Anatomie de la fiche
Ajouter au bac de lecture

Les vrais cochons

Qui a empoisonné les animaux de la ferme? La pollution donne-t-elle des boutons? Les porcs sont-ils plus cochons que les vaches, les poules ou les ânes? Péter dans la rivière est-il un crime? Seule la célèbre détective Joséphine la Fouine peut résoudre cette énigme…

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Deux personnages principaux, le vétérinaire, qui découvre que la pollution est la cause de la maladie des animaux, et Joséphine, la détective, qui cherche la source et les coupables de cette pollution; quelques personnages secondaires, le fermier et son épouse, qui ne pensent qu’à faire de l’argent, et les animaux de la ferme.

    « Pendant que les animaux roupillent, ronflent et rechargent leurs batteries, le vétérinaire s’active. Il fait des prélèvements de salive, d’urine et de sang sur chacun des animaux. Dans son microscope, il voit plein d’anticorps combattant la maladie, mais il n’observe ni virus H1N1, ni microbe R2D2, ni bactérie XYZ3000. Il examine aussi l’eau du puits et la terre du pré. Il découvre alors une vraie soupe de pollution, grouillante de molécules chimiques toxiques.
    Le vétérinaire a trouvé la réponse à la question de Ticoq : les animaux sont empoisonnés par la pollution. » (p. 14-15)

    « – Maintenant, ajoute-t-il, votre travail est de trouver la source de cette pollution pour l’arrêter.
    – Arrêter la pollution? s’étonne Joséphine. J’ai déjà arrêté un zèbre voleur, un lièvre dopé, un loup menteur, un chat sournois, une mouche fatigante et j’en passe. Mais arrêter la pollution, voilà sûrement le plus grand défi de ma carrière de détective! » (p. 19)

    « La fermière d’affaires interrompt cette conversation si amicale :
    – Regarde, chéri, comme nos cochons sont mignons en rose à pois bleus. Ils gagneront sûrement un prix à la foire agricole.
    – Hé! se réjouit soudain le monsieur. Ça nous fera du fric!
    – Et la vache à taches vertes, ajoute la dame, on dira que c’est une nouvelle race biologique.
    – Hé! hé! un gros paquet de fric! » (p. 44-45)
     

  • Intrigue divertissante mettant en scène les animaux des fables de Lafontaine; œuvre pouvant intéresser le lectorat visé de par les thèmes exploités (p. ex., enquête de détective, pollution, animaux de la ferme, métier de vétérinaire, énigme).
  • Texte aéré, séparé en six chapitres numérotés et titrés; au début de l’œuvre, citation de Jean de la Fontaine en lien avec l’intrigue; nombreuses illustrations en noir et blanc qui facilitent la compréhension du texte; énigme intitulée L’énigme de Joséphine à la fin du roman; présence d’éléments graphiques facilitant l’interprétation de l’œuvre (p. ex., traits d’union, lettres majuscules, mots avec syllabes inversées, points de suspension).

    « – Co-co-comment se fait-il qu’on-qu’on-qu’on soit tous malades ici? Il faut trouver la cau-cau-cause. » (p. 14)

    « – Pouache! Ça pue, ces machins! Jetez-moi ça aux égouts!
    – NON! s’écrie le vétérinaire. Ce concentré de pollution contaminerait toute la région. » (p. 18)

    « L’âne obéit :
    – Erhi…
    Le vétérinaire traduit :
    – Hier…
    L’âne :
    – Aij…
    Le vétérinaire :
    – J’ai
    L’âne :
    – Tépé…
    Joséphine s’écrie, toute fière :
    – Pété! Hier, j’ai pété! » (p. 40)

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre; emploi de quelques mots nouveaux (p. ex., stéthoscope, éprouvettes, abaisse-langue, seringues, léchouille, molécules, ratatinent) que le contexte permet de définir.

    « Le vétérinaire attrape son stéthoscope et son microscope, ses bouteilles de médicaments et ses boîtes de pansements, ses éprouvettes, son abaisse-langue et ses seringues petites et grandes. Puis il emboîte le pas au coq, direction la ferme. » (p. 10)

    « – Votre ferme est mal tenue, poursuit Joséphine, mais c’est la faute de ces faux fermiers avides et paresseux, qui ne pensent qu’à faire de l’argent. 
    – Ronk! Ronk! Vous voyez, ce sont eux, les vrais cochons! rigole Chonchon.
    – Ils auraient dû travailler à vous soigner et à nourrir votre terre comme le font tous les bons agriculteurs. Ils ont préféré vous négliger et tout empoisonner. » (p. 49)
     

  • Texte contenant une variété de types et de formes de phrases qui contribuent à la lisibilité de l’œuvre et avivent la lecture.

    « Maintenant, on n’entend plus qu’un silence de mort! Les animaux se sont-ils accusés, attaqués, entretués? La révolution a-t-elle dégénéré en guerre mondiale? Ce serait bien humain! À moins que la maladie ne les ait tous foudroyés en moins d’une heure? » (p. 11)

    « – Ce matin, commence-t-il, Ticoq a grimpé sur le toit du poulailler sans même ouvrir les yeux. Il a lancé son cri habituel de réveille-matin : coco-RIIIII-coco!
    – Ah non! s’impatiente Joséphine, c’est bien trop long. Laissez-moi travailler, je n’ai pas de temps à perdre. Allez, dégagez. » (p. 17)
     

  • Nombreuses figures de style (p. ex., métaphores, énumérations, comparaisons, onomatopées) qui ajoutent à la richesse du texte.

    « Le matin se lève au village de Lafontaine. » (p. 5)

    « Encore à moitié endormis un instant plus tôt, les cochons se réveillent aussi sec. Leurs yeux s’arrondissent, leurs oreilles claquent, leurs queues tirebouchonnent comme des ressorts. » (p. 22)

    « Des grognements indignés se font entendre :
    – GRONK! GRONK!
    – J’ai dit : nettoyez vos cochonneries, répète Joséphine. » (p. 27)
     

  • Séquences descriptives qui apportent des précisions sur les lieux, les personnages et les événements.

    « Joséphine regarde vers la route, pensant voir approcher un vieux camion rouillé et cabossé. Pas du tout! C’est un gros véhicule de luxe qui s’arrête au milieu de la ferme. L’homme et la femme qui en sortent n’ont pas l’air de pauvres fermiers. On dirait plutôt des gens d’affaires prospères. Et pas contents! » (p. 43)

    « Tous les animaux applaudissent. Maintenant qu’ils connaissent la cause de leur mal et qu’ils savent qu’ils auront bientôt un remède, ils se sentent déjà à demi guéris. Au loin, on entend les sirènes des voitures de police. Les véritables suspects seront bientôt conduits au poste. » (p. 51-52) 
     

  • Séquences dialoguées permettant de mieux comprendre les relations entre les personnages.

    « – Puis-je avoir l’honneur de vous serrer la main, chers amis?
    Flatté par tant d’égards, le fermier tend la main sans réfléchir. Aussitôt, la détective sort la patte qu’elle gardait dans sa poche et CLIC! CLAC! ses menottes emprisonnent le poignet du fermier.
    – Au nom de la loi, je vous arrête, lance Joséphine la Fouine.
    Mais l’homme se débat et hurle :
    – Pour qui vous prenez-vous? Espèce de fouine à chapeau! Bête détective à poils! Chérie, appelle notre avocat, notre banquier, notre député! » (p. 46-47)

Pistes d'exploitation

  • À un cercle de lecture, animer une discussion afin de savoir quel sort devrait être réservé aux fermiers sans scrupules. Pour entamer la discussion, poser une question telle : Devraient-ils être traduits en justice et punis pour les actes commis envers les animaux et leur environnement? Faire un rapprochement avec le respect de l’environnement et amener les élèves à proposer des actions concrètes à accomplir pour garder la Terre en santé.
  • Demander aux élèves de se grouper en petites équipes et de faire une recherche via Internet pour connaître les façons employées, de nos jours, pour diriger les fermes et les moyens utilisés pour contrer la pollution. Proposer ensuite aux élèves de produire un dépliant informatif résumant leurs découvertes et de l'exposer en salle de classe.
  • Lire la citation de Jean de La Fontaine retrouvée au début de l’œuvre et amener les élèves à faire des liens avec l’intrigue. Par la suite, dresser une liste des fables de La Fontaine connues des élèves. Leur demander de comparer le rôle des animaux dans l’enquête de Joséphine la Fouine à celui des animaux dans les fables du célèbre auteur.
  • En groupe-classe, trouver la solution à L’Énigme de Joséphine que l’on retrouve à la fin de l’œuvre. Remettre ensuite une languette de papier à chaque élève et l’inviter à y rédiger une énigme au sujet du présent roman ou au sujet d’une fable de La Fontaine qu’il apprécie particulièrement. Déposer les languettes dans une boîte prévue à cet effet. Au cours des jours suivants, amorcer la journée en résolvant une des énigmes.

Conseils d'utilisation

  • Inviter les élèves à lire les autres romans de la série pour en apprendre davantage sur les aventures de Joséphine la Fouine.
  • Revoir les caractéristiques du dépliant informatif proposé plus haut pour en faciliter la rédaction.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 4e année, Série : Sciences, on tourne!, Agriculture et alimentation.