Anatomie de la fiche
Ajouter au bac de lecture

Ô Saint-Laurent, le fleuve à son commencement

La poésie emprunte une route secondaire où l’auteure revendique le chant d’amour qui marche sous l’eau. Elle réclame le droit de dire ce fleuve en amont de Montréal, non pas l’infiniment grand mais l’infiniment oublié. La voilà complice d’une force transmise par ceux qui vinrent et passèrent d’île en île. Un hommage à la beauté, un cri du cœur… une recherche d’identité!

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Recueil de poésie présentant certaines particularités telles que notes en bas de page, cartes géographiques.

    « Île Tonti*
    […]
    *Les noms en italique figurent sur des cartes du début du XVIIe siècle. » (p. 25)
     

  • Poèmes prenant la forme d’un voyage historique et géographique où le fleuve Saint-Laurent, la nature, l’exploration et l’identité franco-ontarienne sont privilégiées.

    « Venus d’oultre-continent
    Explorateurs
    Coureurs des bois
    Trappeurs
    Ils vous ont croquées
    Vous ont nommées » (p. 25)

    « Obstinément       ils fixent cette route
    En noircissent la carte
    des points tendus ensemble
    qui le resteront » (p. 41)
     

  • Poésie qui présente le fleuve comme un protagoniste évoquant ses souvenirs avec regret et nostalgie.

    « L’eau avança lentement
    Un village à la fois
    Recouvrant leurs thorax
    Aspirant leurs yeux vidés      leurs lèvres cousues
    Pour qu’elles ne se rouvrent plus »  (p. 91)
     

  • Descriptions imagées, jeu d’énonciation des destinateurs (p. ex., fleuve, voyageurs, lecteurs), allers-retours entre le passé et le présent permettant de créer un univers poétique riche.

    « L'esprit vous a rongé les yeux
    Les tempêtes ont appelé les démons
    Car rien n'est plus souple que l'eau
    Vos dents de granite
    Ont présidé aux conseils de guerre
    Vos bras d'écumes portagé les partages » (p. 32)

    « Ils inventent la carte d’un nouveau monde
    Avant même Bach       ses cantates » (p. 45)

Langue

  • Registre courant; mots en langues autochtones et en ancien français inclus dans l'œuvre et reflétant le milieu dans lequel se déplacent les voyageurs.

    « Ils craignent les cheutes d'eau  
    L'explosion de saults dans lesquels on se perdroit infailliblement » (p. 45)

    « L’eau farouche te flagelle
    Ouvre ses pièges bleus
    Insensible 
    ses tourments
    Katanesgo
    Cahihonéiiaghe » (p. 64)
     

  • Phrases de structure complexe et parfois irrégulière; absence presque totale de ponctuation.

    « Entre plaisir et épouvante
    rien d’acquis
    Hallucinés
    Ils inscrivent la fissure d’un fleuve
    À perte d’âme      la terre qui observe (p. 45)
     

  • Figures de style nombreuses (p. ex., personnification, antithèse, allitération, métaphore).

    « Les îles s'accouplent 
    Ne se reproduisent plus » (p. 21)

    « Le voyage commencé 
    Indiquait déjà une fin » (p. 24)

    « Rêver le rêve » (p. 52)

    « les Galotes   les Galous   les Galettes » (p. 70)

    « Par miracle la survie
    D’un arbre millénaire
    À l’intérieur d’un anneau  
    Qui sanglote » (p. 91)
     

  • Champs lexicaux variés liés au fleuve Saint-Laurent (p. ex., nature, voyage, exploration, identité franco-ontarienne); vocabulaire riche qui demande une maîtrise de la langue.

    « Pourtant le fleuve est battement
    De chaque seconde
    Sa rame pêcheuse d'épaves
    Son courant mangeur d'Atlantide
    Un ciel parfois naufrage » (p. 22)

    « Je vous le dis
    Je revendique le droit
    De chanter ce fleuve de l’Ontario
    Non pas l’infiniment grand […]
    Mais l’infiniment oublié […]
    Devrai-je m’attrister de n’être pas Québécoise
    Pour dire le Saint-Laurent? » (p. 116)

Pistes d'exploitation

  • Discuter, en sciences sociales, de l’importance du fleuve Saint-Laurent pour l’économie canadienne.
  • Se servir des cartes du recueil pour faire des recherches historiques et géographiques, puis recréer des maquettes des villages ontariens anéantis par la construction de la voie navigable du St-Laurent.
  • Présenter en spectacle une partie du recueil en intégrant les arts médiatiques, la musique, le chœur et les textes en rap. 

Conseils d'utilisation

  • Comparer d’autres textes de poésie contemporaine avec ceux du recueil pour permettre aux élèves de mieux saisir et comprendre la richesse créatrice et la maîtrise des processus poétiques de l’auteure (p. ex. comparer les textes du groupe Loco Locass ou les textes de Jean-Marc Dalpé).
  • Expliquer l’importance du fleuve Saint-Laurent dans le développement du Canada pour les élèves provenant de groupes culturels divers.