Anatomie de la fiche Anatomie interactive
Ajouter au bac de lecture

La côte à Iwi

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Julien. En cadeau, il reçoit un toboggan que son père, Bôtan Môvètan, lui propose de tester dans le parc Dentonin.

Une fois sur place, Clément et lui s'élancent sur la côte à Iwi sans lire les directives que Moue Hette leur indique du bout de l'aile. À la suite d'une série de spirales et de descentes époustouflantes, ils se retrouvent en Antarctique. Qui est ce pingouin qui les y accueille? Aidera-t-il les garçons à trouver le chemin du retour? Pourquoi Clément et Julien entendent-ils Moue Hette mais ne peuvent-ils pas la voir? 

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Deux personnages principaux, Clément et Julien, deux frères enjoués et téméraires, qui, lors d’une glissade en traîneau, se voient projetés dans une aventure hallucinante; personnages secondaires, les parents des enfants, Monsieur et Madame Bôtan Môvètan, la mouette, Moue Hette, qui se fait la voix de la raison, guidant les enfants tout au long de leur aventure, Iwi, jeune manchot de l’Antarctique, ainsi que d’autres personnages aidants ou opposants tels que la famille manchot, les skuas et les léopards de mer.

    « – Allez! Déballe-le! s’impatiente son frère en allumant la télévision.
    Julien s’exécute au son du générique de l’émission qu’anime leur père, Bôtan Môvètan
    – C’est un toboggan! déclare-t-il joyeusement. » (p. 6-7)

    « Après avoir mangé de délicieuses crêpes, Clément et Julien s’habillent chaudement et se rendent au parc avec Moue Hette. Quand elle aperçoit les côtes du parc Dentonin, leur amie ailée s’inquiète : 
    – Nous embarquons-nous dans une galère? 
    – Et pourquoi pas! lancent Clément et Julien. (p. 10)

    « – C’est un manchot empereur, il est gentil, s’écrie Moue-Hette, qui semble voir tout ce qui se passe bien qu’elle-même soit invisible
    – Bonjour! dit celui-ci en s’approchant des garçons. Je m’appelle Iwi. » (p. 16)
     

  • Intrigue comprenant plusieurs péripéties, toutes aussi cocasses les unes que les autres, qui s’enchaînent à un rythme étourdissant; sujet apte à capter l’intérêt du lectorat visé de par les thèmes exploités (p. ex., aventure, toboggan, suspense, Antarctique, manchot, prédateurs, jeu virtuel), créant des liens avec son vécu.

    « Une fois sur place, ils contemplent rapidement le paysage, S’ÉLANCENT sur la côte et la dévalent À TOUTE ALLURE.
    ATTENTION! s’écrie Moue Hette en les survolant. Il y a…
    Mais il est déjà trop tard. Clément et Julien s’engouffrent dans un TUNNEL qui les mène dans une série de spirales ET DE DESCENTES ÉPOUSTOUFLANTES. » (p. 12)

    « – C’est pourtant simple, répond Moue Hette. Si vous aviez pris le temps de lire les directives qui se trouvaient sur le panneau d’information à l’entrée du parc, vous auriez su que la côte à Iwi fait partie d’un jeu virtuel et que le toboggan… en est la manette. » (p. 38)

Présentation

  • Illustrations aux couleurs vives et attrayantes, qui occupent généralement la demi-page et parfois la pleine page, révélant les moments stratégiques du récit; personnages caricaturés aux traits expressifs et scènes détaillées qui contribuent à la compréhension de l’œuvre.
  • Caractères d’écriture variés, généralement noirs sur fond blanc, parfois intégrés à l’illustration; emploi très fréquent de polices de caractère stylisées, de couleurs et de grandeurs variées, pouvant contribuer à la compréhension du texte, mais risquant aussi de nuire à sa lisibilité.
  • Texte aéré, disposé de façons variées sur pleine page et demi-page, divisé en six courts chapitres titrés et numérotés; inclusion d’un glossaire et de deux quiz à la fin de l'oeuvre.
  • Dimensions : 11 cm x 19,5 cm; format livre de poche.

Langue

  • Registre de langue courant; utilisation de mots familiers (p. ex., fête, oiseau, frère, cadeau, soleil) et de plusieurs mots nouveaux, écrits en rouge et définis dans le glossaire (p. ex., inadvertance, étreignant, sinueuse, skuas, abysse), contribuant à la compréhension du texte et permettant d’enrichir le vocabulaire du lectorat visé.
  • Plusieurs phrases transformées et phrases à construction particulière, de types et de formes variés (p. ex., exclamative, interrogative, impérative, négative), qui permettent une lecture expressive et dynamique. 

    « – Aujourd’hui, poursuit Bôtan Môvètan, si c’était ma fête, j’irais glisser.
    Où? demande Julien dans un curieux FACE À FACE avec son père à l’écran.
    – …sur la côte à Iwi, complète ce dernier.
    – Bonne fête, mon garçon! conclut le météorologue en adressant un clin d’œil à son fils. » (p. 8)

    « – Te voilà! dit le père d’Iwi en l’apercevant. Nous avons passé l’avant-midi à arpenter la banquise pour te trouver. SORS DE L’EAU! » (p. 27)

    « – Je n’en ai pas la moindre idée! déclare Julien. Où est Iwi? 
    Désorientés, les garçons regardent tout autour d’eux dans l’espoir de le retracer.
    Super! s’exclame Moue Hette en les rejoignant. Quelle partie! » (p. 36)
     

  • Plusieurs procédés stylistiques (p. ex., expression figurée et imagée, répétition, énumération, onomatopée), qui ajoutent de la richesse et de l’humour au texte, permettant d’apprécier le style de l’auteure.

    « Deux heures plus tard, Clément se LÈVE EN COUP DE VENT et s’écrie :
    – Julien, réveille-toi!
    Puis, il bombarde son frère de peluches. » (p. 4)

    « – Du soleil, du soleil, et encore du soleil, annonce le célèbre météorologue. » (p. 7)

    « Lors des plongées suivantes, ils rencontrent des dauphins, des cachalots et des rorquals. » (p. 23)

    « – CRAAAC! résonne subitement la banquise. » (p. 30)
     

  • Présence de séquences descriptives entrecoupées de nombreuses séquences dialoguées, permettant au lectorat de se situer dans le lieu et le temps de l’action et de mieux comprendre la relation entre les personnages.

    « Les garçons aperçoivent alors une nuée d’oiseaux qui se dirige vers eux à toute allure. AFFOLÉ, Iwi s’écrie :
    DES SKUAS!
    – Des quoi? s’informe Clément.
    – Des skuas, répète Julien. Ces oiseaux sont l’un des prédateurs du manchot. » (p. 18) 

    « Les garçons et Iwi sont alors précipités au creux d’une fente profonde. 
    – Comment ferons-nous pour nous sortir de cet abysse? soupire Julien en se remettant de sa chute.
    REGARDE! lui dit Clément.
    À l’exception d’Iwi, tous les manchots ont ancré leur bec dans la neige afin d’éviter d’y dégringoler. » (p. 30) 

    « – Je n’y arriverai pas, grogne Julien. Le poids du toboggan me ralentit.
    Laisse-le tomber! suggère son frère.
    JAMAIS! dit-il.
    Et dans un effort ultime, il atteint son but.
    – Bravo! le félicite Moue Hette alors que l’image d’Iwi, de sa famille et de la banquise s’estompe. » (p. 34)

Pistes d'exploitation

  • Expliquer aux élèves que ce sont les peuples autochtones d’autrefois qui ont appris aux peuples colonisateurs à se servir du toboggan. Les inviter à se renseigner sur l’origine du toboggan et à expliquer son utilité, autrefois et aujourd’hui.
  • Demander aux élèves d’expliquer ce qu’est un jeu virtuel. Inviter ceux qui en ont déjà joué sur Internet à parler de leur expérience au groupe-classe. Noter l’importance d’être accompagné d’un parent pour naviguer sur Internet en toute sécurité (p. ex., protéger ses données personnelles, assurer un contenu approprié à l’âge). Relever l’importance de mettre en priorité l’activité physique, qui est essentielle au mode de vie sain.
  • À la fin de l’œuvre, Clément et Julien choisissent de s’élancer sur la côte à Monképon. Demander aux élèves d’utiliser la démarche « pense-parle-partage » afin de s’imaginer une toute nouvelle aventure, qui est aussi époustouflante que celle de La côte à Iwi. Former des équipes de deux et leur demander de rédiger un récit avec dialogues à partir de cette nouvelle mise en situation.
  • Demander aux élèves de situer l’équateur, l’Antarctique, l’Arctique et les cercles polaires sur une mappemonde. Les inviter ensuite à faire une courte recherche pour se renseigner sur la faune de l’Antarctique et de l’Arctique. Leur proposer de rédiger une fiche descriptive sur un animal de leur choix (p. ex., manchot, pingouin, léopard de mer, skua) et d’y ajouter des photos ou des illustrations.

Conseils d'utilisation

  • Informer les élèves du glossaire qui se trouve à la suite du roman et qui donne la définition des mots écrits en rouge dans le texte. Avant la lecture de l’œuvre, présenter certains de ces mots et les insérer sur le mur de mots.
  • Revoir les caractéristiques du récit avec dialogues et de la fiche descriptive afin d’en faciliter la rédaction.
  • Inviter les élèves à effectuer les activités de compréhension qui se trouvent à la fin de l’œuvre, La langue fourchue et M’as-tu bien lu?, et à vérifier leurs réponses en se servant du solutionnaire.
  • Inviter les élèves à lire d’autres livres de la série Clément et Julien, dont les fiches descriptives sont disponibles dans FousDeLire.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 2e à 6e année, Série : Les devinettes de Reinette, Le manchot.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 3e à 6e année, Série : Les découvertes de Shanipiap, J’ai une bonne idée.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 1re à 4e année, Série : Célestin, Le pirate du Net; Sites classés.
  • CFORP. 2016. Minimag, vol. 8, no 2, Le Grand Nord, Ottawa.