1
Anatomie de la fiche Anatomie interactive
Ajouter au bac de lecture
Nous vous invitons à cliquer sur les puces numérotées pour avoir plus d’informations sur les différentes sections de la fiche pédagogique et en apprendre davantage sur la manière de l’utiliser.

2Le Roi de glace / Mkumiey Eleke’wit / The Ice King

Parce qu’ils ne savaient pas se défendre contre le Roi de glace, les habitants d’un village mi’kmaq risquaient la mort chaque hiver. Suite à un hiver particulièrement rigoureux au cours duquel presque tous les habitants du village périssent, un brave Mi’kmaq ose faire face au Roi de glace. Parviendra-t-il à maîtriser cet ennemi redoutable?

La morale de cette fable amérindienne est évidente : l’homme sage et prévoyant sait affronter les difficultés même les plus grandes.

(Adapté de la quatrième de couverture du livre.)

3 À propos du livre

Contenu

  • Fable autochtone mettant en scène deux personnages, le Mi’kmaq, brave, tenace et prévoyant, et le Roi de glace, froid et menaçant; confrontation entre ces deux personnages, le Mi’kmaq défiant le Roi de glace qui, malgré ses menaces, finira par s’avouer vaincu.

    « Le Mi’kmaq travailla tout l’été puis, à l’approche de l’automne, il se rappela la menace du Roi de glace. Prenant son avertissement au sérieux, il résolut de se préparer pour les grands froids. Il commença par monter son wigwam près de la forêt et de l’eau, puis il coupa de vieux arbres secs et fendit le bois pour se chauffer. Il fit des réserves d’huile pour faire brûler le bois, au cas où il en aurait besoin, et se procura de bons vêtements chauds d’hiver. » (p. 10)

    « Un jour, le Roi de glace entra en coup de vent dans le wigwam et vint s’asseoir en face du Mi’kmaq. Le corps et l’haleine du Roi de glace étaient si froids qu’ils éteignirent presque le feu et gelèrent le Mi’kmaq jusqu’aux os. Pour se réchauffer, celui-ci tenta de raviver le feu en y jetant de l’huile. » (p. 12-14)
     

  • Texte court, simple et aéré qui ne comporte qu’un seul paragraphe en français par page, suivi du texte mi’kmaq puis du texte en anglais, chaque langue étant écrite d’une couleur différente; illustrations en couleur accompagnant chaque page de texte et représentant les personnages, les lieux et les objets dont il est question dans le paragraphe, facilitant ainsi la compréhension du texte.
  • Œuvre qui aborde des thèmes susceptibles d’intéresser le lectorat visé, c’est-à-dire, le courage, la prévoyance, la maîtrise d’une situation, la réussite, le mode de vie des Autochtones, les défis de l’hiver, la survie en forêt.

Langue

  • Registre de langue courant, dans l’ensemble de l’œuvre, qui présente majoritairement des mots familiers mais aussi quelques mots nouveaux liés au contexte.

    « Il y a bien longtemps, sur les bords d’une large rivière, prospérait un grand village mi’kmaq. Mais lors d’un hiver particulièrement rigoureux, presque tous les habitants périrent. Seul un très petit nombre d’entre eux survécurent de peine et de misère. » (p. 2)
     

  • Œuvre qui contient des phrases déclaratives et impératives, des manipulations linguistiques de base, et quelques phrases à la forme impersonnelle.

    « Armé d’un énorme pic, il attaqua hardiment le monstre et, tout en piochant, il le narguait en disant :
    – Viens, fais de ton mieux et gèle-moi encore si tu le peux… » (p. 6)

    « Le Mi’kmaq se leva et, avec le tisonnier, écarta les bûches enflammées afin de permettre au Roi de glace de partir. En sortant, celui-ci se retourna et dit :
    – Mon ami, vous m’avez vaincu deux fois de suite. Désormais, vous serez mon maître pour toujours. » (p. 20)

    « Grâce aux précautions dont il s’entourait, il lui semblait jouir de l’été à l’année longue. » (p. 22)
     

  • Séquences descriptives qui apportent plusieurs précisions sur les lieux de l’action et permettent de se situer dans le temps; seulement trois séquences dialoguées qui permettent de saisir le rapport de force entre les deux personnages.

    « Le printemps arriva enfin, apportant le temps plus clément. La neige se mit à fondre et la glace des lacs et des rivières lâcha prise. Tout se mit à couler vers l’aval, sauf… un ÉNORME bloc de glace. Il resta coincé dans une impasse sur la rivière, refroidissant l’air sur une grande distance autour de lui. Même le soleil n’arrivait pas à le faire fondre. 
    Un Mi’kmaq fort et courageux décida de se débarrasser de cet immense bloc de glace. » (p. 4-6)

    « Une fois le bloc de glace complètement disparu, le Mi’kmaq s’écria :
    – Voilà! Va-t’en et ne reviens jamais.
    – Merci, répondit le Roi de glace. Tu m’as rendu un grand service, mais méfie-toi : je reviendrai te visiter l’hiver prochain. » (p. 8)

    « Lorsque le feu fut bien pris, le Mi’kmaq sentit ses forces revenir. Par contre, devant le feu embrasé et pétillant, le Roi de glace fut obligé de reculer de plus en plus jusqu’à ce que son dos soit collé contre le mur. Il ne pouvait plus reculer.
    Alors, il se mit à transpirer. À mesure que la chaleur le gagnait, sa sueur coulait de plus en plus et il rapetissait à vue d’œil en s’affaiblissant. À la fin, il cria à l’aide.
    – Mon ami, dit-il, vous avez gagné. Maintenant, laissez-moi partir. » (p. 16-18)
     

  • Quelques figures de style (p. ex., métaphores, énumérations, personnifications) qui enrichissent le texte et permettent d’apprécier le style de l’auteure.

    « À l’arrivée de l’hiver, le Roi de glace revint comme promis. Sa présence se fit sentir dans tout le pays : il gela les lacs et les rivières et couvrit la terre de neige. » (p. 12)

    « Avec un bon feu dans son wigwam en hiver, il n’avait besoin ni de tuque, ni de mitaines, ni de mocassins. » (p. 22) 

Référent(s) culturel(s)

  • Référence à la culture, aux traditions et aux valeurs du peuple autochtone, les Mi’kmaqs.

Pistes d'exploitation

  • À l’aide de cette fable, relever avec les élèves les caractéristiques de ce type de texte, notamment la personnification et la présence d’une morale à la fin du récit. Leur demander de nommer quelques fables bien connues et souligner la morale contenue dans chacune. Par la suite, inviter les élèves à se grouper en équipes et à rédiger une fable sur un sujet au choix en s’assurant d'en respecter les caractéristiques.
  • Proposer aux élèves de construire, en petites équipes, un wigwam et de l’inclure dans une maquette. Inviter les élèves à exposer leur création à la bibliothèque de l’école.
  • Inviter les élèves à réfléchir à la morale de cette fable, telle que formulée sur la quatrième de couverture du livre et leur demander de tirer des exemples de la vie courante où cette morale pourrait s’appliquer.

 

Conseils d'utilisation

  • Présenter les caractéristiques de la fable pour en faciliter la rédaction, telle que proposée dans les pistes d’exploitation.
  • Sur une carte géographique, indiquer aux élèves où se situait le territoire des Mi’kmaq d’autrefois et où ils vivent encore de nos jours.
  • Lire d’autres fables aux élèves comme, par exemple, les fables de La Fontaine, et discuter de la morale de ces fables.