Anatomie de la fiche
Ajouter au bac de lecture

Jules et Jim : frères d’armes

Jules et Jim sont inséparables. Depuis leur enfance, ils forment un duo complice. Quand la Grande Guerre éclate, Jules et Jim s'engagent dans l'armée. Devenus frères d'armes, ils combattent avec courage et puisent leurs forces dans leur amitié.

Cet album rend hommage aux soldats qui ont combattu durant la guerre de 1914-1918. Il commémore le centenaire de l'Armistice.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

 

À propos du livre

Contenu

  • Personnages principaux, Jules et Jim, meilleurs amis qui décident de s'enrôler dans l'armée sans trop connaître les raisons pour lesquelles le Canada est en guerre et, une fois rendus sur le champ de bataille, s'aperçoivent que cette guerre est une catastrophe.

« Jules et Jim sont vite devenus les meilleurs amis du monde. »

« Jules et Jim ne comprenaient pas ces histoires de traités et d'alliances, mais le pays avait besoin d'eux.
Alors les deux amis se sont engagés dans l'armée. »

« Jules et Jim imaginaient la guerre comme des batailles épiques et des charges héroïques.
Ils ont été surpris quand ils ont découvert… des tranchées figées dans la boue et les barbelés. »

  • Bande dessinée antimilitariste rendant hommage aux soldats tombés au combat pendant la Première Guerre mondiale, mais plus particulièrement à George Lawrence Price, dernier soldat canadien tué deux minutes avant le cesser-le-feu; intrigue qui transmet plusieurs faits historiques, tout en traitant de l'amitié de deux personnages très différents; mention récurrente d'un retard de deux minutes accentuant l'absurdité de cette guerre; sujet apte à inciter la réflexion et à susciter la discussion de par les thèmes exploités (p. ex., amitié, enrôlement, entraînement, combat, deuil).
  • Illustrations s'étalant généralement sur demi-page et parfois sur pleine page et double page; emploi dominant de couleurs sombres accentuant la dureté des combats et les conditions de vie déplorables des soldats dans les tranchées; abondance de coquelicots sur les pages de garde, symbole à la mémoire de ceux qui sont morts à la guerre; éléments visuels (p. ex., lignes de mouvement, idéogrammes, affiches, enseignes, carte géographique, onomatopées) facilitant l'interprétation de l'œuvre; utilisation de divers types de plans (p. ex., général, moyen) et d'angles de vue (p. ex., vue frontale, vue latérale) créant des effets captivants. 
  • Mise en page très aérée, les illustrations occupant la plus grande partie de l'espace; quelques bulles de dialogue accentuant les deux minutes de retard récurrentes de Jules;  éléments graphiques (p. ex., deux-points, points de suspension) facilitant l'interprétation de l'oeuvre; hommage à George Lawrence Price et dédicace de l'auteur à la fin du livre.

 

Langue

  • Registre de langue courant dans l'ensemble de l'œuvre; emploi de quelques mots moins connus (p. ex., archiduc, épiques, accalmie) compréhensibles à l'aide des illustrations et du contexte; utilisation, sur les affiches et les pancartes, de mots allemands (p. ex., streik, frieden, FABRIK) et de mots anglais (p. ex., THIS IS YOUR FLAG) pouvant être compris grâce aux illustrations.
  • Emploi prédominant de phrases de base; utilisation de phrases transformées de types et de formes variés (p. ex., exclamative, négative, passive, emphatique, impersonnelle); phrases généralement courtes.

« Le Canada est alors entré en guerre contre l'Allemagne. »

« Il fallait vaincre ces horribles Allemands. »

« Jules a appris qu'on ne discutait pas les ordres. »

« Après une accalmie, les Allemands attaquaient! »

« C'est ainsi que Jim était décoré, pendant que Jules était de la corvée. »

« L'armistice a été signé le 11 novembre 1918, à 5 heures du matin. »

  • Quelques procédés stylistiques (p. ex., énumération, comparaison, expression imagée, répétition) qui enrichissent le texte.

 « Mais pour les deux amis, le carnage se poursuivait avec des armes toujours plus terribles : des aéroplanes, des gaz toxiques, des chars…

« La guerre était comme un grand chaudron qui engloutissait les hommes sans fin. »

« Les soldats allemands étaient à bout de force. »

« C'était la fin de la guerre et… c'était aussi la fin de Jim. »

  • Séquences narratives qui précisent les lieux et les événements, et aident à comprendre la relation d'amitié entre Jules et Jim ainsi que les épreuves qu'ont endurées les combattants; quelques séquences dialoguées accentuant le fait que Jim était toujours en retard.

« – TU ES EN RETARD D'UN PAS!!!
– Mais, sergent, ce n'est pas de ma faute! »

« À leur arrivée en France, les soldats canadiens ont reçu un accueil triomphal.
Ils ont aussitôt pris la direction du front. »

« L'offensive se terminait souvent par un échec.
Les survivants tentaient de regagner leurs tranchées.
Ils se terraient alors pendant des jours et des jours jusqu'à la prochaine attaque.
Puis tout recommençait. »

« La vie dans les tranchées était horrible, sauf à de trop rares moments…
Les hommes avaient les pieds mouillés.
Ils étaient couverts de poux »

« Jules et Jim ont reçu l'ordre d'attaquer.
Jim était encore une fois le premier à sortir de la tranchée. Jules le suivait.
À 10 h 58, deux minutes avant l'armistice, Jim a reçu une balle dans la poitrine.
Jules a tout tenté pour le sauver, mais on ami est mort dans ses bras. »

 

Référent(s) culturel(s)

  • Mention de la France.

 

Pistes d'exploitation

  • Demander aux élèves, regroupés en dyades, de visiter le site du Musée canadien de la guerre afin d'examiner les photos officielles de la Première Guerre mondiale. Leur demander de choisir deux ou trois photos qui les ont émus, puis de les présenter au groupe-classe en expliquant leur choix.
  • Proposer aux élèves, regroupés en dyades, d'effectuer une recherche en vue de trouver des faits en bref au sujet de la Première Guerre mondiale (p. ex., Des rats et des poux tourmentaient les soldats jour et nuit. Plus de 150 marins de la Marine royale du Canada moururent pendant la guerre.) Les inviter à écrire ces faits sur des bandes de papier, puis à créer un collage collectif intitulé Première Guerre mondiale : Le savais-tu? Afficher leur création dans un endroit bien en vue dans l'école pendant la semaine où l'on célèbre le Jour du Souvenir.
  • Suggérer aux élèves, regroupés en dyades, de réaliser une entrevue radiophonique avec Jules revenu au pays après la guerre. Les inviter à présenter leur entrevue devant les élèves d'autres classes dans le but de les informer sur la Première Guerre mondiale.

 

Conseils d'utilisation

  • Avant la lecture, revoir l'apport des Canadiens à la Première Guerre mondiale.
  • Accorder une attention particulière aux sujets délicats dont on traite dans l'œuvre, notamment la mort et le deuil, en mettant l'accent sur la bravoure des combattants.
  • Présenter ou revoir les caractéristiques de l'entrevue afin d'en faciliter la réalisation.

 

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 4e à 10e année, Dossier thématique : Jour de Souvenir, divers épisodes.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 7e à 12e année, Série : TFO 24.7, Raconte-moi la Grande Guerre (divers épisodes).
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 6e à 12e année, Série : Histoire du Québec, Première Guerre mondiale.