Anatomie de la fiche
Ajouter au bac de lecture

Poèmes des villes/Poèmes des champs

À noter : Livre tête-bêche qui contient les deux recueils de poésie Poèmes des villes et Poèmes des champs.

Une incursion dans l’espace de l’enfance heureuse. Des poèmes narratifs en deux lieux de similitudes et de contrastes, de vie à la ville ou à la campagne. Des sentiments qui se croisent et se rencontrent dans l’amitié et la fête.

(Tiré du site de l’éditeur.)

À propos du livre

Contenu

  • Poèmes narratifs écrits en vers libres et organisés en strophes présentant l’univers d’une fillette de la ville (Florence) ainsi que l’univers de son cousin de la campagne (Frédéric).

    « Samedi dernier, j’étais en ville / chez ma cousine Florence / pour la fête de son quartier. / À mon tour de l’émerveiller / avec les charmes et les beautés / de ma campagne en été. » (Poèmes des champs, p. 10)

    « Ce soir, cousin Frédéric, / tu fais la fête avec moi / dans ma ville enchantée. / Samedi Prochain, / je serai chez toi à la campagne / pour un feu de joie. / Nous parlerons d’amitié / sous le ciel étoilé. » (Poèmes des villes, p. 48)
     

  • Textes qui traitent de thèmes divers (p. ex., famille, nature, amitié) selon les points de vue d’un personnage demeurant en ville et d’un autre demeurant à la campagne.

    « Marguerite adore les roses, / les œillets et la lavande. / Son balcon est un jardin / sentant souvent le thym. / Elle fait pousser des tomates / à côté des poivrons doux. / Elle m’offre du persil / et souvent une rose aussi. […] Elle s’appelle Marguerite, / Marguerite au grand cœur. / Elle partage avec moi son bonheur. » (Poèmes de villes, p. 13)

    « Ma sœur est encore petite. / Ses premiers pas / caresseront ces planches / avant d’explorer le monde. / Et, moi, je serai là / pour lui tenir la main / sur ce merveilleux chemin. » (Poèmes des villes, p. 14–15)

    « Papa est un bon traducteur / mais un fermier amateur. […] Maman écrit des romans. / Elle cultive aussi des roses. […] Et moi, je suis un écolier, / ravi d’être en vacances. » (Poèmes des champs, p. 16)

    « De l’herbe émeraude / comme celle d’Irlande, / des arbres joufflus / comme de bons gros géants, / des fleurs de toutes formes / en jupettes colorées, / des myriades d’insectes / dansant la sarabande, / voilà le décor grandiose / de notre fête champêtre. » (Poèmes des champs, p. 41)

    « En deux minutes / […] enfants, parents / voisins, / Laura-Lou, / la petite sœur / de Florence / et Martin / son copain, / tous les invités nous entourent. » (Poèmes des champs, p. 44–45)
     

  • Poèmes rédigés à la première personne du singulier qui permettent une vision intime de l’univers des deux personnages.

    « J’ai cependant appris / que je dois ouvrir les yeux, / car sur certains trottoirs / il pourrait y avoir, / des objets insolites, / des gens dangereux, / des animaux fougueux / qu’il faut que j’évite. » (Poèmes des villes, p. 20)

    « J’ai beau observer, / je ne peux pas tout voir. / Je voudrais tout comprendre. / Je sais cependant / que j’aime grandir ici » (Poèmes des champs, p. 54)

Langue

  • Registre courant adapté au lectorat ciblé et aux sujets abordés.

    « Mince comme une réglisse, / il a des yeux chocolat, / un nez fraise, / une bouche jujube, / des joues guimauves, / et des cheveux caramel. » (Poèmes des villes, p. 26)

    « Le gros bourdon velu / n’a rien d’un avion à réaction, / mais c’est un super espion. / Il vole ici, se pose là, » (Poèmes des champs, p. 30)
     

  • Figures de style variées (p. ex., comparaison, métaphore, personnification) qui contribuent à faire découvrir l’univers de l’œuvre.

    « Dans le champ azur du ciel, / des nuages gambadent, / comme des moutons heureux. » (Poèmes des champs, p. 11)

    « Voulant découvrir le monde, / des pommes intrépides / s’élancent dans le vide. / Leurs culbutes terminées, / elles se reposent, essoufflées, / sur un lit d’herbe moelleux. » (Poèmes des champs, p. 11)

    « Mes copains et moi / formons une bande de moineaux / toujours prêts à voler / d’un bout à l’autre du quartier. » (Poèmes des villes, p. 19)
     

  • Procédés poétiques (p. ex., rime, allitération, assonance) et figures de répétition telles que le parallélisme et l’anaphore qui permettent d’apprécier le texte et le style de l’auteure.

    « Des pommes rouges et rondes / ont roulé sous l’arbre rabougri / près du pré de trèfle fleuri. »  (Poèmes des champs, p. 13)

    « Je remplis mes poumons. / Hum, dehors, que ça sent bon! / Odeur d’herbe coupée, / effluves de giroflées, / arômes d’aneth et d’estragon, / enchantent mes narines. » (Poèmes des champs, p. 21)

    « Loukas, le libraire lunatique, / a lu et relu tous les livres / de sa librairie / à la lumière de la lampe / sans mettre de lunettes. » (Poèmes des villes, p. 29)

    « Loukas, le libraire lunatique, / […] Loukas n’est jamais las, / […] Loukas, l’illustre libraire » (Poèmes des villes, p. 29)

    « J’avance, j’observe, je scrute. » (Poèmes des champs, p. 33)

Pistes d'exploitation

  • Demander aux élèves de créer un collage représentant le monde de Florence, celui de Frédéric et leur monde à eux.
  • Inviter les élèves à recréer la scène d’une des fêtes dans le but de faire la promotion de la famille ou de l’ouverture sur le monde. Y inclure les arts et la musique.
  • Inviter les élèves à rédiger un dépliant informatif présentant les différences et les similitudes entre le milieu urbain et le milieu rural en tenant compte des sujets et des thèmes abordés dans l’œuvre.

Conseils d'utilisation

  • Amorcer l’étude du recueil par une discussion avec les élèves sur les avantages de la vie rurale et de la vie urbaine.