Anatomie de la fiche
Ajouter au bac de lecture

Napoléon Ratté, président malgré lui

Il y a des élections à la présidence de la classe de madame Josiane. Tout le monde est convaincu que Donald Roy va l'emporter, à commencer par Napoléon Ratté. Donald est trop vantard et bruyant à son goût. Mais Napoléon n'a aucune envie de se présenter contre lui. Il ne se voit pas du tout président de sa classe et encore moins président du conseil des élèves de son école.

Napoléon va-t-il s'en tirer? On peut en douter : il est le personnage principal d'un roman dont le titre ne laisse aucun doute sur l'issue de l'élection.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

 

À propos du livre

Contenu

 

  • Personnage principal et narrateur, Napoléon Ratté, surnommé Nap, garçon timide et réservé qui prend part malgré lui à une campagne électorale pour être président de sa classe.

« Et la dernière chose dont il [Napoléon] a envie, c'est de devenir président de la classe. Il est timide et a un trac abominable lorsqu'il doit parler devant la classe. Il ne se croit pas capable de faire un bon président, même pas un mauvais. » (p. 23)

« – … Heureusement, en regardant le tout dernier bulletin de vote, j'ai enfin vu le nom d'un élève qui avait déjà un vote. Ça lui en fait deux. Et cet autre participant au deuxième tour, c'est…
[…]
– … Napoléon, dit Josiane. » (p. 38-39)

  • Personnages secondaires, Josiane Labonté, enseignante qui s'assure que l'élection sera bien menée, Vanessa, petite amie de Napoléon, qui l'encourage à poser sa candidature, Donald Roy, chef de bande et candidat à l'élection, Gabrielle Ratté, surnommée Gaby, et Simon Ratté, parents de Napoléon, et Lisandru Colonna, son grand-père, qui l'encouragent à se présenter comme candidat, monsieur Alamri, directeur de l'école, ainsi que Mia, Wylliam et Janima, membres du conseil des élèves de l'école, qui élisent Napoléon comme président de leur groupe.

« Donald Roy se tourne vers ses camarades qu'on surnomme la bande de Donald, son groupe d'amis, quatre gars et trois filles. Les sept lèvent la main. Donald aussi. Cela fait au moins huit votes dans une classe de vingt-six. C'est presque assez pour l'élire sans perdre plus de temps. Mais Josiane n'est pas d'accord.
– Je suis désolée, Donald, mais une saine démocratie ne se contente pas d'un vote à main levée, parce que des élèves pourraient se sentir intimidés et n'oseraient pas voter pour leur candidat préféré. Nous allons tenir un vote secret, sur des bulletins de vote. » (p. 18)

« – Parce qu'on va avoir des élections à l'école, laisse échapper Napoléon qui avait pourtant décidé de ne pas en parler.
– Justement, dit Gaby, c'était Vanessa au téléphone. Elle trouve que je devrais te convaincre de te présenter.
– Mais qu'est-ce que vous allez élire? demande Simon.
– Un président de classe qui va faire partie du conseil des élèves, explique Napoléon.
– Je te vois très bien dans ce rôle-là, intervient Lisandru.
– Moi aussi, renchérissent Gaby et Simon. » (p. 28-29)

« Vanessa, elle, a compris, parce qu'elle a coché le nom de Napoléon, en espérant qu'elle ne serait pas la seule. Elle lance un clin d'œil à Napoléon, qui comprend d'où vient son deuxième vote. » (p. 39)

« Monsieur Alamri est revenu chercher Napoléon.
– Les présidents de classe se réunissent dans mon bureau pour choisir le président du conseil des élèves.
[…]
– Tu veux un vote secret? demande Wylliam.
Napoléon hoche la tête.
Une des filles prend quatre crayons et autant de feuilles de papier sur le bureau du directeur et les distribue.
Les trois ont vite fait de remplir leur bulletin de vote improvisé. Napoléon hésite.
[…]
– NR. Ça fait trois votes Nap, un vote moi. Nap est élu à la majorité absolue.
– Bravo, Nap, dit Wylliam.
– Bravo, Nap, répètent Janima et Mia.
– Mais pourquoi moi? proteste Napoléon.
– Parce que nous autres on est trop occupés, explique Mia. » (p. 81-84)

  • Roman réaliste qui aborde avec humour le thème de la démocratie; trame narrative divertissante s'organisant autour de l'élection d'un président de classe de cinquième année, qui aide à comprendre une notion politique toujours d'actualité.
  • Illustrations caricaturales en noir et blanc, disposées ici et là dans l'œuvre, qui situent le lectorat dans le lieu de l'action et révèlent les émotions des personnages; petite illustration au début de chaque chapitre permettant d'anticiper le déroulement de l'action.
  • Mise en page aérée; œuvre répartie en huit chapitre titrés et numérotés; éléments graphiques (p. ex., majuscules, tirets, guillemets, parenthèses, lettrines marquant le début des chapitres) facilitant l'interprétation de l'œuvre; bibliographie et dédicace de l'auteur au début du livre; renseignements biographiques et aperçus des deux premiers romans de la série à la fin.

 

Langue

  • Registre de langue courant dans l'ensemble de l'œuvre; prédominance de mots connus; emploi de mots moins connus (p. ex., tracasse, scander, abominable, représailles, acclamation) et de mots du registre familier (p. ex., géniale, gars, chouchou) compréhensibles grâce au contexte; utilisation de mots reliés au système électoral (p. ex., démocratie, gouvernement, bulletin de vote, campagne électorale, candidature, partisans) permettant au lectorat d'enrichir son vocabulaire; présence de mots inventés (p. ex., Naporama, Rattéscope, reinocratie, royaucratie) injectant des brins d'humour dans le texte.
  • Emploi prédominant de phrases transformées et de phrases à construction particulière; utilisation d'une variété de types et de formes de phrases (p. ex., déclarative, interrogative, exclamative, impérative, négative).

« … La cloche sonne, et Josiane, qui surveillait la cour, arrive, s'assoit à son bureau et lève les yeux vers sa classe.
– Qu'est-ce que c'est que ça? demande-t-elle en désignant le sac sur le pupitre de Java Balinou, au premier rang.
– Aucune idée, dit Java qui est arrivée la dernière et n'a pas eu le temps d'ouvrir son sac de friandises.
– Apporte-moi ça, ordonne Josiane.
Java obéit. Josiane ouvre le sac, lit la note, renverse son contenu.
– C'est incroyable! s'écrie-t-elle.
Napoléon jette un coup d'œil à Donald, qui est manifestement fier de lui : il a eu une bonne idée. La preuve, c'est que Josiane est épatée.
– Donald, dit Josiane, qu'on élise un président de classe ou le premier ministre d'un pays, on n'a pas le droit d'acheter des votes. » (p. 54)

  • Procédés stylistiques (p. ex., antithèse, énumération, expression imagée, répétition, chiasme) qui enrichissent le texte et agrémentent la lecture; emploi de la rime injectant des brins d'humour dans le texte.

« Surtout, il y a des garçons ou des filles qui ont l'art de la faire rire. Souvent délibérément. Parfois involontairement. » (p. 12)

« Les sons s'écrivent de plusieurs façons. Oh, eau, haut, au, aux… il y a au moins dix manières d'écrire le son o. » (p. 13)

« D'autres ont plutôt espoir qu'on va clouer le bec à ce garçon trop prétentieux à leur goût. » (p. 19)

« – On veut Napoléon, on veut Napoléon! » (p. 32)

« – Ne demandez pas ce que votre école peut faire pour vous. Demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre école. » (p. 73)

« – On pourrait demander aux élèves décrire un poème en rime sur les mouches. Il y a plein de rimes : louche, souche, escarmouche…
– Douche, bouche, touche, enchaîne Mia.
– Accouche, farouche, babouche, Brastiscouche, ajoute Jamina. » (p. 98)

  • Séquences narratives et descriptives qui précisent le temps et le lieu de l'action, et aident à suivre le fil des  événements; nombreuses séquences dialoguées qui révèlent les traits de caractère des personnages et aident à comprendre les relations qui existent entre eux.

« Vanessa sourit.
– Moi, à ta place, je me passerais de discours écrit d'avance. J'improviserais. Il y a une chance sur deux pour que Donald parle le premier. Sans discours préparé, tu pourras toujours répondre à ses arguments qui vont sûrement manquer de bon sens. Alors que si tu as un discours écrit d'avance, tu risques de dire la même chose que lui. Ça va te faire mal paraître.
– Mais si c'est moi qui dois parler le premier?
– Tu pourras dire ce qui te passera par la tête. Et compte sur Donald pour dire le contraire. À mon avis, ça pourrait suffire à te faire gagner.
Napoléon hoche la tête. Il commence à croire que Vanessa a raison, d'autant plus que ça lui épargne la corvée d'écrire un discours.
– Et puis, ajoute-t-elle, si tu perds, je te verrai plus souvent que si tu gagnes. » (p. 61-62)

« Quand les élèves reviennent de la récréation du vendredi matin, ils constatent que la porte de classe est fermée. Il y a de la lumière à l'intérieur, et on entend vaguement des voix. Josiane parle avec un homme.
[…]
Enfin, Josiane ouvre la porte. Les élèves entrent et se tournent, étonnés, vers une personne qu'ils ne s'attendaient pas à voir en classe ce matin : le directeur de l'école, coiffé d'un vieux chapeau de paille.
[…]
Josiane et monsieur Alamri vont s'asseoir à l'arrière, dans un coin où ils ont placé deux chaises supplémentaires.
– Je peux commencer? demande Donald en tirant de sa poche une feuille froissée.
– On n'attend que toi.
Donald tousse pour s'éclaircir la voix.
– Chers électeurs, chères électriques…
La classe part d'un grand éclat de rire. Même quelques partisans de Donald sont incapables de s'en empêcher. Ils ont droit à un coup d'œil furieux de leur chef.
– Silence, s'il vous plaît, laissez-le continuer, ordonne monsieur Alamri.
Donald s'est permis de corriger le texte écrit par sa mère. Ella avait écrit « électrice », alors que le féminin d'électeur ne peut, selon lui, être qu'électrique. » (p. 63-66)

 

Référent(s) culturel(s)

  • Mention de Napoléon Bonaparte, premier empereur des Français.
  • Mention du poste de premier ministre du Québec.

 

Pistes d'exploitation

 

  • Proposer aux élèves de se mettre dans la peau d'un ou d'une élève de la classe de Napoléon, qui souhaite se présenter pour président ou présidente. Leur demander de créer une publicité électorale contenant une rime, sous la forme d'une affiche. Exposer les créations dans la salle de classe, puis inviter les élèves à commenter les points forts de chacune.
  • Napoléon propose les mouches comme sujet pour l'expo-sciences de l'école. Demander aux élèves, réunis en équipes, de revoir les activités proposées par les membres du conseil des élèves (p. 98-99), puis de suggérer d'autres activités reliées à ce sujet. Animer une mise en commun, puis choisir, en groupe-classe, les cinq meilleures activités.  
  • Inviter un membre du conseil municipal à venir renseigner les élèves sur le processus électoral de la municipalité. Rédiger, au préalable, en groupe-classe, des questions ouvertes que les élèves peuvent lui poser à la fin de sa présentation (p. ex., Pour quelle raison avez-vous posé votre candidature au poste que vous occupez? Quelle est la partie la plus exigeante d'une campagne électorale?).
  • Demander aux élèves, réunis en équipes, de relever cinq scènes d'humour du roman (p. ex., la réponse de Napoléon à la question « Qu'est-ce la démocratie? »), puis de les placer en ordre selon leur degré d'intensité (p. ex., 1 pour la scène la moins drôle et 5 pour la plus drôle). Animer une mise en commun pour permettre aux équipes de faire part de leurs choix au groupe-classe.

 

Conseils d'utilisation

 

  • Afficher une carte de la circonscription électorale de votre région.
  • Mettre à la disposition des élèves d'autres œuvres qui traitent de la démocratie, telles que La Démocratie, j'aime ça!, La Démocratie, je la reconnais!, La Démocratie, je l'apprends! et La Démocratie, je l'invente!, dont les fiches descriptives se trouvent dans FousDeLire.

 

Ressource(s) additionnelle(s)

 

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 4e à 8e année, Série : MÉGA TFO, Capitaine Canada 1.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 4e à 6e année, Série : Justice, Moutarde et Cornichons, La démocratie.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 1re à 7e année, Série : 1 Jour 1 Question, C'est quoi un débat politique?