1
Anatomie de la fiche Anatomie interactive
Ajouter au bac de lecture
Nous vous invitons à cliquer sur les puces numérotées pour avoir plus d’informations sur les différentes sections de la fiche pédagogique et en apprendre davantage sur la manière de l’utiliser.

2La couleur des voyages

Chaque semaine Maïka, petite fille fascinée par les voyages, se rend à l’Estafette, la gare de Limoges. Avec sa valise, elle va accueillir le train bleu et rouge qui parcourt la campagne de l’Est de l’Ontario en distribuant le courrier. Chaque fois, Miguel, son petit frère, s’inquiète de la voir partir sans lui. A-t-il raison de s’alarmer quand, un après-midi, il n’aperçoit pas sa grande sœur, ni Phylosoff, leur chien, revenir comme d’habitude?

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

 

3 À propos du livre

Contenu

  • Un personnage principal, Maïka, qui aime les voyages imaginaires.

    « Dès son arrivée à l’Estafette, Maïka, coiffée de son chapeau de paille d’où pendent deux tresses dorées, s’assied sur le banc près de la porte. Elle dépose sa valise au pied du banc sur lequel elle se juchera, le moment venu, pour voir le train approcher. 
    […] La petite fille s’émerveille de l’immense liberté qui règne dans sa tête et lui permet d’aller n’importe où en imagination. » (p. 9)
     

  • Intrigue reposant sur la disparition de Maïka lors de l’un de ses voyages imaginaires.

    « Maïka ne se manifeste toujours pas. Miguel n’arrive plus à retenir ses larmes. « Enfin, que fait-elle? se dit-il. Ne pense-t-elle pas à son petit frère qui souffre de son retard? » Il supplie sa mère de le laisser aller à sa recherche. » (p. 13)
     

  • Narratrice omnisciente qui décrit les personnages et le déroulement de l’action.

    « Maïka aime beaucoup Arthur, qui est davantage le gardien du village et des enfants que de la gare. […] Certains disent qu’il vient du Nouveau-Brunswick. » (p. 11)

    « Personne ne soupçonne que pendant ce temps le train emporte, malgré eux, Maïka et Phylosoff vers Ottawa. Phylosoff, curieux comme pas un, attiré par une odeur de sandwiches au jambon, s’est infiltré dans le wagon de queue par une porte restée ouverte. Courant à sa poursuite, Maïka s’est retrouvée enfermée avec Phylosoff dans une voiture déserte, au moment où le train démarrait. » (p. 16)
     

  • Vocabulaire lié aux liens familiaux et au voyage, deux thèmes qui dominent dans l’album.

    « Miguel ignore que ce n’est pas pour quitter sa famille que Maïka fait sa valise. Oh! non. Elle aime trop ses parents. Et son petit frère. » (p. 7)

    « Avec son père, Maïka a examiné la carte de la région. Elle connaît le nom de tous les villages où s’arrête le train. Du doigt, elle suit son parcours et calcule le temps qu’il faudra pour boucler le trajet. » (p. 10)

Langue

  • Registre courant dans les séquences narratives; séquences dialogales où le zézaiement de Maïka est mis en évidence.

    « – Où vas-tu? demande ce jour-là son petit frère Miguel […]
    – En voyaze!
    […]
    – Pour combien de temps tu pars?
    – Pour touzours! » (p. 7)

    « Arrivée à la maison, Maïka replace ses vêtements, ses livres et ses souvenirs précieux dans les tiroirs de sa commode. C’est un travail fastidieux, surtout si elle a faim. Cela fait partie d’une entente tacite conclue avec sa mère. » (p. 13)
     

  • Quelques figures de style (p. ex., énumération, personnification) qui précisent les actions.

    « Rêvant aux palmiers, aux gazelles et aux éléphants que son père lui a montrés dans un de ses grands livres, Maïka voyage déjà par mer ou au-dessus des nuages. » (p. 9)

    « Les gros nuages dévorent la clarté. » (p. 15)

Référent(s) culturel(s)

  • Repères géographiques de l’Est ontarien, dont des communautés à forte population francophone.

    « C’était le plus beau train du monde. Il serpentait parmi les villages de l’Est de l’Ontario. Alexandria, Lancaster, Monkland, Avonmore, Moose Creek, Maxville, Casselman recevaient tour à tour sa visite hebdomadaire. S’il s’attardait plus longtemps à Limoges, c’était peut-être à cause de Maïka. » (p. 5)

Pistes d'exploitation

  • Lire à voix haute aux élèves la description de l’Estafette à la page 6 et leur demander d’esquisser un dessin de l’édifice et de ses environs selon leur compréhension de la description.
  • Utiliser les illustrations comme mise en situation pour présenter des techniques de dessin utilisant divers médiums tels les craies pastelles, le crayon et la peinture aquarelle. Inviter les élèves à créer leur propre dessin avec divers médiums.
  • Proposer aux élèves de faire une recherche sur les parcours possibles en train dans leur région, de se tracer un itinéraire de voyage idéal et d’en justifier le choix.

 

Conseils d'utilisation

  • Préparer la lecture à l’aide des notices biographiques et le bref historique de la page 22.
  • Vérifier la compréhension des élèves à l’aide des questions concernant le conte à la page 23.
  • Consulter le matériel pédagogique pour l’album La couleur des voyages sur le site de la maison d’édition.