Anatomie de la fiche
Ajouter au bac de lecture

Lou le malin

Loubidou est le plus petit lapin du terrier, mais il ne manque ni de courage ni d'idées. Il ne paraît pas trop inquiet lorsque l'affreux Nopignol l'attrape par les pieds pour en faire son souper. Installé sur le dos du monstre, la tête en bas, Loubidou se met à lui décrire tout ce qu'il voit : le monde lui semble si différent! Il suggère à Nopignol de faire comme lui et de découvrir le monde la tête en bas, une merveilleuse astuce pour tenter de s'échapper. Mais Loubidou réussira-t-il à piquer suffisamment la curiosité du monstre pour pouvoir s'échapper?

(Adapté du site de l'éditeur.)

 

À propos du livre

Contenu

 

  • Personnage principaux, Loubidou, surnommé Lou le pou, petit lapin courageux qui affronte la méchante créature menaçant les animaux de son terrier, et Nopignol, le monstre qui attrape Loubidou pour le manger.

« Observe bien attentivement : un monstre affreux surveille l'entrée du terrier.
[…]
Mais le plus petit en a assez. Il s'appelle Loubidou, et d'habitude il est plutôt malin. Il dit :
– Je vais lui demander ce qu'il veut. »

« Le monstre voulait bel et bien attraper un lapin et le manger tout cru pour le souper.
Le monstre s'appelle Nopignol, et il a grand-faim. »

  • Personnages secondaires, les lapins qui ont peur de sortir du terrier et conseillent à Loubidou de ne pas affronter le monstre.

« Voici deux jours que les lapins n'osent plus sortir.
– Nous allons mourir de faim! se lamentent les pauvres bêtes.
[…]
– Lou le pou, tu es un vrai crétin. Les monstres ne sont pas amis avec les lapins. »

  • Récit d'aventure original et divertissant; trame narrative mettant en vedette un lapin qui déjoue un monstre en le convaincant de se mettre la tête en bas afin de découvrir des secrets de la nature; histoire qui fait valoir l'importance du courage et de la persévérance, et maintient l'intérêt du lectorat en l'incitant à regarder les illustrations à l'envers pour découvrir les éléments camouflés.

 

Présentation

 

  • Illustrations originales très colorées s'étalant généralement sur double page; scènes qui permettent  de se situer dans le lieu de l'action et révèlent les émotions des personnages; éléments de la nature savamment dissimulés dans les illustrations, que le lectorat peut découvrir en regardant les images à l'envers; éléments visuels (p. ex., ombrages, lignes de mouvement) soutenant le lectorat dans la compréhension de l'œuvre.
  • Mise en page très aérée, les illustrations occupant la plus grande partie de l'espace; texte de deux à neuf lignes, disposé de façon harmonieuse sur la page et parfois intégré à l'illustration; taille de police adaptée au lectorat visé; présence d'éléments graphiques (p. ex., points d'exclamation, points de suspension, tirets, deux-points, majuscules, caractères gras) facilitant l'interprétation du récit.
  • Dimensions : 26,5 cm x 30 cm; couverture rigide.

 

Langue

  • Registre de langue courant; prédominance de mots fréquents et familiers (p. ex., forêt, lapins, monstre, dragon, maison, truc); utilisation de mots nouveaux (p. ex., terrier, crétin, sommet, désespère, ronchonne) compréhensibles grâce au contexte et aux illustrations.
  • Emploi de phrases de base et de phrases transformées; utilisation d'une variété de types et de formes de phrases (p. ex., déclarative, exclamative, impérative, impersonnelle, négative).

« Le monstre emporte Loubidou au cœur de la forêt.
– Oh! s'exclame le petit lapin.
Dans les arbres, j'aperçois une sorcière et un dragon qui rit! Je t'assure! Il faut que tu te mettes la tête à l'envers.
– Je ne te crois pas, dit Nopignol. »

« Le lapin court jusqu'à son terrier retrouver sa famille et ses amis.
– Hourra! s'écrient les lapins, Lou est revenu!
– Hourra! Lou le pou est là!
– Ne m'appelez pas Lou le pou. Mon nom est Loubidou. »

  • Quelques procédés stylistiques (p. ex., comparaison, interjection, expression imagée, répétition) qui enrichissent le texte; emploi de la rime créant une musicalité et agrémentant la lecture.

« Il est vert comme un haricot et couvert d'écailles sur le dos. »

« Pauvre Loubidou!
Cette fois, il n'a pas été malin du tout! »

« – Oh! C'est… c'est vraiment curieux : devant ta maison, il y a deux lutins qui montent la garde! »

« Le monstre se met alors la tête en bas.
Et là, il rit! Il rit! »

  • Séquences narratives, entrecoupées de séquences dialoguées, qui aident à suivre le déroulement de l'action et révèlent la persévérance de Loubidou ainsi que la méfiance de Nopignol.

« Le monstre grimpe au sommet d'un arbre afin de retrouver le chemin de sa maison.
Loubidou ne se décourage pas :
– C'est incroyable! La montagne, là-bas, quand on la regarde à l'envers, on dirait… mais oui! On dirait un géant endormi!
– Je ne te crois pas, répond Nopignol. »

« Dans la cuisine de Nopignol, le petit lapin commence à craindre le pire.
Il dit d'une voix tremblotante :
– Comme… comme c'est amusant! Par la fenêtre, je vois un grand chien. Il a l'air très gentil. Et aussi…
– Mais qu'est-ce que tu racontes à la fin! soupire Nopignol. »

Pistes d'exploitation

 

  • Lire le récit à voix haute, puis arrêter la lecture à l'endroit où, dans la cuisine de Nopignol, Loubidou commence à s'inquiéter. Demander aux élèves, réunis en équipes, de rédiger une fin à l'histoire, puis de lire leur texte devant le groupe-classe. Poursuivre la lecture de la fin du récit. Demander aux équipes de lire à voix haute leur situation finale et d'expliquer la façon dont elle ressemble et/ou diffère de celle de l'auteure.
  • Explorer, en groupe-classe, les illustrations de Caroline Merola en incitant les élèves à observer certaines illustrations à l'envers pour voir les éléments camouflés que décrit Loubidou. Leur proposer de réaliser un dessin dans lequel est dissimulé un élément que l'on peut voir en regardant l'image à l'envers. Les inviter à présenter leur dessin au groupe-classe.
  • Expliquer aux élèves que l'adjectif « malin » peut avoir une connotation positive (p. ex., rusé, adroit) ou une connotation négative (p. ex., méchant, malfaisant). Ajouter que le nom « malin » tel qu'il paraît dans le titre signifie un être rusé. Poser aux élèves la question suivante : As-tu déjà été rusé comme Loubidou? Inviter les élèves qui répondent « oui » à raconter leur expérience.
  • Demander aux élèves de confectionner une carte destinée à Loubidou et Nopignol, les félicitant de leur décision de devenir des amis. Afficher les cartes dans la salle de classe.

 

Conseils d'utilisation

 

  • Lire avec les élèves une autre œuvre de Caroline Merola, soit La Bête à 4 z'yeux, dont la fiche descriptive se trouve dans FousDeLire.

 

Ressource(s) additionnelle(s)

 

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, Maternelle à 4e année, Série : Les belles histoires de Pomme d'Api, Le petit monstre.