Anatomie de la fiche Anatomie interactive
Ajouter au bac de lecture

La bataille d’oreillers

À l’école, c’est une journée pyjama. Des élèves organisent une bataille d’oreillers! Sophie sent son oreille spéciale trembler. Vite! Elle doit trouver une idée, car les coups arrivent de tous côtés. Ça pourrait mal tourner…

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Personnage principal, Sophie, fillette ingénieuse ayant le don de pressentir les conflits, qui trouve des moyens pacifiques pour les éviter; personnages secondaires, les élèves de la classe, dont William, Julianne, Odessia et Flavie, qui planifient déclencher une bataille d’oreillers durant l’activité du film, et l’enseignante, Madame Patricia, qui fait confiance à Sophie en acceptant sa suggestion d’organiser des jeux d’oreillers, au gymnase.

    « Mais ce qui fait que Sophie est unique, c’est quelque chose qu’elle ne peut pas perdre ni donner. C’est son oreille gauche. Son oreille en forme de cœur! Grâce à cette oreille, Sophie réussit toujours à arrêter les batailles entre ses amis. » (p. 4)

    « Aujourd’hui, c’est une "journée pyjama". Madame Patricia a permis aux élèves d’apporter une collation spéciale et leur oreiller. Après le dîner, ils écouteront un film. » (p. 6)

    « Puis William n’en peut plus. De toute façon, il a déjà vu le film! Il donne un coup d’oreiller sur la tête de Julianne. » (p. 16)

    « Sophie lève la main. Elle dit :
    – J’ai une idée, pour les oreillers…
    Sophie déclare :
    – On pourrait organiser des jeux d’oreillers à la fin du film, si tout le monde était sage. » (p. 24-25)
     

  • Intrigue simple et amusante qui fait valoir l’importance du dialogue et de la collaboration dans la résolution de conflits; sujet concret, apte à capter l’intérêt du lectorat visé de par les thèmes exploités (p. ex., fantaisie, humour, bataille d’oreillers, oreille magique, journée pyjama, chicane). 

    « Un petit papier plié atterrit sur le bureau de Sophie. Elle le déplie et elle lit :
    – On va faire une grosse bataille d’oreillers. Es-tu dans l’équipe de Julianne ou d’Odessia? » (p. 6)

    « Madame Patricia annonce que le film va commencer. Elle prévient les élèves :
    – Si l’un de vous fait des bêtises, j’arrêterai le film.
    – On ne verra pas la fin! chuchote Julianne.
    – C’est certain! ricane William. » (p. 14)

    « Flavie ramasse ses bonbons un à un. Odessia en profite pour lui donner un coup d’oreiller sur la main. Les bonbons roulent partout. William se dépêche de les manger. » (p. 20)

Présentation

  • Nombreuses illustrations, aux nuances de gris et de vert, disposées de façons variées; caricatures révélant les émotions des personnages; présence d’éléments visuels (p. ex., note à Sophie, onomatopées, lignes de mouvement) contribuant à la compréhension du texte.
  • Caractères d’écriture généralement noirs sur fond blanc; taille de police appropriée pour le lectorat visé; certains mots écrits en vert, permettant au lectorat de les reconnaître aisément; présence d’éléments graphiques (p. ex., guillemets, points de suspension, caractères italiques, caractères gras) facilitant l’interprétation du texte.
  • Mise en page équilibrée et aérée; texte organisé en six courts chapitres numérotés et titrés; courte dédicace de l'auteure au début de l'oeuvre et liste des livres du niveau Au pas de la même collection à la fin.
  • Dimensions : 12,5 cm x 17,5 cm; couverture souple; format livre de poche.

Langue

  • Registre de langue courant; utilisation de mots fréquents (p. ex., roches, récréation, bonbon, oreille) et de mots familiers (p. ex., boîte à lunch, pop-corn); emploi de quelques mots nouveaux (p. ex., frémissante, tension, panne, intrigués) pouvant être définis à l’aide des illustrations et du contexte.
  • Emploi de phrases de base, de phrases transformées et de phrases à construction particulière, souvent courtes, de types et de formes variés (p. ex., déclarative, exclamative, impérative, négative), donnant du rythme à la lecture et contribuant à la lisibilité de l’œuvre.

    « Durant la période de lecture, l’oreille gauche de Sophie se met à trembler.
    "Une oreille frémissante, c’est le signe d’une bataille naissante!" pense Sophie. Elle regarde autour d’elle. Tout le monde lit sagement à son pupitre. » (p. 5)

    « – Et si quelqu’un se faisait mal?
    Son amie répond :
    – On va juste se donner des petits coups.
    – Des petits coups, c’est tout! promet Odessia. » (p. 9)

    « Julianne veut maintenant voir le film jusqu’au bout. Elle ordonne :
    – Arrête!
    Odessia a vu faire son ami. Elle donne à son tour un coup d’oreiller dans le dos de Flavie. La fillette échappe son paquet de bonbons. Elle se plaint :
    – Aïe! ce n’est pas drôle! » (p. 17)
     

  • Emploi de quelques procédés stylistiques (p. ex., interjection, expression imagée, énumération) qui enrichissent le texte.

    « William chuchote :
    – Psitt! Madame Bataille, passe le papier… » (p. 7)

    « Leur enseignante déclare :
    – Silence, si vous voulez voir Le dragon des neiges!
    Julianne veut amuser ses amis. Elle murmure :
    – De la neige, je peux en faire sortir de mon oreiller… » (p. 10)

    « Pour brasser ses idées, elle marche à reculons. Elle ferme un œil. Elle se bouche le nez. Rien ne fonctionne! Elle est en panne d’idées! » (p. 13)
     

  • Séquences descriptives, entrecoupées de séquences dialoguées, qui permettent au lectorat de se situer dans le temps et le lieu de l’action et de mieux comprendre l’interaction entre les personnages.

    « Dans la classe, il y a désormais deux camps : ceux qui écoutent le film et ceux qui donnent des coups d’oreiller.
    Sophie doit absolument trouver une solution. Elle se frotte l’oreille gauche. Ça l’aide toujours à se concentrer.
    Un oreiller atterrit sur sa tête.
    – Je ne joue pas! proteste madame Bataille.
    Au même moment, elle a une idée! » (p. 22-23)

    « – On fait des équipes? suggère Odessia.
    – Qu’est-ce qu’on gagne? demande William.
    – Mon pop-corn? offre Sophie.
    – Du pop-corn, c’est ordinaire… remarque Julianne.
    Madame Bataille sourit :
    – Ordinaire? Pas du tout! C’est du pop-corn au chocolat! » (p. 28-29)

Pistes d'exploitation

  • Organiser une journée pyjama, en collaboration avec les élèves. Le lendemain, les inviter à exprimer leurs réactions dans leur journal personnel.
  • À une table ronde, inviter les élèves à discuter du sujet des conflits entre amis. Alimenter l’échange en posant des questions (p. ex., Comment te sens-tu lorsque tu te chicanes avec un ami? Comment règles-tu les conflits? Que fais-tu lorsque tu es fâché contre un ami?). Rédiger, en groupe-classe, une marche à suivre pour résoudre des conflits de façon pacifique, puis l'afficher dans la salle de classe.
  • Sophie collectionne des roches et des koalas. Inviter les élèves à apporter leur collection préférée à l’école et à la présenter lors d’une activité « Montre et raconte ».
  • Sophie a le don d’arrêter les batailles entre ses amis. Inviter les élèves à imaginer un don qu’ils aimeraient avoir et à rédiger un court texte qui explique leur choix. Leur proposer d’utiliser un logiciel de traitement de texte pour écrire leur rédaction au propre et d’y ajouter des éléments visuels. Les inviter à lire leur rédaction au groupe-classe.

Conseils d'utilisation

  • Avant la lecture, présenter aux élèves les mots du texte qui sont écrits en vert et les inviter à lire ces mots plusieurs fois afin de favoriser la fluidité de la lecture de l’œuvre.
  • Encourager les élèves à lire d'autres livres du niveau Au pas de la même collection.
  • Consulter les suggestions d’activités qui sont présentées sur le site de l’éditeur.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, Maternelle à 3e année, Série : Mini TFO – Marianne et Dino, Histoires de résolution de conflit.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, Maternelle à 4e année, Série : Les belles histoires de Pomme d’Api, La dispute de Poulou et Sébastien.