Anatomie de la fiche Anatomie interactive
Ajouter au bac de lecture

Le pain de grand-père

Le grand-père de Mandarine et Kiwi est boulanger. Ce matin, il leur montre à faire du pain. Les enfants apprennent d'où vient la farine et à quoi sert la levure. Ils pétrissent la pâte et attendent qu'elle lève. Et pour finir, ils se régaleront de bon pain chaud, miam!

Un album pour les curieux, les gourmands et les gastronomes en herbe qui aiment apprendre en s'amusant. Avec une bonne recette de pain maison.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Personnages principaux, jeune garçon nommé Kiwi et sa sœur Mandarine, qui se lèvent tôt le matin pour faire du pain avec leur grand-père; personnages secondaires, le grand-père, un boulanger, qui donne temps et amour à ses petits-enfants, et leur mère, qui aide à faire le pain et qui raconte ses souvenirs d’enfance à la boulangerie de son père.

    « Ce matin, Mandarine et Kiwi se sont réveillés très tôt. Ils dormaient chez leur grand-père qui est boulanger. Ils vont apprendre à faire du pain.
    – Youpi! s’écrie Kiwi.
    – Miam! j’ai déjà faim, ajoute Mandarine. 
    – Vous devez être patients, mes poussins, dit Grand-papa, cuire du pain demande du temps. » 

    « – Puis nous avons besoin d’eau? demande Mandarine.
    – Oui, continue Maman, l’eau sert à coller les grains de farine ensemble pour obtenir la pâte à pain.
    – Et du sel pour donner du goût à la pâte, devine Kiwi. » 

    « – Ça me rappelle de bons souvenirs, dit Maman en sortant son vieil album de photos. Quand j’étais petite, ma belle Mandarine, ton grand-père se levait tôt tous les matins, bien avant tout le monde. »
     

  • Intrigue simple qui divertit le lectorat tout en le renseignant sur la fabrication du pain; œuvre qui saura intéresser les garçons autant que les filles de par les thèmes exploités (p. ex., amour, collaboration, plaisir de cuisiner en famille, fabrication du pain, souvenirs), leur permettant de faire des liens avec leur vécu. 

    « – D’abord, il faut de la farine. Sans farine, il n’y a pas de pain, mentionne Grand-papa.
    – D’où vient la farine? demande Kiwi.
    – La farine est faite à partir de différentes céréales. Pour le pain, on utilise surtout du blé, répond Maman. » 

    « – […] Chaque jour, on goûtait un pain différent : au blé entier, au levain, au lait. Parfois Grand-papa mettait des brioches ou des croissants dans mon panier. Nous avions toujours hâte de voir ce qu’il nous avait préparé. »

    « – Allons voir si la pâte est prête, s’impatiente Kiwi. 
    – Oui, répond Maman, on partage la grosse boule de pâte en petites boules. Avec nos deux mains, on donne une belle forme qu’on appelle des pâtons.
    – Maintenant, on fait cuire nos pains! s’exclame Mandarine. »

Présentation

  • Illustrations dominantes aux couleurs pastelles, s’étalant généralement sur deux pages; personnages caricaturés qui révèlent les émotions ressenties, contribuant à l’interprétation de l’œuvre; emploi d’éléments visuels (p. ex., photo, bulles de nuages évoquant les souvenirs d’autrefois), permettant au lectorat de se situer dans le temps de l’action.
  • Caractères d’écriture noirs généralement sur fond blanc, clairement lisibles; taille de police adaptée au lectorat visé.
  • Mise en page équilibrée et aérée; texte de 2 à 15 lignes, disposé de façons variées; ajout d’une recette de pain à la main et d’un texte informatif à la fin de l’œuvre.
  • Dimensions : 21,5 cm x 21,5 cm; couverture souple, papier glacé.

Langue

  • Registre courant; utilisation de mots fréquents et familiers (p. ex., grand-père, pain, eau, goût, trous) et de certains mots nouveaux, généralement en lien avec le thème de la fabrication du pain (p. ex., fournil, levure, pétrir, levain, chefs-d’œuvre, pâtons), le sens pouvant être défini à l’aide des illustrations et du contexte.
  • Emploi de phrases de base, de phrases à construction particulière et de phrases transformées, de types et de formes variés (p. ex., déclarative, impérative, interrogative, exclamative, négative), donnant du rythme à la lecture et contribuant à la lisibilité de l’œuvre.

    « – Suivez-moi, descendons au fournil. »

    « – Vos mains sont propres? demande Maman.
    – Oui, répondent en chœur Kiwi et Mandarine.
    Il faut pétrir la pâte, c’est-à-dire la malaxer d’abord avec une cuillère, puis à la main, pour qu’elle devienne élastique. »

    « – Et avant que la boulangerie n’ouvre, on s’assoyait ensemble pour déguster nos chefs-d’œuvre!
    – Je n’ai jamais perdu cette habitude de faire du pain maison de temps en temps, ajoute Maman. »
     

  • Prédominance de séquences dialoguées, permettant au lectorat de mieux comprendre l’interaction entre les personnages et d’apprécier leur complicité; très peu de séquences descriptives.

    « – Bravo les enfants, elle est belle, votre grosse boule de pâte, félicite Maman. 
    La pâte doit se reposer pour commencer à grossir, grâce à la levure.
    – Qu’est-ce qu’on fait en attendant? soupire Mandarine.
    – Maman, raconte-nous encore une fois comment c’était quand tu étais petite. »

    « – Grand-papa était couvert de farine et ses yeux pétillaient en me remettant mon panier aux trésors. » 

    « – Toi, tu ne faisais pas le pain? demande Mandarine.
    – Mais oui, répond Grand-papa. Parfois, j’allais réveiller votre mère, comme vous ce matin, et on descendait ensemble au fournil. Je lui montrais comment on fabrique le pain. »

Pistes d'exploitation

  • Planifier une visite à une boulangerie. Effectuer diverses activités avant, pendant et après la visite (p. ex., préparer des questions à poser au boulanger, prendre des photos, écrire une lettre de remerciement, préparer un album souvenir de la visite).
  • Organiser une période de dégustation en salle de classe; inviter les élèves à goûter à différentes sortes de pain (p. ex., seigle, son, multigrain, blé entier, pita). Effectuer ensuite un sondage en groupe-classe, en posant la question « Quel pain as-tu préféré? ». Recueillir les données et demander aux élèves de présenter les résultats à l’aide d’un diagramme à bandes.
  • En situation de lecture partagée, lire le texte La farine, de la graine au moulin, qui se trouve à la dernière page de l’œuvre. Proposer aux élèves de faire une courte recherche sur un des trois métiers qui sont mentionnés (p. ex., agriculteur, meunier, boulanger). Les inviter à présenter leurs découvertes au groupe-classe.
  • Dans le récit, la mère raconte ses souvenirs d’enfance à Mandarine et à Kiwi. Proposer aux élèves de demander à un parent de leur raconter un souvenir de leur enfance. Les inviter à faire part de ce souvenir au groupe-classe.

Conseils d'utilisation

  • Inviter des bénévoles à venir faire la recette de pain Le pain à la main de grand-père, qui fait suite au récit.
  • Inciter les élèves à lire d’autres livres de la même série, tels que La fondue au fromage, Les crêpes au sirop d’érable, La croustade aux pommes, dont les fiches descriptives se trouvent dans FousDeLire.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 1re à 5e année, Série : Miam, Le pain.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 2e à 5e année, Série : Patente et Bidule, Le pain; Les croissants et les pains au chocolat.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, Maternelle à 3e année, Série : Les pourquoi?, Pourquoi le pain et les gâteaux gonflent-ils en cuisant?