Anatomie de la fiche
Ajouter au bac de lecture

La cabane

J'adore les cabanes. J'en fais souvent chez moi. Surtout les jours de pluie. Aujourd'hui, mes amis vont m'aider. Construire une cabane à quatre, c'est sûrement plus drôle. Mais peut-être un peu plus compliqué…

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

 

À propos du livre

Contenu

 

  • Personnage principal et narrateur, Félix, garçon sociable qui invite son ami, Thomas, et lui propose de construire une cabane dans le salon.

« J'ai un super projet pour nous deux.
Je ne perds pas de temps :
– On va se faire une cabane, Tom!
– Où ça, Félix?
– Dans le salon. » (p. 8)

  • Personnages secondaires, Thomas, surnommé Tom, Sandrine et Camille, amis de Félix, qui, lors d'une journée de pluie, se rendent chez ce dernier pour s'amuser, la mère de Félix, qui s'assure que les enfants jouent de façon sécuritaire, et Mouffe, le chien de Félix, qui démolit la cabane qu'ont construite les enfants.

« Sandrine est déjà dans la cabane.
– C'est trop petit pour quatre, Félix!
– On est trois, Sandrine.
– Avec Camille, on sera quatre.
– Camille s'en vient
– Oui. Sa mère veut. » (p. 12)

« Thomas soupire :
– Ça ne tiendra jamais…
– Oui, ça va tenir, Thomas.
– Impossible, à cause de la gravité.
– Pas grave, la gravité.
Thomas nous explique que la gravité, c'est ce qui fait toujours tout tomber par terre. » (p. 16)

« – Qu'est-ce que vous faites là?
– On fait une…
– Descendez!
– Mais mamaan…
– Tout de suite!
On n'a pas le choix. On descend. » (p. 25-27)

« Mon gros chien Mouffe est monté du sous-sol.
Quand il a vu sa vieille balle jaune sur le divan, il a sauté par-dessus notre super cabane.
Le travail de tout un après-midi démoli sous nos yeux. » (p. 33)

  • Récit à intrigue simple et humoristique mettant en scène quatre amis qui s'entraident pour construire une cabane; thèmes exploités (p. ex., amitié, créativité, collaboration, débrouillardise) aptes à divertir le lectorat visé, tout en lui permettant de faire des liens avec son vécu.

 

Présentation

 

  • Illustrations dominantes aux couleurs vives, disposées à des endroits variés sur la page, et s'étalant parfois sur pleine page ou double page; caricatures, parfois en gros plan, révélant  les émotions des personnages; éléments visuels (p. ex., onomatopées, gribouillis, bulles de dialogue, idéogrammes, lignes de mouvement) soutenant le lectorat dans la compréhension de l'œuvre.
  • Mise en page aérée et très colorée; texte de 2 à 13 lignes, disposé de façons variées sur la page et parfois intégré à l'illustration; caractères d'écriture généralement noirs sur fond blanc; grande taille de police adaptée au lectorat visé; éléments graphiques (p. ex., tirets, majuscules, deux-points, points de suspension, points d'exclamation, points d'interrogation) facilitant l'interprétation du texte; liste des autres livres de la collection à la fin du livre.   
  • Dimensions : 13,5 cm x 18 cm; couverture souple.

 

Langue

  • Registre de langue courant; prédominance de mots fréquents et familiers (p. ex., projet, cabane, salon, cordes, traverser, rue); utilisation de mots nouveaux (p.ex., gravité, luminaire, expédition, alentours), de mots du registre familier (p. ex., hein, super, génial) et du mot « Pops » emprunté à l'anglais, compréhensibles à l'aide du contexte et des illustrations.
  • Emploi de phrases de base, de phrases transformées et de phrases à construction particulière; utilisation d'une variété de types et de formes de phrases (p. ex., déclarative, interrogative, exclamative, impérative, négative, emphatique).

« Quelqu'un frappe à la porte. Ma mère va ouvrir. C'est Sandrine Lamontagne.
[…]
– Vous faites quoi? Une super cabane?
Thomas n'a pas l'air sûr que c'est une super cabane.
– Moi, je suis tellement la meilleure pour les constructions, hein, Félix?
– Euh…
– Je vais vous aider!
– Pas besoin d'aide, Sandrine… » (p. 10-11)

« – Attention, tout le monde! Je vais lâcher le balai!
– Vas-y! crie Sandrine.
– C'est partiii!
– Je vous l'avais dit… marmonne Thomas.
Sandrine ne se décourage pas.
– On a juste à mettre le balai dans un pot. » (p. 19-20)

  • Utilisation de l'énumération et de la répétition accentuant les caractéristiques des deux cabanes : celle qu'ont construite les enfants dans le salon chez Félix et celle qui se trouve dans la cour de Thomas.

« Une vrai belle grande cabane, c'est huit coussins, six chaises, des oreillers et des draps qui tiennent avec des épingles à linge. » (p. 15)

« Thomas Bélanger a une vraie cabane dans sa cour!
Une cabane en bois, solide, qui ne s'écroulera jamais. Une cabane avec un vrai toit, une vraie porte, deux vraies fenêtres qui s'ouvrent pour vrai.
La cabane de nos rêves…
On entre. On s'assoit sur les vrais petits bancs. » (p. 39-40)

  • Séquences descriptives, entrecoupées de séquences dialoguées, qui précisent le temps et le lieu de l'action ainsi que les événements, et aident à comprendre les relations entre les personnages.

« On grimpe sur les chaises avec des cordes. Puis sur la table.
Ça tremble un peu.
Mais on n'a vraiment pas peur.
Thomas est le grand chef de l'expédition.
– Attrape le luminaire! ordonne le grand chef.
– Je l'ai! Je l'ai! crie Sandrine, qui ne l'a pas du tout. » (p. 22-23)

« Camille entre dans la maison avec son Pops rouge qui dégouline.
Elle examine notre cabane.
J'ai peur qu'elle complique tout.
– C'est beau, votre cabane, mais…
– Mais quoi, Camille?
– Ce serait mieux deux cabanes.
– Pourquoi deux cabanes?
– Une pour les filles, une pour les gars.
– Ouiii! s'emballe déjà Sandrine.
Thomas n'est pas d'accord.
Moi non plus. » (p. 29-30)

« On est demain.
Sandrine, Camille et moi, on traverse les trois rues pour se rendre chez Thomas Bélanger.
C'est très loin.
Même quand il fait beau, comme aujourd'hui.
Thomas nous attendait.
Il soulève le mini-verrou de la petite clôture.
On entre dans sa grande cour. » (p. 37)

 

Pistes d'exploitation

 

  • Demander aux élèves, regroupés en dyades, de suggérer une façon sécuritaire de soulever le toit de la cabane des quatre amis, puis d'en dessiner un croquis. Les inviter à présenter leur travail au groupe-classe, tout en précisant les raisons pour lesquelles leur solution est sécuritaire.
  • Suggérer aux élèves, réunis en équipes, de construire la maquette d'une cabane en utilisant des objets recyclables mis à leur disposition. Exposer les créations dans l'école.
  • Poser aux élèves la question suivante : De quelles façons les amis manquent-ils de politesse lors de leur visite chez Félix (p. ex., Sandrine court dans la maison avant même que la mère de Félix l'invite à entrer. Camille entre dans le salon avec son Pops qui dégouline.)? À l'aide d'un remue-méninges, dresser une liste de bonnes manières à observer lorsqu'on est en visite chez un ami ou une amie. Inviter les élèves, réunis en équipes, à créer une saynète traitant de quelques-unes de ces bonnes manières, puis à la présenter devant un autre groupe-classe.

 

Conseils d'utilisation

 

  • Présenter ou revoir les règles de sécurité à respecter lorsqu'on marche dans son quartier (p. ex., Circuler sur le trottoir ou, faute de trottoir, marcher en bordure de rue. Traverser la rue à une intersection ou à un passage pour piétons.)
  • Consulter les activités reliées à cette œuvre, qui se trouvent sur le site de l'éditeur.
  • Mettre à la disposition des élèves d'autres œuvres qui traitent de la politesse, telles que Si la reine venait diner et Les mots-amis, dont les fiches descriptives se trouvent dans FousDeLire.

 

Ressource(s) additionnelle(s)

 

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, Maternelle à 1re année, Série : Mini TFO – Chansons 2, Nous, c'est Bulle et Guimauve.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, Maternelle à 2e année, Série : La petite école d'Hélène, La plus géniale des cabanes.