Anatomie de la fiche Anatomie interactive
Ajouter au bac de lecture

Le grain de maïs

Un roi sans descendance adopte trois garçons et les éduque comme des princes. Un jour, alors qu’il se fait vieux, il leur donne à chacun un grain de maïs à planter. Celui qui lui rapportera la meilleure récolte lui succédera. Seulement, les grains ne poussent pas… Qui donc deviendra roi?

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Personnage principal, le roi, juste et intègre, qui lance un défi à ses trois fils adoptifs dans le but de choisir son successeur; personnages secondaires, ses trois fils adoptifs, chacun essayant de relever le défi en rapportant la meilleure récolte de maïs, la femme du roi, l’oncle du fils aîné, l’oncle du deuxième fils et la grand-mère du plus jeune, donnant des conseils aux trois frères.

    « Après avoir effectué le tour complet de son royaume, il revint avec trois enfants qu’il adopta selon les règles du pays. Ce roi était juste et bon. Beaucoup de qualités lui étaient attribuées. On disait même qu’il avait des vertus cachées. Avec sa femme, ils éduquèrent leurs enfants de la même manière, comme des princes. »

    « Trois jours après, les trois concurrents plièrent bagage pour se lancer dans la compétition. Sitôt arrivés dans leur famille d’origine, ils enfouirent dans le sol leur grain de maïs. »

    « L’aîné demanda à son oncle de l’aider. Ce dernier lui trouva une solution en ces termes :
    – Mais c’est très simple, si ton grain de maïs ne pousse pas, tu vas au marché et tu achètes un autre grain de maïs, car après tout un grain de maïs est un grain de maïs! »

    « Quant au troisième fils, il recourut à sa très vieille grand-mère presque centenaire. Les propos qu’elle lui tint lui semblèrent farfelus :
    – Si ton grain de maïs ne pousse pas, fiston, dis tout simplement à ton père le roi qu’il t’a donné un grain de maïs qui ne pousse pas, c’est tout. »
     

  • Intrigue tissée de péripéties captivantes, se terminant par une fin imprévue; œuvre qui incite le lectorat à réfléchir sur l’importance de l’intégrité et de l’honnêteté; conte pouvant dépasser le vécu immédiat du lectorat visé, mais qui saura capter son intérêt de par les thèmes exploités (p. ex., roi, fils adoptifs, compétition, honnêteté, intégrité, justice).

    « – Je me fais vieux, je vous demande de retourner chacun dans votre village d’origine pour semer le grain de maïs que je viens de vous remettre. Celui d’entre vous qui me rapportera la meilleure récolte à la saison prochaine sera digne de me succéder quand je ne serai plus de ce monde. »

    « – Oh! roi, mon père, je suis désolé. J’ai semé le grain de maïs que tu m’as donné. Je l’ai arrosé de jour, je l’ai arrosé de nuit. Je l’ai convenablement arrosé. J’ai fait ce que j’ai pu et je n’ai point eu de récolte. Père, je suis désolé. 
    Le roi se leva et, regardant ses deux aînés droit dans les yeux, leur demanda :
    – Comment avez-vous réussi à faire pousser un grain de maïs cuit? »

Présentation

  • Illustrations dominantes aux couleurs fortes et chaudes, affichant des contrastes éclatants; scènes en lien avec le texte, contribuant à sa compréhension et permettant au lectorat de s’immiscer dans le paysage africain.
  • Caractères d’écriture gras et noirs sur fonds de couleurs foncées, risquant parfois de nuire à la lisibilité du texte; taille de police appropriée au lectorat visé; utilisation des guillemets français pour le dialogue intérieur et de tirets pour le dialogue entre personnages, contribuant à la lisibilité du conte.
  • Mise en page équilibrée et aérée; texte de 3 à 17 lignes, organisé en courts paragraphes, disposé de façon variée sur la page; dédicaces de l’auteur et de l’illustrateur.
  • Dimensions : 23 cm x 33 cm; couverture rigide, papier mat.

Langue

  • Registre de langue courant; présence de mots fréquents et familiers (p. ex., roi, jardin, question, adopte, fiston) et de certains mots nouveaux (p. ex., dicton, décret, griot, abasourdis, intégrité); emploi d’expressions ne faisant pas partie du langage oral du lectorat visé (p. ex., faire les cent pas, plier bagage, tous azimuts).
  • Emploi d’une variété de phrases, parfois longues, dont la phrase transformée et la phrase à construction particulière; phrases de types et de formes variés (p. ex., interrogative, impérative, exclamative, négative); prédominance de verbes conjugués à l’imparfait et au passé simple de l’indicatif.

    « Mais que fit cette nuit-là? Elle passa comme les autres nuits, sauf que cette fois-ci le roi fit un rêve dans lequel cette question le pourchassait : "Qui prendra ma place, demain, quand je ne serai plus de ce monde?" »

    « Le deuxième fils demanda lui aussi de l’aide à son oncle, qui lui prodigua le même conseil :
    – Va au marché et achète un autre grain!
    Il réussit donc, lui aussi, à faire germer un grain de maïs. »

    « Au jour du rendez-vous de la récolte du maïs, le peuple et les notables de la cour étaient rassemblés devant le roi, dans la salle des cérémonies, pour voir, entendre et reconnaître le vainqueur du défi. »
     

  • Utilisation de procédés stylistiques (p. ex., proverbe, répétition, énumération, expression imagée, gradation), qui ajoutent à la richesse du texte et permettent au lectorat d’apprécier le style de l’auteur.

    « N’ayant, une fois de plus, pas de réponse à son interrogation, il rentra se coucher en suivant le fameux dicton qui dit : "La nuit porte conseil" »

    « Il visita des villes, des villages et des hameaux. Il fit la surprise à toutes les classes d’âge et à toutes les classes sociales. »

    « Lorsque les princes firent leur apparition dans la salle, l’assistance eut le souffle coupé, tant l’émotion était grande. On put constater que deux frères, la poitrine bombée, la démarche altière, avaient le visage radieux et le sourire aux lèvres; tandis que le troisième, les bras ballant le long du corps, le visage anxieux, avait peine à respirer. »

    « À cette question, les deux frères ne purent donner de réponse. Ils restèrent bouche bée, abasourdis, pétrifiés. »
     

  • Prédominance de séquences descriptives, qui apportent des précisions sur les événements et les personnages, permettant au lectorat de se situer dans le temps et le lieu de l’action; séquences dialoguées permettant de mieux comprendre la relation qui existe entre les personnages.

    « Le lendemain matin, avant le premier chant du coq, il rassembla son conseil pour lui annoncer qu’il effectuerait un long voyage à travers tout le pays. C’est ainsi qu’il partit pour une tournée royale qui dura des mois et des mois. »

    « Le premier et le second marchaient d’un pas décisif et sûr, portant sur l’épaule le fruit de leur récolte, qu’ils déposèrent aux pieds du roi. Le benjamin, le cœur battant, le pas traînant, finit par arriver devant le roi, mais sans rien sur l’épaule. »

    « Après quoi, le roi ajouta :
    – Quand je ne serai plus de ce monde, ma couronne te sera remise à toi, le benjamin, car toi seul es intègre. L’intégrité est la valeur suprême qu’il faut à un homme pour guider son peuple. »

Référent(s) culturel(s)

  • Conte inspiré de la tradition orale franco-africaine de la Côte d’Ivoire.

Pistes d'exploitation

  • Avant la lecture, lire à voix haute l’aperçu de la quatrième de couverture, sauf la question à la fin. Amener les élèves à écrire, sur une bande de papier, leur réponse à la question suivante « Si tu étais un des trois princes, et que ton grain de maïs ne poussait pas, que ferais-tu? ». Leur demander de mettre leur réponse dans une boîte. Une fois la lecture du conte terminée, les inviter à vérifier leurs hypothèses.
  • Animer une discussion avec les élèves au sujet des valeurs véhiculées dans l’œuvre (p. ex., intégrité, honnêteté). Demander aux élèves d’expliquer le sens de ces vertus en donnant des exemples tirés du texte et du quotidien. Les inviter à s’exprimer sur la dédicace qui précède le conte.
  • Inviter les élèves à observer les illustrations dans l’œuvre. Les amener à exprimer leur appréciation des techniques artistiques utilisées par l’illustrateur (p. ex., contrastes, technique monotype, couleurs vibrantes, grains de maïs mis en évidence). Leur proposer de créer une œuvre, sur un thème au choix, en s’inspirant des illustrations de l’œuvre.
  • Suggérer aux élèves de faire germer une graine de maïs. Leur demander de noter, au moyen de schémas, leurs observations des étapes progressives de la croissance de la plante.

Conseils d'utilisation

  • Avant la lecture, présenter aux élèves les mots et les expressions qui pourraient entraver la compréhension du conte. Les ajouter au mur de mots pour les encourager à réinvestir le nouveau vocabulaire dans leur communication orale et écrite.
  • Localiser l’Afrique et la Côte d’Ivoire sur une mappemonde.