Anatomie de la fiche Anatomie interactive
Ajouter au bac de lecture

Petit Bob et le bichon berger

C’est l’été. Petit Bob passe ses vacances à la montagne, comme les années précédentes. Cette fois-ci cependant, tout sera différent, il rejoint son ami Gaspard, un berger qui va lui apprendre la vie avec les moutons et ses deux chiens, Mistral et Joran. 

Petit Bob est enthousiaste. Mais une surprise va le bouleverser : Gaspard a recueilli un bichon abandonné. Le petit animal est blessé. Il a été maltraité. Petit Bob n’aura de cesse que de s’occuper de lui afin qu’il guérisse et puisse devenir à son tour, comme Mistral et Joran, un chien berger, ou plus précisément, un bichon berger.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Trois personnages principaux, un jeune garçon sympathique nommé Petit Bob, qui passe ses vacances dans les Alpes, en compagnie de son ami le berger, Gaspard, un berger compatissant et débrouillard, qui apprend à Petit Bob le métier de berger et qui vient à la rescousse d’un petit chien maltraité et abandonné, et le bichon, Zéphyr, chiot en détresse qui découvre la joie de vivre en montagne grâce aux soins attentionnés que lui prodiguent ses deux bienfaiteurs; personnages secondaires, Mistral et Jordan, les deux chiens du berger Gaspard, ainsi que le père de Petit Bob, un scientifique toujours plongé dans son travail de recherche.

    « Petit Bob était dans la bergerie depuis une semaine déjà. Il avait demandé à son Père de pouvoir passer une grande partie de ses vacances d’été à la montagne. Pour apprendre le métier de berger, avait-il dit. […]
    Il avait l’habitude de se débrouiller seul, son Père préférant rester à la maison et poursuivre ses travaux de recherche scientifique. » (p. 3)

    « Gaspard s’était alors approché. C’était un grand gaillard souriant, coiffé d’un chapeau brun à bords larges. Petit Bob l’avait salué et ils avaient parlé des moutons et des chiens, de la vie de berger passionnante. C’est à cette occasion qu’ils s’étaient liés d’amitié. Gaspard vivait là-haut du mois de mai au mois de septembre, seul avec ses moutons et ses deux chiens de berger, Mistral et Joran, qu’il avait appelés ainsi parce qu’ils couraient aussi vite que le vent qui souffle en été. » (p. 5)

    « Petit Bob s’en approcha prudemment. Ce qu’il y découvrit le laissa bouche bée. Au fond de la corbeille se trouvait une minuscule boule laineuse, une sorte de peluche toute blanche et frisée. La peluche regardait Petit Bob. Ses deux yeux noirs brillaient dans la pénombre. Petit Bob s’aperçut alors qu’entre les yeux, il y avait une truffe.
    – Oh! ce n’est pas un mouton, dit Petit Bob. » (p. 14-15)
     

  • Intrigue étoffée, apte à émouvoir le lectorat visé et à éveiller sa sympathie face à la maltraitance des animaux; sujet qui saura captiver le lectorat visé de par les thèmes exploités (p. ex., amitié, métier de berger, Alpes, animal de compagnie, chien berger, maltraitance animale, courage).

    « – …Puis j’ai vu que c’était un chiot. Mon Dieu! Je n’oublierai jamais le regard qu’il ma lancé : il y avait toute la détresse et toute la tendresse du monde dans ces yeux-là. […]
    – Mais c’est affreux, c’est horrible, c’est monstrueux, s’écria Petit Bob. Je n’ai jamais rien entendu de plus révoltant. Je n’arrive pas à croire que c’est possible, qu’on puisse être aussi inhumain, aussi cruel… » (p. 20-21)

    « Aussi, après leur déjeuner, avec beaucoup de précautions, Gaspard retira-t-il le bandage et l’attelle de la patte arrière de Zéphyr. Celui-ci commença d’abord par se lécher longuement à l’endroit où il y avait eu le pansement. » (p. 28)

    « En effet, le bichon était redevenu un tout petit bébé et il dormait, confiant et fier, dans les bras de Petit Bob. » (p. 40)

Présentation

  • Illustrations aux couleurs vives, sur pleine page, qui représentent les moments stratégiques de l’intrigue et révèlent les émotions des personnages, contribuant à la compréhension de l’œuvre.
  • Caractères d’écriture noirs sur fond blanc; taille de police adaptée au lectorat visé.
  • Mise en page équilibrée et aérée; texte pleine page, organisé en courts paragraphes et divisé en six parties titrées; présences d’éléments graphiques facilitant l’interprétation du texte (p. ex., lettrine débutant chaque partie, titres de parties en couleur, deux-points, tirets, guillemets, points de suspension).
  • Dimensions : 19 cm x 21,5 cm; couverture souple, papier glacé.

Langue

  • Registre de langue courant; emploi de mots fréquents et familiers (p. ex., soupe, plume, chiens, coucher, pattes) et de plusieurs mots nouveaux (p. ex., gaillard, pénombre, précipice, ferraille, philosophie); utilisation de vocabulaire spécialisé, en lien avec le thème abordé (p. ex., bergerie, troupeau, alpage, berger, altitude).
  • Utilisation de phrases de base, de phrases transformées, parfois longues et complexes, et de phrases à construction particulière; emploi d’une variété de types et de formes de phrases (p. ex., déclarative, interrogative, exclamative, impérative, négative), contribuant au rythme de la lecture et à la lisibilité de l’œuvre. 

    « En entendant la voix de Petit Bob, la peluche essaya de remuer, mais elle bascula sur le flanc en gémissant. 
     – C’est un chien, reprit Petit Bob. Qu’est-ce qu’il fait là? Je n’en ai jamais vu d’aussi petit. Pourquoi est-ce qu’il ne peut pas bouger? Il est trop petit? C’est un bébé chien? Je peux le toucher? » (p. 15)

    « – Cours, mais fait bien attention! Ne va pas trop loin!
    Et Zéphyr repartait de plus belle. Petit Bob le regardait, à la fois amusé, inquiet et admiratif.
    – Tu sais Gaspard, je crois qu’on va faire de lui un vrai petit berger!
    […] Mais quand il surgissait d’entre les herbes, bondissant dans leurs pattes tel un ludion, alors ils se regroupaient, plus étonnés qu’effrayés par ce petit animal blanc et frisé comme eux et qui n’aboyait pas très fort, tout en sachant déjà les guider dans la bonne direction. » (p. 35)
     

  • Emploi de figures de style (p. ex., expression imagée, répétition, énumération, comparaison), qui enrichissent le texte et permettent d’apprécier le style de l’auteur.

    « La plupart étaient de gros moutons adultes, mais il y en avait aussi de plus petits, des agneaux nés au printemps et qui suivaient encore leur Maman brebis. Ils étaient bien laineux et toutes ces boules blanches qui broutaient en bêlant avaient amusé Petit Bob. » (p. 5)

    « Les gens sont comme ça dans les villes. C’est normal. Ils n’ont pas le temps, et ils ne savent pas comment faire. Alors ils achètent, et quand ça ne fonctionne plus, ils jettent. Et ils achètent du neuf. Parfois même ils jettent avant que ça ne fonctionne plus. Pour le plaisir de changer. » (p. 10)

    « Il détestait le gaspillage et s’ingéniait à prolonger la vie des objets ou à leur donner une nouvelle vie, en les transformant, en les adaptant ou en les morcelant afin de pouvoir utiliser pour de nouvelles fonctions les pièces ainsi récupérées. » (p. 11)

    « Petit Bob et Gaspard, bouche bée, incapables de réagir, regardèrent les deux chiens filer ainsi à toute allure, le petit sur le dos du gros, comme les Musiciens de la ville de Brême… » (p. 36)
     

  • Séquences descriptives permettant au lectorat visé de se situer dans le temps et le lieu de l’action.

    « Mais dans une bergerie, on a rarement le temps de lire ou d’écrire… Elle était bien éclairée et aérée par une lucarne percée dans le plan incliné du toit qui descendait presque jusqu’au plancher. Ainsi, la lumière y était encore assez vive, malgré le jour qui déclinait. Au fond, on pouvait apercevoir une grosse corbeille, une de celles que Petit Bob avait connues chez sa Grand-Mère et dont elle se servait pour transporter le linge à laver. » (p. 14)

    « Les jours qui suivirent, la scène se répéta : Zéphyr, comme propulsé par un ressort, bondissait sur le dos de Mistral qui partait au galop. Parfois, il sautait dans les herbes, courait après quelques moutons indisciplinés, puis rattrapait Mistral… qui l’avait attendu et, par une cabriole presque acrobatique, digne d’un spectacle de cirque, se retrouvait perché sur le dos du gros chien. » (p. 40- 42)
     

  • Séquences dialoguées permettant de mieux comprendre la relation entre les personnages.

    « – Je sais, dit Gaspard, je sais…
    – Continue, dit Petit Bob.
    – Je l’ai libéré : j’ai coupé la ficelle et je l’ai sorti de la poubelle. Il était tout dégoûtant, couvert de détritus, mais je l’ai quand même serré contre moi, tout doucement. » (p. 21)

    « Petit Bob se leva, prit le bichon délicatement dans ses mains et rejoignit Gaspard à la table du petit déjeuner.
    – Ah! je vois qu’on ne se quitte plus! dit Gaspard, amusé et un peu taquin.
    – Je l’ai trouvé sur mon lit ce matin…
    – Alors comme ça, Zéphyr a réussi à se déplacer tout seul jusque dans ta chambre. Comme je te l’ai dit hier soir, je crois que je vais pouvoir lui ôter son attelle. L’os doit être solidifié maintenant. » (p. 26)

Pistes d'exploitation

  • À une table ronde, demander aux élèves de discuter des démarches possibles si jamais ils voient un animal maltraité (p. ex., avertir un adulte qui communiquera avec la Société protectrice des animaux, ne pas toucher l’animal). Leur lire quelques extraits de la Loi sur la Société de protection des animaux de l’Ontario qui a comme mission de promouvoir la prévention des actes de cruauté contre les animaux (p. ex., droits d’inspection, obligations du vétérinaire, saisie de l’animal).
  • Inviter les élèves à se jumeler avec un partenaire et à localiser, sur une mappemonde, le lieu où se passe l’action dans l’œuvre (p. ex., Europe, Suisse, Alpes). Leur proposer de faire une courte recherche sur le mode de vie des gens dans la région alpine (p. ex., relief, climat, population, économie) et d’ajouter des photos qui permettent de visualiser l’endroit. Demander aux élèves de présenter le résultat de leur recherche au groupe-classe.
  • Demander aux élèves d’expliquer le sens du titre du deuxième chapitre « Dans l’univers rien ne se perd », en faisant des liens avec le texte et leur vécu (p. ex., réparer et réutiliser des objets permet de réduire la quantité de déchets). Proposer aux élèves de présenter, à une activité de « Montre et raconte », un objet qu’ils ont réparé ou créé et qui leur est encore utile.
  • Inciter les élèves à faire une courte recherche sur un métier animalier (p. ex., éleveur ou toiletteur canin, vétérinaire, fermier, propriétaire d’une animalerie). Leur proposer de noter leurs renseignements sous forme de fiche descriptive, en décrivant certaines caractéristiques du métier choisi (p. ex., vétérinaire : description de la tâche, lieu de travail, compétences requises, études). Demander aux élèves d’ajouter des photos ou des illustrations à leur travail. Rassembler les fiches pour en faire un recueil collectif sur les métiers animaliers et placer au coin de lecture.

Conseils d'utilisation

  • Aborder au préalable le thème de la cruauté envers les animaux, sujet qui peut s’avérer perturbateur pour les élèves.
  • Revoir les caractéristiques de la fiche descriptive afin d’en faciliter la rédaction.
  • Lire aux élèves le conte Les Musiciens de Brême, œuvre à laquelle on fait allusion à la page 36 du livre; demander aux élèves de faire le lien entre ce conte et Petit Bob et le bichon berger.
  • Consulter les courtes biographies de l’auteur et de l’illustratrice à la fin de l’œuvre.
  • Inviter les élèves à consulter la liste des autres œuvres du même auteur, présentées à la fin du livre.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 2e à 6e année, Série : Les devinettes de Reinette, Le mouton.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 2e et 3e année, Série : Mon animal et moi, Alexandre et son chien berger (Suisse).