Anatomie de la fiche
Ajouter au bac de lecture

Mon île blessée

Je m’appelle Imarvaluk. Dans ma langue, l’inuktitut, cela veut dire le chant des vagues. J’aime mon nom, mais je n’aime plus la mer. Je me méfie d’elle depuis qu’un esprit mauvais l’a envoûtée. La mer est devenue un monstre qui dévore lentement l’île de Sarishef, où nous vivons depuis toujours. C’est une toute petite île près du cercle polaire, entre la Russie et l’Alaska. Dans quelques jours, notre maison sera déplacée au centre de l’île. Mais tôt ou tard, il faudra partir lorsque la créature maléfique l’aura entièrement dévorée. Où irons-nous?

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Personnage principal et narratrice, Imarvaluk, jeune Inuk qui se préoccupe de l’avenir de l’île où elle vit, puisque la mer, devenue un monstre, la détruit petit à petit.

« Je m’appelle Imarvaluk. Dans ma langue, l’inuktitut*, cela veut dire le chant des vagues. […] J’aime mon nom, mais je n’aime plus la mer. Je me méfie d’elle depuis qu’un esprit mauvais l’a envoûtée*. »

« On a vu un film qui présente ce qui risque d’arriver aux îles comme la nôtre. À cause de la température plus chaude, les glaciers vont fondre et le niveau de la mer va monter. Notre île, comme toutes celles qui sont trop proches du niveau de la mer, disparaîtra sous les eaux. »

  • Personnages secondaires, les parents et le grand-père d’Imarvaluk, présents uniquement dans les propos de la narratrice et les illustrations.

« Chaque été, on quitte l’île pour aller s’installer sur le continent. Mon père et mon grand-père y ont construit un campement dans la toundra*, sur le bord de la grande rivière Serpentine.
C’est là qu’ils chassent le caribou. Pendant ce temps-là, ma mère et moi, on pêche ou on cueille des baies. »

« Où irons-nous? Tout le monde se pose la question. Grand-père dit qu’il faudra trouver une terre sur laquelle il sera possible de continuer à vivre comme avant. […] Mon père aimerait qu’on nous aide à construire un nouveau village sur le continent. »

  • Récit bouleversant qui sensibilise le lectorat à la réalité inquiétante des réfugiés climatiques; histoire d’autant plus touchante par le fait même qu’une enfant la raconte.
  • Superbes illustrations aux couleurs pastel, qui généralement double page; scènes permettant de se situer sur l’île de Sarishef et révélant les émotions des personnages; illustrations en filigrane de la créature maléfique qu’est devenue la mer, qui accentuent son aspect terrifiant et destructeur; variété de plans (p. ex., général, moyen, gros) et d’angles de vue (p. ex., vue frontale, vue latérale, plongée) créant des effets captivants.
  • Mise en page très aérée, les illustrations occupant la plus grande partie de l’espace; texte intégré à l’illustration, généralement soit sur la page de gauche ou de droite; emploi de l’astérisque pour marquer un mot défini dans le glossaire; dédicace de l’auteur au début du livre et glossaire à la fin.

Langue

  • Registre de langue courant; prédominance de mots connus (p. ex., île, grand-père, mer, monstre, famille, motoneige); emploi de mots moins connus (p. ex., avide, fétiche, toundra, envoûtée) compréhensibles à l’aide des illustrations, du contexte et du glossaire.
  • Prédominance de phrases transformées; emploi d’une variété de types et de formes de phrases (p. ex., déclarative, interrogative, négative).

« Pourquoi ce monstre s’acharne-t-il sur notre île? Pourquoi Sedna* ne nous protège-t-elle pas? Grand-père affirme qu’elle n’y peut rien. »

« Son pouvoir est si puissant que même l’hiver s’est éloigné de l’île. La banquise qui la protégeait des tempêtes n’ose plus s’en approcher et ne fait que l’effleurer.
Les chasseurs de phoque ne peuvent plus s’y aventurer à pied ou en motoneige. C’est trop dangereux. Ils doivent maintenant le faire en bateau à moteur. »

  • Quelques procédés stylistiques (p. ex., comparaison, énumération, métaphore, personnification, répétition) qui enrichissent le texte.

« La mer est devenue comme un monstre qui dévore lentement notre île. »

« Comme autrefois, les hommes chassent le phoque barbu, le morse, l’orignal et le caribou. »

« Mais aujourd’hui, c’est le monstre invisible dissimulé dans les vagues qui m’effraie le plus. »

« Notre île est blessée, rongée peu à peu par une créature inconnue des esprits qui veillaient sur notre peuple dans les temps anciens. »

« Ils pensent que la vie sera plus facile et plus confortable. »

  • Séquences narratives permettant de comprendre la peur grandissante que ressent Imarvaluk concernant la disparition de son île, ainsi que les efforts des habitants de l’île qui luttent contre les effets néfastes du changement climatique; aucune séquence dialoguée.

« J’ai peur qu’il vienne ronger le village pendant la nuit et que notre maison plonge dans la mer. Parfois, je ne réussis pas à dormir. Le moindre craquement m’effraie.
Je n’arrive pas à oublier la colère de la mer, il y a quelques années. Des vagues si hautes et si fortes que le village entier a failli être englouti. »

« Dans quelques jours, notre maison sera déplacée au centre de l’île, là où se trouvent déjà celles qui étaient trop près du rivage. Une grue les dépose sur d’énormes skis et des tracteurs les tirent jusqu’à ce qu’elles soient à l’abri des méfaits de la créature. Mais, tôt ou tard, il faudra quitter notre île. »

Référent(s) culturel(s)

  • Référence aux Inupiak qui vivent sur l’île de Sarishef, à l’inuktitut, langue inuite, et à Sedna, déesse de la mer dans la mythologie inuite.

Pistes d'exploitation

  • Avant la lecture, lire à voix haute le résumé sur la quatrième de couverture du livre. Proposer aux élèves de s’imaginer l’apparence du monstre qui détruit l’île de Sarishef, puis de le dessiner. Les inviter à présenter leur dessin au groupe-classe, puis à l’afficher dans la salle de classe. Leur montrer les pages de garde afin qu’ils voient la façon dont Marion Arbona a illustré le monstre, c’est-à-dire sous la forme d’une grosse méduse à plusieurs tentacules.
  • Expliquer aux élèves qu’avec le réchauffement de la planète, le niveau des océans augmente rapidement, au point où certaines îles ont déjà disparu sous l’eau. Aussi, plus de 300 îles dans le monde sont ainsi menacées. Leur demander, regroupés en dyades de rechercher des renseignements sur quelques îles en voie de disparition ainsi que des photos à l’appui. Leur proposer de présenter leurs trouvailles, sous la forme d’un diaporama, aux élèves de d’autres groupes-classes en vue de les sensibiliser à ce problème grandissant.
  • Demander aux élèves, réunis en équipes, de trouver sur Internet des photos d’effets du réchauffement de la planète (p. ex., feu de forêt, ouragan, inondation, sécheresse), puis de les utiliser pour créer un collage. Leur proposer de donner un titre-choc à leur création (p. ex., Réchauffement climatique : une situation d’urgence!) Afficher les collages à des endroits bien en vue dans l’école.
  • Rappeler aux élèves que plus on jette des objets, plus les déchets s’accumulent dans les sites d’enfouissement, plus on émet des gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement de la planète. Leur suggérer, réunis en équipes, de dresser une liste de questions que l’on devrait se poser avant d’acheter un produit (p. ex., Ai-je vraiment besoin de ce produit? Ai-je déjà quelque chose que je pourrais utiliser à la place? Vais-je m’en servir souvent?) Les inviter à faire part de leurs questions au groupe-classe. Poser aux élèves la question suivante : As-tu déjà acheté un produit dont tu n’avais pas réellement besoin? Demander aux élèves qui répondent « Oui » d’expliquer ce dont il s’agit.

Conseils d'utilisation

  • Situer l’Alaska, la Russie et l’île de Sarishef sur une carte du monde.
  • Consulter la fiche d’activités disponible sur le site de l’éditeur.
  • Encourager les élèves à lire des documentaires scientifiques, tels que Notre environnement et Cyrus, l’encyclopédie qui raconte, dont les fiches pédagogiques se trouvent dans FousDeLire.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 1re à 4e année, Série : 1 jour 1 question, C’est quoi le changement climatique?
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 3e à 6e année, Série : Vraiment top!, Top 3 des mythes sur le réchauffement climatique.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 3e à 8e année, Série : Le monde est petit, Qu’est-ce que les changements climatiques?