Anatomie de la fiche Anatomie interactive
Ajouter au bac de lecture

Malourène et les nains de jardin

Depuis quelque temps, les nains de jardin sont devenus insupportables. La fée Malourène veut savoir pourquoi. Aussi, un matin, elle décide d’aller à leur rencontre.

Ce qu’elle découvre alors la comble de stupéfaction. Rassemblés sur un terrain vague, une foule de nains grondants et vociférants s’agite en brandissant des pancartes : « Ras le bol! Nous en avons ras le bol! » crient-ils.

Quand elle finit par comprendre ce qui leur arrive, Malourène est horrifiée. Les nains sont tombés dans un piège. Et quel piège!

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Personnages principaux, la fée Malourène, qui réussit à déjouer le méchant ogre et à rétablir l’ordre dans le voisinage, et les nains de jardin, qui font la grève s’indignant contre un contrat malhonnête conclu avec l’ogre; personnage secondaire, l’ogre Engoulaffre, qui se fait prendre à son propre jeu grâce à la ruse de Malourène.

    « Tous crient des slogans revendicatifs :
    – Nains en grève! hurle Gnafron.
    – Halte à l’esclavage! brame Grincheux. » (p. 16-17)

    « Les voyant aussi penauds, Malourène a presque envie d’éclater de rire. Mais elle sait que les nains ont horreur qu’on se moque d’eux, et elle leur sourit avec douceur. Puis elle s’approche de Gros-Bedon.
    – Écoute, Gros-Bedon, fait-elle à voix basse. Je vois bien que ça ne va pas fort pour vous, en ce moment. Tout le monde l’a remarqué. Pourquoi ne me dis-tu pas ce qui se passe? Je pourrais t’aider. » (p. 28)

    « Engoulaffre, qui est paresseux, a la spécialité de faire travailler les autres à sa place. Il les attire avec des promesses et des sourires et, sitôt qu’ils ont signé un contrat, Engoulaffre les envoie dans l’une de ses usines. » (p. 50)

  • Intrigue simple et amusante traitant habilement de sujets sérieux tels l’injustice et la malhonnêteté mais avec un dénouement heureux; sujets pouvant susciter l’intérêt chez les filles et les garçons (p. ex., fée, nains, grève, contrat, entraide, amitié).

Présentation

  • Illustrations en noir et blanc permettant d’appuyer le texte et d’établir un lien avec la trame narrative du conte.
  • Caractères d’écriture noirs sur blanc; police de caractères appropriée au lectorat visé.
  • Texte aéré pleine page et demi-page; œuvre divisée en quatre courts chapitres aux titres piquant la curiosité; table des matières à la fin du texte de même que liste d’œuvres appartenant aux collections Le chat et la souris et Saute-Mouton.
  • Dimensions : 11 cm x 18 cm; couverture souple.

Langue

  • Plusieurs mots nouveaux et expressions complexes ne faisant pas partie du langage oral du lectorat visé (p. ex., susceptibles, piteux, clameur, palissade, disséminés, vociférant, indignation).
  • Emploi de phrases de base et de longues phrases avec subordonnées offrant des descriptions imagées; divers types de phrases dont plusieurs exclamatives qui dévoilent les émotions des personnages.

    « Et, comme si cet aveu avait soudain libéré les nains de leur timidité et de leur manie du secret, les voilà qui explosent tous en même temps :
    – Ça ne peut plus durer!
    – On nous exploite!
    – On nous prend pour des moins que rien! » (p. 30-31)

    « Gros-Bedon rougit de honte.
    – Eh bien, murmure-t-il, nous nous sommes fait avoir…
    – Par qui donc, enfin? s’écrie Malourène, qui sent qu’elle va perdre sa belle patience de fée. » (p. 46)

  • Séquences descriptives permettant de se créer des images mentales des lieux et de l’action qui s’y déroule; séquences dialoguées permettant de bien comprendre le lien entre les personnages.

    « Dès le lendemain, dans tous les jardins de la ville, on peut voir des lutins joufflus, des gnomes rieurs, des farfadets malicieux et des korrigans au nez rouge. Il y en a tellement que les gens se demandent pourquoi payer pour des nains alors qu’on peut avoir gratuitement tout ce petit peuple jovial. » (p. 54-55)

    « – Eh bien, lui dit la fée, pourquoi ne rejoins-tu pas tes camarades?
    Grelu regarde Malourène avec de grands yeux et un sourire béat. Il ose à peine répondre tant il se sent intimidé. Cependant, il finit par dire :
    – Je ne veux pas partir. J’aime beaucoup ton jardin et je voudrais y rester. » (p. 58-60)
     

  • Nombreuses expressions figurées nous transportant dans un monde où s’entremêlent le réel et l’imaginaire.

    « Les nains sont rouges de colère et crient à qui mieux mieux. » (p. 18)

    « – Absolument, approuve Gnafron, dont le nez rougeoie comme une pivoine. » (p. 24)

    « La barbe frémissante d’indignation, Gros-Bedon se redresse alors, en plaçant sa main sur sa poitrine, dans un geste plein de dignité. » (p. 39)

Pistes d'exploitation

  • Amener les élèves à faire des comparaisons en utilisant les personnages du texte (p. ex., La fée se déplace telle une … L’ogre est méchant comme… Les nains crient comme … Les farfadets sont aussi charmants que …).
  • Avec les élèves, repérer les expressions figurées dans le texte (p. ex., piquer du nez, rougir jusqu’aux oreilles, le cœur serré), les définir et les noter dans le carnet de lecture afin de les utiliser lors de futures rédactions.
  • Discuter, en grand groupe, de la solution apportée par la fée Malourène au problème d’injustice dont sont victimes les nains de jardin; permettre aux élèves de faire part de solutions possibles face à de telles situations.
  • Inviter les élèves à fabriquer une marionnette d’un des nains cités à la page 16 du texte en utilisant des matériaux recyclés; leur permettre, par la suite, d’en faire la présentation au groupe-classe.

Conseils d'utilisation

  • Avant la lecture du texte, présenter le vocabulaire complexe qui risque d’entraver la compréhension.
  • Attirer l’attention des élèves sur la liste des œuvres présentées à la fin de l'oeuvre afin de les inciter à en lire.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, Maternelle à 2e année, Série : Cornemuse, Bagou et la licorne; Ce n’est pas juste.