Anatomie de la fiche Anatomie interactive
Ajouter au bac de lecture

Mon papa ne pleure pas!

Le garçon trouve très étrange que son papa ne pleure jamais. Pas de larmes lorsqu’il reçoit une rondelle en plein visage, ni lorsque sa nouvelle voiture se fait cabosser. Xavier se demande : Qu’est ce qui pourrait bien faire pleurer son papa?

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Deux personnages principaux, Xavier, un jeune garçon sportif et sensible qui s’entête à faire pleurer son papa pour légitimer ses pleurs, et Vincent, le père bien intentionné qui finalement pleure de joie; personnage secondaire, Marion, la voisine de Xavier et sa confidente.

    « Xavier est vraiment décidé à faire pleurer son père. Il lui demande donc de cuisiner un chili avec beaucoup d’oignons. Quand Vincent a coupé tous les légumes en petits morceaux, le garçon s’étonne :
    – Les oignons ne te font pas pleurer?
    Vincent éclate de rire :
    – Même pas! »

    « Découragé, Xavier raconte sa déception à Marion.
    – J’ai tout essayé pour faire pleurer mon papa. Ça n’a rien donné.
    – Pourquoi tu veux tellement voir ses larmes?
    – Si mon papa pleurait, moi aussi j’aurais le droit de pleurer, répond le garçon. »
     

  • Récit teinté d’humour et de tendresse qui traite de l’expression des émotions dans le cadre d’une relation père-fils; sujet qui rejoint particulièrement les garçons et qui leur permettra de faire des liens avec leur vécu (p. ex., émotions, père, fils, hockey, glissade, humour).

    « – Mon papa ne pleure pas, annonce-t-il.
    – Jamais?
    – Jamais! Il dit qu’un homme ne doit pas pleurer.
    – Voyons donc! s’exclame Marion. Les gars ont bien le droit de verser des larmes!
    Soulagé, Xavier sourit. »

Présentation

  • Illustrations dominantes et amusantes aux couleurs vives et attrayantes sur toutes les pages, qui situent le lecteur dans un décor hivernal et qui appuient la trame narrative; les mimiques des personnages facilitent l’interprétation du récit.
  • Caractères d’écriture noirs ou blancs sur fonds variés qui agrémentent la lecture; police de caractères de couleurs et de tailles variées mettant en évidence certains mots.
  • Mise en page aérée; court texte de 2 à 10 lignes généralement placé en haut de la page et intégré à l’illustration.
  • Dimensions : 21,5 com x 21,5 cm; couverture souple, papier glacé.

Langue

  • Utilisation de mots familiers surtout et de quelques mots plus complexes (p. ex., frétille, bougonne, piétiné, adverse) que le lectorat pourra comprendre à l’aide des indices sémantiques; plusieurs mots et expressions reliés au thème des pleurs (p. ex., éclater en sanglots, pleurnicher, verser des larmes, sangloter) et du hockey (p. ex., équipe, match, vestiaire, frapper la rondelle, compter un but, réussir une échappée) permettant au lectorat d’augmenter son bagage langagier.
  • Divers types et formes de phrases (p. ex., déclarative, exclamative, interrogative, négative), de longueurs variées, contenant des verbes conjugués à l’indicatif, qui permettent une lecture fluide et expressive.

    « – Pourquoi ces larmes? demande le papa.
    – Parce que je t’ai fait mal.
    – Voyons, Xavier, c’est un accident.
    – Mais tu saignes! Et tu ne pleures même pas!
    – Je ne suis pas un bébé, sourit le père. » 

    « Puisque le film n’a pas fait couler les larmes de son père, Xavier a une autre idée. »
     

  • Emplois d’expressions imagées et d’onomatopées qui enrichissent le texte et permettent d’apprécier le style de l’auteure.

    « En tombant, Xavier pousse la rondelle dans son propre but. Bzzzz! La sirène annonce la fin de la partie. 
    Dans le vestiaire, Xavier pleure à chaudes larmes.
    – Mon équipe a perdu à cause de moi. »

    « – Mais… mais… c’était ta tuque préférée. Tu ne pleures pas? demande Xavier.
    – Je ne vais pas sangloter comme un veau pour un simple chapeau. »
     

  • Séquences descriptives entrecoupées de séquences dialoguées qui permettent de s’immiscer dans l’esprit de Xavier et de son père. 

    « Le lendemain, quand son père vient le chercher après l’école, Xavier voit que Vincent est très fâché. Et il remarque qu’une aile de leur nouvelle voiture est défoncée.
    – Un conducteur distrait a oublié de faire son arrêt! rage Vincent.
    Xavier glisse sa main dans celle de son père.
    – As-tu pleuré papa?
    Vincent ébouriffe les cheveux de son fils :
    – Mais non, c’est juste de la tôle. »

Pistes d'exploitation

  • Inviter les élèves à mimer des situations de la vie quotidienne en révélant les émotions évoquées (p. ex., faire ses devoirs avec joie, faire ses devoirs en bougonnant, compter un but, manquer un but).
  • Inviter les élèves à exploiter le vocabulaire thématique de l’équipement de hockey en créant un petit dictionnaire illustré (p. ex., rondelle, gants, jambières, casque, masque).
  • Inviter les élèves à rédiger un court récit ou un poème au sujet d’une activité hivernale pratiquée en famille ou entre amis. Leur proposer de l’illustrer et de le présenter à la classe.
  • Vincent, le père de Xavier, dit à son fils « Un homme, ça ne pleure pas. ». En groupe-classe, animer une discussion à partir de ce stéréotype. Demander aux élèves d’y réagir en posant des questions (p. ex., Crois-tu que c’est correct de pleurer? As-tu déjà pleuré? Est-ce que les adultes pleurent parfois?). Inviter les élèves qui le désirent à témoigner de leurs expériences, tout en s’assurant de respecter la vie privée des gens.

Conseils d'utilisation

  • Consulter la fiche pédagogique disponible sur le site de l'éditeur.
  • Présenter les œuvres Mon papa ne pue pas! et Mon papa n’écoute! pas de la même auteure et dont les fiches descriptives se trouvent dans FousDeLire.
  • Dans l’œuvre, le personnage du père véhicule le préjugé qu’un homme ne pleure pas. Expliquer aux élèves que pleurer constitue une forme de communication qui exprime ce que l’on ressent dans son coeur.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 2e à 5e année, Série : Patente et Bidule, Les bâtons de hockey; Les patins de hockey.