Anatomie de la fiche
Ajouter au bac de lecture

Pierre qui roule

Ce matin, l’écureuil a trouvé une belle pomme, pas véreuse ni rien, avec juste une petite touche marron à l’endroit où elle a cogné le sol en tombant. Un repas de rêve à déguster entre copains. Entre copains? Ah non. Notre écureuil est malin. Et un brin égoïste…

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Personnage principal, un écureuil malin qui tente de tromper ses amis car il ne veut pas partager sa pomme avec eux.

« Heureusement, l’écureuil est malin. Il prend une grosse pierre aux coins arrondis, la lance du haut de la colline et s’écrie bien fort : « Oh non, ma belle pomme! » »

  • Personnages secondaires, l’ours, le lapin et le renard qui courent pour rattraper la pomme que l’écureuil dit avoir échappée, pour se rendre compte que leur ami leur a joué un vilain tour.

« La pierre finit par ralentir. À force de courir, l’ours, le lapin et le renard la rattrapent et la ramassent. Le renard regarde la pierre avec attention. Le lapin la soupèse. L’ours la renifle. Quel étrange fruit!
– Sapristi, c’est une pierre et non une pomme! L’écureuil s’est bien joué de nous! »

  • Récit qui traite du thème de l’amitié avec une touche d’humour; histoire simple et amusante incitant le lectorat à réfléchir au fait que celui qui tend un piège aux autres peut finir par se faire prendre à son propre jeu.

Présentation

  • Magnifiques illustrations s’étalant généralement sur pleine page et débordant parfois sur la page adjacente; nuances de brun et de gris qui se prêtent bien aux scènes forestières; utilisation du trait noir plus appuyé accentuant la poursuite en forêt et les émotions des personnages; prédominance de lignes de mouvement traduisant la rapidité de la course des trois amis qui essaient de rattraper la pierre qui roule en bas de la colline; variété de types de plans (p. ex., moyen, rapproché, gros) créant des effets captivants.
  • Mise en page très aérée, les illustrations occupant la plus grande partie de l’espace; texte de 2 à 15 lignes, disposé à des endroits variés sur la page; caractères d’écriture noirs sur fond blanc; éléments graphiques (p. ex., points d’interrogation, points d’exclamation, deux-points, guillemets, tirets) qui facilitent l’interprétation du texte; dédicaces au début de l’œuvre.
  • Dimensions : 25,5 cm x 33,5 cm; couverture rigide.

Langue

  • Registre de langue courant; plusieurs mots fréquents et familiers (p. ex., colline, pomme, jambes, champion, forêt); emploi de mots nouveaux (p. ex., glouton, pente, déclare, hausse, agitation) compréhensibles grâce aux illustrations et au contexte; présence des mots inventés « délichieux » et « Gloups » injectant des brins d’humour dans le texte.
  • Phrases de base, phrases transformées et phrases à construction particulière; variété de types et de formes de phrases (p. ex., déclarative, interrogative, impérative, négative); quelques phrases complexes.

« Ce matin, l’écureuil a trouvé une belle pomme, pas véreuse ni rien, avec juste une petite touche de marron à l’endroit où elle a cogné le sol en tombant. Un repas de rêve à déguster entre copains.
Entre copains? Ah non. Il y en a pour un, pas pour 101, ni même un peu moins. »

« L’ours glouton accourt aussitôt.
– Tu as perdu ta pomme?
– Oui, regarde, elle dévale la pente.
– Vite, s’écrie l’ours, courons et rattrapons-la.
– Non, réplique l’écureuil, mes jambes sont trop petites, je n’y arriverai jamais.
– Alors je m’en charge, déclare l’ours. Ne t’inquiète pas, je serai vite revenu.
Et le voilà parti à toutes jambes à la poursuite de la pierre qui roule. »

  • Quelques procédés stylistiques (p. ex., expression imagée, répétition, énumération) qui enrichissent le texte.

« Et les voilà partis à toutes jambes à la poursuite de la pierre qui roule, qui roule. »

« Soudain, une grande ombre, une moyenne et une plus petite se dessinent sur le sol. »

  • Séquences narratives, entrecoupées de séquences dialoguées, qui permettent de s’immiscer dans l’esprit de l’écureuil, aident à comprendre les relations qui existent entre les personnages et révèlent la réaction des trois amis qui ont été bernés.

« Ameuté par toute cette agitation, le renard surgit d’un fourré en contrebas. La pierre lui frôle la tête.
– Voyous, vous cherchez à m’assommer!
– Pas du tout, protestent l’ours et le lapin haletants, c’est la pomme de l’écureuil qui roule en bas de la colline. Nous allons bientôt la rattraper.
– Attendez, je viens avec vous.
Et les voilà partis à toutes jambes à la poursuite de la pierre qui roule, qui roule, qui roule. »

« L’ours, le lapin et le renard s’installent un peu plus loin et partagent la pomme en surveillant l’écureuil du coin de l’œil. Ils parlent bien fort, pour être sûrs d’être entendus.
– Comment allons-nous faire pour le dernier quartier? Ce n’est pas pratique!
– Hum, coupons-le en trois parts égales, pour partager, propose le lapin.
– Mmmm, c’est délichieux, grogne l’ours.
L’écureuil est catastrophé. Oh comme il regrette maintenant que son estomac crie famine… »

Pistes d'exploitation

  • Lire le récit à voix haute jusqu’au moment où les trois amis ramènent la pierre à l’écureuil. Demander aux élèves, réunis en équipes, de rédiger une fin à l’histoire. Poursuivre la lecture du récit. Inviter les équipes à lire à voix haute leur situation finale, puis à la comparer à celle de l’auteure en précisant les ressemblances et les différences.
  • Faire remarquer aux élèves que chaque fois qu’un animal décide d’aider l’ours à rattraper la pierre, il y a un « qui roule » supplémentaire à la fin de la phrase (p. ex., ours et lapin : « Et les voilà partis à toutes jambes à la poursuite de la pierre qui roule, qui roule. ») Suggérer aux élèves, regroupés en dyades, de dessiner l’ours, le lapin et le renard, puis d’ajouter d’autres animaux de la forêt qui courent avec eux pour rattraper la pierre. Leur demander de reprendre la phrase tirée du récit, puis d’ajouter le bon nombre de « qui roule » à la fin, selon le nombre d’animaux dans leur dessin. Former des équipes, puis demander à chaque élève de présenter son dessin et sa phrase aux membres de son groupe.
  • Proposer aux élèves, regroupés en équipes, de créer une chanson sur un air connu (p. ex., Frère Jacques), que l’ours, le lapin et le renard pourraient chanter en courant. Les amener au gymnase, puis inviter chaque équipe à chanter sa chanson en courant.

Conseils d'utilisation

  • Revoir les caractéristiques de la chanson afin d’en faciliter la création.
  • Mettre à la disposition des élèves d’autres récits où les personnages sont des animaux, tels que Ils ne veulent pas jouer avec moi!, L’exploit de Nika et La Bête à 4 z’yeux, dont les fiches pédagogiques se trouvent dans FousDeLire.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, Maternelle à 2e année, Série : Félibert le chaventurier, Arrêtez cet écureuil!
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, Maternelle à 4e année, Série : Si j’étais un animal, Si j’étais un lapin, Si j’étais un ours brun, Si j’étais un renard.