Malourène est très étonnée. Il y a longtemps qu’on n’en a pas vu, pour la bonne raison qu’il n’y a rien à chasser dans la région. » (p. 11) 

    « Un quatrième. Tout près, droit devant. C’est un véritable carnage! La gorge serrée, Malourène reprend sa course. » (p. 27)
     

  • Emploi de procédés stylistiques (p. ex., comparaison, énumération, expression figurée) qui enrichissent le texte.

    « Les autres éclatent d’un rire épais comme une semelle de botte. » (p. 39)

    « Eh bien, répond la fée, les licornes ont un corps de cheval, une tête de cheval, des jambes de cheval… et une corne de licorne. » (p. 55) 

    « Elle se gardera donc bien d’aller clamer sur tous les toits ce qu’elle vient d’apprendre. » (p. 58)
     

  • Séquences descriptives entrecoupées de séquences dialoguées, apportant des précisions sur les lieux et les événements et permettant au lectorat de s’immiscer dans l’esprit et l’imaginaire des personnages.

    « Malourène pose la question à son ami Grelu, qui mène le cortège.
    – Les licornes! s’écrie le jeune nain. Les chasseurs de licornes sont arrivés! C’est abominable! Comment peut-on tuer d’aussi charmants animaux? » (p. 12)

    « Elle s’approche sans faire de bruit et, débouchant dans une clairière, elle tombe sur… des licornes! C’était donc vrai?
    Non, bien sûr. Ce n’est qu’un effet de son imagination surexcitée. Il ne s’agit pas de licornes mais de chevaux. Trois chevaux bien ordinaires qui broutent au milieu des arbres. Ce qui semblait une longue corne sur leur front n’était qu’un rayon de soleil qui les frappait de face… » (p. 22-23)

Pistes d'exploitation

  • Demander aux élèves de rédiger un court récit qui intègre deux personnages du roman (p. ex., Malourène et une licorne, Grelu et un chasseur, Engoulaffre et Malourène). Ajouter des séquences dialoguées dans la narration.
  • Proposer aux élèves de faire un sondage auprès de leurs parents afin de savoir quels sont les règles de sécurité à suivre lors d’une partie de chasse. Inviter les élèves à faire part de leurs réponses au groupe-classe le lendemain.
  • Inviter les élèves à créer une licorne originale avec de la pâte à modeler. Leur proposer de rédiger un paragraphe descriptif qui identifie leur licorne et qui décrit ses pouvoirs magiques. Faire une exposition des sculptures.
  • Demander aux élèves de faire une comparaison entre la chasse telle qu’elle est traitée dans l’œuvre et la chasse traditionnelle telle que vécue par le peuple autochtone. Leur proposer de noter les différences et les similitudes dans un diagramme de Venn.

Conseils d'utilisation

  • Expliquer aux élèves que dans l’œuvre, il est question de chasseurs qui consomment de la bière en chassant, comportement considéré dangereux et interdit dans notre société; être à l’écoute des élèves qui pourraient être perturbés par la thématique exploitée (p. ex., fusils, mentions de chasse).
  • Avant la lecture, présenter le vocabulaire complexe aux élèves afin d’éviter des bris de compréhension.
  • Revoir avec les élèves les caractéristiques du court récit avec dialogues et de la fiche descriptive afin d’en faciliter la rédaction.
  • Encourager les élèves à lire les autres aventures de Malourène qui sont présentées à la fin de l’œuvre, ainsi que les autres œuvres du même auteur qui sont mentionnées au début du livre.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, Maternelle à 2e année, Série : Cornemuse, Bagou et la licorne.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 3e à 6e année, Série : Les découvertes de Shanipiap, La chasse.