1
Anatomie de la fiche Anatomie interactive
Ajouter au bac de lecture
Nous vous invitons à cliquer sur les puces numérotées pour avoir plus d’informations sur les différentes sections de la fiche pédagogique et en apprendre davantage sur la manière de l’utiliser.

2Le Secret des Dragons

Ce matin, à six heures, sept minutes et trente-trois secondes, une grande transformation s’est produite. J’ai eu 12 ans! Et un événement exceptionnel a eu lieu. Mon parrain, Thibert Thibodeau, m’a offert un cadeau qui a changé ma vie. Et celle de Léo, mon meilleur ami.
Lili

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

3 À propos du livre

Contenu

  • Trois personnages principaux, Lili Labrie, narratrice, qui reçoit en cadeau d’anniversaire un œuf de dragon, Léo Lauzon, son meilleur ami, qui l’aide à prendre soin du bébé dragon, et Sam, petit dragon, qui vient chambarder la vie des deux amis; plusieurs personnages secondaires, dont Thibert Thibodeau, oncle de Lili, géologue et membre du Cercle Lancelot, Sylvain Sicotte, ancien cambrioleur maintenant membre du Cercle, Émeline Lagerloff, passionnée des dragons, qui vit sur l’île Mandra, Guenièvre Lagerloff, mère d’Émeline et auteur du livre Dragons. Mythes et réalités : toute la vérité, Ernesto Armaturo, savant spécialisé en zoologie, et Amélie Meyeur, pire ennemie de Lili.

    « Depuis, j’ai beaucoup grandi. Je dépasse presque ma mère. Malgré ça, mes parents oublient encore souvent que je n’ai plus deux ans. Il faut que je leur répète que je suis assez vieille pour me garder toute seule, faire cuire des macaronis, choisir mes vêtements et voir des films avec beaucoup de sang. » (p. 6)

    « Mon parrain s’appelle Thibert. Avec un prénom pareil, à mon avis, c’était déjà mal parti.
    Thibert Thibodeau est le frère aîné de maman. Il a quinze ans de plus que sa sœur.
    Mais il n’agit pas comme un vieux normal. Il mène une vie palpitante.
    Mon parrain est géologue. Au lieu de s’intéresser au ciel comme les astronomes ou à la mer comme les océanographes, il étudie le globe terrestre. » (p. 7)

    « Léo est un génie. Pour vrai! Il vient de remporter la grande finale nationale du concours Génie en direct à la télévision. Et il a obtenu une note parfaite à l’examen du Ministère en mathématiques. À douze ans, il lit des revues scientifiques que la majorité des adultes n’arrivent même pas à comprendre. » (p. 17)

    « J’ai devant moi la créature la plus extraordinaire que j’ai jamais vue. Et ça ressemble drôlement à un bébé dragon.
    Ses paupières sont closes. Il est tout fripé et ses membres ne sont pas encore complètement dépliés. Il remue un peu la tête, puis étire son cou. Sa queue hérissée de petites pointes s’agite faiblement.
    Deux yeux mauves, formidablement brillants, apparaissent. Sa tête et son cou sont couverts d’un léger duvet. Des écailles scintillent sur le reste de son corps et une crête minuscule court sur son dos. Il a un drôle d’air. À la fois noble et espiègle; imposant et amusant. » (p. 23-24)

    « Le jour où il est sorti de prison, Sylvain Sicotte a rencontré mon parrain. Par hasard, dans un café! Ils ont beaucoup parlé. Deux jours plus tard, Sylvain est déménagé sur l’île Mandra.
    Depuis, il joue un rôle très important dans le Cercle Lancelot. En plus de faire des recherches, il gère un réseau informatique. » (p. 146)
     

  • Intrigue bien étoffée, débordante d’aventures et de surprises; sujets susceptibles d’intéresser le lectorat visé de par les thèmes exploités (p. ex., amitié, aventure, danger, mystère, complicité, dragon, jalousie, courage, cercle scientifique, rôle parental, sens des responsabilités).
  • Texte dégagé, facile à lire, divisé en 57 courts chapitres; de nombreuses illustrations en noir et blanc qui contribuent à la vraisemblance des personnages et des lieux, allègent le texte et aident à sa compréhension; ajouts de gribouillis enfantins (p. ex., chandelles, flammes, étoiles, visages illustrant humeurs ou états d’âme) tout au long du texte; pages illustrant les personnages au début de l’œuvre; remerciement, dédicace et biographie de l’auteure retrouvés à la fin du roman.
  • Présence d’éléments graphiques facilitant l’interprétation de l’œuvre (p. ex., tirets, points de suspension, majuscules, caractères gras et italiques) et emploi de différentes polices, de tailles variées.

    « – On est chanceux, hein Léo? Trois semaines de liberté sur une île avec un bébé dragon. Quand même! C’est pas mal, non?
    Mon ami grimace un demi-sourire.
    – Oui… Mais on a quand même une énorme responsabilité. Il faut s’assurer que personne ne trouve Sam. Il faut aussi le nourrir. Et surtout l’éduquer!
    – Bof… Élever un bébé dragon, ça ne doit quand même pas être si compli…
    Au lieu de finir ma phrase, je crie :
    – LÉÉÉOOOOO!!! Fais quelque chose. Vite. Je t’en supplie. » (p. 100)

    « – Ils veulent tuer un dragon pour s’emparer de la draconite, reprend Émeline.
    – La dra…co…co quoi? bégaie Léo. 
    – La draconite est une pierre aussi précieuse que mystérieuse. Ses pouvoirs seraient fulgurants. Les membres du Cercle Lancelot disent de cette pierre que c’est le plus grand secret des dragons. » (p. 117)

    « Si Ernesto apparaissait subitement et que Sam paniquait, par exemple. On pourrait éviter la catastrophe en utilisant la laisse. » (p. 180)

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre; expressions familières à l’occasion et quelques mots plus complexes expliqués à l’aide du contexte (p. ex., pétaradant, caqueter, draconite, cryptozoologue, mandragore).
  • Variété de types, de formes et de structures de phrases qui contribuent à la lisibilité de l’œuvre et qui ajoutent de l’agrément à la lecture.

    « – Ça ira mieux… Bientôt… Je te jure… Léo et moi, on va te guérir.
    Ses beaux yeux mauves brillent d’intelligence.
    Mais il ne semble pas convaincu.
    – Ça y est! J’ai trouvé! crie Léo en descendant l’escalier. C’est écrit à la page 99. Écoutez! » (p. 162-163)

    « – À quoi sert la draga, la drako… euh, la drakalina? Quel est le rapport avec les dragons? Émeline et Sylvain ignorent mes questions.
    – Nous avons une bonne nouvelle, annonce Émeline en changeant de sujet.
    – Et aussi une mauvaise…, ajoute Sylvain.
    – La bonne, c’est qu’à notre avis, Ernesto ignore encore que nous cachons Sam ici, déclare Émeline.  
    – Il croit que Thibert a emporté l’œuf à Stockholm, en Suède, où le Cercle Lancelot a établi un quartier général, précise Sylvain. J’ai pu obtenir ces informations de deux confrères du Cercle spécialisés dans l’espionnage électronique. » (p. 252-253)
     

  • Emploi de procédés stylistiques (p. ex., expressions figurées, énumérations, métaphores, comparaisons) qui permettent d’apprécier le style coloré de l’auteure.

    « Amélie me fusille du regard.
    – Pffft! souffle-t-elle avant de s’éloigner. » (p. 37)

    « Toutes les surfaces sont encombrées. On y trouve, pêle-mêle : des tas de plantes en pots, des montagnes de livres, des pinceaux, des bols, des tubes de peinture, des bocaux, des toiles, des bouteilles, des pots et tout plein de bouquets de branches, de fleurs et d’herbes pendus au plafond. » (p. 82)

    « Cette fois, je ne me contrôle plus. Ma colère se transforme en tsunami. Je suis déchaînée. Et comme chaque fois que ma colère se transforme en tsunami, les mots sortent de ma bouche comme des projectiles. » (p. 144)
     

  • Séquences descriptives apportant des précisions sur les lieux, les personnages et les aventures vécues.

    « J’allais me précipiter vers la maison lorsque la porte s’ouvre brusquement.
    Une silhouette surgit. Pâle, mince et dégoulinante.
    On dirait un fantôme fondant.
    Je me colle contre Sam. Ma gorge est sèche et mon cœur tambourine follement.
    La créature court à toutes jambes. Elle se dirige droit vers nous. Je prie silencieusement pour que Sam reste calme. » (p. 271)

    « J’assiste alors au plus fabuleux spectacle qu’il me sera sans doute jamais donné de contempler.
    Sam vole. Ses larges ailes flamboyantes claquent au-dessus de nous. Ses écailles brillent de mille feux comme si elles avaient le pouvoir de capturer toute la lumière du monde.
    Ernesto reste figé, saisi malgré lui par la magie du moment. […]
    Mon cœur cesse de battre.
    Le bruit de la décharge du fusil fracasse le ciel.
    Ernesto pousse alors un hurlement effroyable.
    Sam vient de disparaître sous nos yeux. » (p. 338)
     

  • Séquences dialoguées permettant de préciser les relations entre les personnages.

    « Sylvain a dit :
    – Léo a failli se faire tuer! Ernesto a braqué une arme sur lui. Ça va trop loin… Les enfants sont sous notre responsabilité.
    Et Émeline a répondu :
    – Si Lili et Léo partent, Sam pourrait mal réagir. Thibert espérait que le bébé dragon s’attacherait aux enfants comme à ses parents et c’est réussi. Sans eux, Sam pourrait régresser.
    – Et plus ils passent de temps ensemble tous les trois, pire ce sera, a fait valoir Sylvain.
    – Sam a vécu beaucoup d’émotions ces derniers jours. Il faut attendre encore un peu. Ce qui est en jeu, ici, c’est l’avenir de l’humanité. Ne l’oublions pas… » (p. 283)

    « – Son instinct devrait le guider. De l’avis des scientifiques du Cercle Lancelot, un dragon séparé de ses parents retourne instinctivement à son lieu d’origine.
    – C’est ce que nous espérons, ajoute Sylvain.
    – Et ce lieu, c’est… où?
    – Près du cercle polaire dans le désert arctique, répond mon parrain. Là où je l’ai trouvé. Dans cette région, il existe des grottes immenses sous la calotte glaciaire.
    – Il n’aura pas froid?
    – Non. Ne t’inquiète pas, me rassure Émeline. » (p. 328)

Pistes d'exploitation

  • Former des petites équipes et proposer aux élèves de s’imaginer être Lili ou Léo et de rédiger un poème à forme fixe ayant Sam comme sujet tout en tenant compte des aventures riches en rebondissements vécues par ces trois personnages. Permettre aux élèves de présenter leur poème au groupe-classe.
  • Lors d’un cercle de lecture, lire en collaboration le texte à la page 68 au sujet de « la machine à rumeurs ». Demander aux élèves de discuter de l’impact des rumeurs sur les gens et leur entourage immédiat en appuyant leurs propos à l’aide d’expériences vécues. Leur demander s’ils croient que « la machine à rumeurs » est synonyme d’intimidation.
  • Demander aux élèves, en équipes de deux, de faire la liste des professions dont on parle dans le roman (p. ex., policier, géologue, astronome, océanographe, zoologiste, spécialiste en espionnage électronique). Les inviter à faire une recherche sur une de ces professions et à rédiger un court article en précisant les particularités de cette profession. Explorer avec les élèves la possibilité d’inviter un parent ou un membre de la communauté à venir les rencontrer pour témoigner de leur profession.

Conseils d'utilisation

  • Présenter les caractéristiques de l’article et du poème à forme fixe pour en faciliter la rédaction.