1
Anatomie de la fiche
Ajouter au bac de lecture

Droit au but!

Je suis pas mal énervé... Le Grand Tournoi pee-wee commence et, pour nous, les Couguars, c'est aussi important que les séries de la coupe Stanley. SCHLACK! Ensuite, c'est le retour au jeu de Fred, notre ailier et ami commun, à Li-Na et moi. Il a subi une commotion cérébrale en séries éliminatoires. Comment se comportera-t-il?... SCHLACK! Enfin, j'ai hâte de connaître le résultat du traitement supposément miracle que subit Pépé Rey pour guérir ses problèmes de poumon. SCHLACK! Et surtout… j'espère que ma belle aventure avec Li-Na va se poursuivre, même après notre entrée au secondaire, dans des écoles différentes...

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

 

À propos du livre

Contenu

  • Personnage principal et narrateur, Charles-Olivier Couture-Laviolette, surnommé Charl-Ô par ses proches et la Casquette par ses coéquipiers, adolescent qui raconte la participation de son équipe de hockey au Grand Tournoi pee-wee et manifeste ses émotions face à certains événements dans sa vie personnelle.  

« Pour l’instant, moi, Charles-Olivier Couture-Laviolette, je tente de contrôler la rondelle au centre de la patinoire.
– Passe à Élise! me crie Bébite, derrière le banc.
Li-Na les Couettes, mon centre, vient de me refiler le disque à la ligne rouge.
– Passe, Charl-Ô! insiste monsieur Boulerice. » (p. 9)

« – Euh… Charl-Ô? Je voudrais te dire un mot…
[…]
– Oui?
– Je voulais t’informer que la cérémonie pour le décès de ton père se tiendra sous peu.
D’une part, je me sens soulager que la nouvelle n’ait rien à voir avec la santé de Pépé et, de l’autre, un point me serre la poitrine comme chaque fois qu’il est question de papa. » (p. 133-134)

« Ce dimanche restera marqué dans ma mémoire pour toujours! Bien sûr, quelle sensation extraordinaire de gagner la finale du tournoi! Mais bien d’autres événements tout aussi mémorables ont suivi. » (p. 147)

  • Nombreux personnages secondaires, parmi lesquels Li-Na, surnommée les Couettes, co-équipière et amoureuse de Charl-Ô, Frédéric, surnommé Fred, qui rejoint l’équipe des Couguars après avoir subi une commotion cérébrale, Charlotte, surnommée la Toque, et Élise, surnommée la Queue de cheval, co-équipières de Charl-Ô, monsieur Boulerice, surnommé Bébite, entraîneur de l’équipe de hockey,  Reynald Couture, surnommée Pépé Rey, grand-père et confident de Charl-Ô, et le père décédé de Charl-Ô, présent dans les pensées de son fils.  

« Li-Na, c’est mon centre. Mais bien plus encore, il s’agit de ma grande amie. Pépé Rey, mon grand-père, dirait plutôt "mon amoureuse" […] Depuis son arrivée dans mon trio, au début de la saison, beaucoup de choses ont changé dans ma vie.» (p. 10-11)

« L’absence de notre bon ami Fred, l’ailier gauche de mon trio, n’a pas aidé notre cause. Ce dernier a subi une commotion cérébrale au deuxième match de la série et, nous, les Couguars, nous ne nous sommes pas relevés de ce cauchemar. Encore une fois, Pépé Rey semble suivre mes pensées.
– Et puis Fred ?
– Il va jouer. Le médecin a donné son OK. » (p. 15)

« – Charl-Ô, me dit Charlotte la Toque, assise à ma gauche sur le banc, ne te laisse pas ébranler par Élise : elle grogne toujours mais, au fond, elle est bien contente de jouer avec Li-Na et toi.
Charlotte fait partie de notre brigade défensive. Elle est très habile avec la rondelle et se porte souvent à l’attaque. C’est une fille charmante et vraiment timide. J’apprécie son effort pour me réconforter. » (p. 16)

« – Les Couguars, lance monsieur Boulerice, c’est pas parce que monsieur l’arbitre a raté son cours de yoga ce matin puis mangé de la viande enragée qu’on va perdre! Vous êtes d’accord?
-OUIIII! hurle en chœur toute l’équipe.
– On va jouer la dernière période comme de vrais Couguars?
– OOOOUIII!!!
– On va gagner en bébite cette partie?
– OOOOOOUIII!!! » (p. 22)

« Une fois de plus, mon grand-père a tout compris. Je me sens un peu bête de penser ainsi, mais l’arrivée de madame Savard dans la vie quotidienne de Pépé m’a fait craindre de le perdre un peu. Papa parti, je dois avouer que mon grand-père est devenu… je ne sais pas comment dire. Je ne trouve pas les bons mots. Mais j’ai tellement besoin de lui! » (p. 116)

« Quelques instants plus tard, je range mon iPhone et me glisse sous les couvertures.
– P’pa?…
– Oui, mon gars? fait la voix, toujours là, étrangement, quand je le souhaite.
– Qu’est-ce que tu dirais si on se parlait pour… la dernière fois?
– Je n’en attendais pas moins de toi, fiston! C’est même ce que je souhaitais le plus entendre. […] Oui, mon grand, c’est le moment de nous dire adieu… Merci pour tout, fiston! Sois heureux, comme je le suis, comme je l’ai été, grâce à toi. Bye, mon gars!
– Bye, P’pa! » (p. 154)

  • Roman réaliste dont la trame narrative s’organise autour d’un tournoi de hockey auquel participe un adolescent et d’événements qu’il vit sur le plan personnel; quelques brefs retours en arrière, dès le premier chapitre, créant un lien entre les tomes 2 et 3 de la trilogie; thèmes exploités (p. ex., tournoi de hockey, amitié, amour, relation grand-père et petit-fils) aptes à maintenir l’intérêt du lectorat.
  • Mise en page aérée; texte réparti en six chapitres numérotés et un épilogue aux titres accrocheurs, chacun débutant par les mots « Au bout » (p. ex., Au bout de l’émotion, Au bout du rouleau); éléments graphiques (p. ex., guillemets, deux-points, points de suspension, italiques, majuscules) facilitant l’interprétation de l’œuvre; petites illustrations qui indiquent un laps de temps ou un changement de scène dans les chapitres; titres des romans de la trilogie à la fin du livre.

Langue

  • Registre de langue courant dans l'ensemble de l'œuvre; emploi de mots moins connus (p. ex., pantois, fougue, anéantir, zizanie), de mots du registre familier (p. ex., génial, couettes, ouais) et de mots anglais (p. ex., tuxedo, bulldozer, speech) compréhensibles à l'aide du contexte; utilisation de mots inventés (p. ex., SCHLACK, tiguidou, coudonc, nono) injectant des brins d'humour dans le texte.
  • Emploi de phrases de base, de phrases transformées et de phrases à construction particulière; utilisation d'une variété de types et de formes de phrases (p. ex., déclarative, exclamative, impérative, négative, passive, emphatique, impersonnelle).

« Nos deux buts rapides en tout début de deuxième période ont assommé nos adversaires. Une tornade de buts s'ensuit : nous remportons le match 6 à 2! Trois buts ont été réalisés au cours d'attaques à cinq! Notre trio était sur la glace pour deux de ces buts. Notre ami Fred, lui, y était chaque fois, obtenant un but et deux assistances. » (p. 71)

« – Ah!… Mario Lemieux! s'exclame Pépé, en nous ouvrant la porte, l'air radieux.
Il pose son regard sur Li-Na, lève les bras au ciel et enchaîne :
– Oh! Marie-Philip Poulin en personne! Entrez! Entrez!
Avec son humour et sa verve colorée, Pépé Rey nous met à l'aise dès notre arrivée. Madame Savard se met de la partie :
– C'est pas tous les jours qu'on a le plaisir de recevoir des vedettes comme vous deux! Bienvenue! Venez vous asseoir! » (p. 104)

  • Nombreux procédés stylistiques (p. ex., personnification, comparaison, onomatopée, énumération, métaphore, hyperbole, périphrase, expression imagée) qui enrichissent le texte et agrémentent la lecture.

« La rondelle sautille autour de ma palette. On dirait un éperlan au bout d'un hameçon… » (p. 9)

« TRUIIIIIT! Mon ami démarre, prend la rondelle, traverse la ligne bleue et exécute lentement une demi-lune sur sa droite, qui l'amène près de la bande. » (p. 30)

« En quelques secondes, dans le coin de la zone adverse, Fred disparaît sous une montagne de chandails. » (p. 31)

« C'est l'explosion de joie sur le banc et dans les estrades! » (p. 69)

« Quelques minutes plus tard, sur le point de tomber dans les bras de Morphée,… » (p. 88)

« … Pour tout dire, je suis au bout du rouleau… » (p. 100)

  • Séquences descriptives et narratives relatant le déroulement de matchs de hockey et permettant de s'immiscer dans l'esprit du narrateur; séquences dialoguées qui aident à comprendre les relations qui existent entre les personnages; emploi de textos accentuant la relation amoureuse entre Charl-Ô et Li-Na, et injectant des brins d'humour dans le texte.

« Avant de terminer son tracé, Fred fonce brusquement vers le centre. À vive allure, il passe devant la cage du gardien. Ce dernier amorce sa glissade pour couvrir l'autre angle de son filet. Fred décoche un tir rapide au ras de la glace, à contre-courant, dans le coin que vient tout juste de quitter le cerbère des Panthers et… la lumière rouge s'illumine.
[…]
Au beau milieu de mes coéquipiers, j'ai peine à bouger, mais aussi à contenir mes larmes tellement je suis ému.
[…]
Quelle belle sensation d'entendre les cris de joie lancés par nos partisans dans les estrades! » (p. 30-31)

« As-tu déjà été jaloux, Pépé?
– Souvent! Cynthia faisait tourner bien des têtes au village.
– T'as fait quoi pour qu'elle ne te laisse pas tomber?
– Surtout pas d'esclandre!
– C'est tout?
– J'ai exterminé un par un tous les prétendants.
– Exterminé?
– Oui! dans des duels, à l'épée! » (p. 51-52)

« Au comptoir, après nos parties, notre ami nous confie que Bébite lui a parlé après le match.
– Il m'a expliqué pourquoi il m'avait gardé sur le banc. Il s'est excusé de ne pas l'avoir fait avant la partie.
– Oui, fait Li-Na, ça aurait été préférable.
J'interviens :
– Mais il ne voulait pas non plus que Fred soit dans les estrades. Il me l'a dit.
– Heureusement! Nous n'aurions pas gagné! lance Li-Na. Quelle idée géniale il a eue de t'envoyer en tir de barrage!
– J'avoue que… que d'être le héros, comme ça, c'est… c'est pas mal trippant! Vous auriez dû voir mon père après le match… il était…
La voix de Fred se brise.
– … tellement fier de son fils! lance Li-Na, toujours vive d'esprit.
Notre ami hoche la tête. » (p. 63)

« – Li-Na, je veux juste te dire que… que je trouve l'été long…
– Je m'ennuie, moi aussi. Mais on va passer le reste de l'année ensemble!
– C'est ce que je me répète.
– Faut vraiment que j'y aille! Bisou!
– Je t'embrasse. À demain?
– Promis, Charl-Ô! » (p. 159)

 

Référent(s) culturel(s)

  • Mention de Marie-Philip Poulin et Mario Lemieux, joueuse et joueur de hockey canadiens-français.
  • Mention de la Suisse, pays dont le français est l'une des langues officielles.
  • Mention de Saint-Joseph-de-la-Rive, situé au Québec.
  • Mention de mets québécois (p. ex., tarte à la farlouche, pâté chinois).

 

Pistes d'exploitation

 

  • Demander aux élèves de de noter, au cours de la lecture, les nombreuses expressions imagées (p. ex., avoir les nerfs à fleur de peau, la mort dans l'âme, être dans de beaux draps) qu'utilise l'auteur. À la suite de la lecture de chaque chapitre, définir, en groupe-classe, les expressions relevées, puis les ajouter à un mur de mots afin de faciliter la compréhension de l'œuvre.
  • Proposer aux élèves, réunis en équipes, de brosser le portrait psychologique de Charles-Olivier Couture-Laviolette, en tenant compte d'éléments précis (p. ex., émotions, qualités, défauts, goûts, aptitudes, opinions, aspirations) et en les appuyant d'exemples tirés du roman. Les inviter à présenter leur portrait au groupe-classe à l'aide de supports visuels.
  • Suggérer aux élèves, regroupés en dyades, de créer un rap que pourraient chanter en chœur les membres de l'équipe des Couguars avant de quitter le vestiaire pour un match de hockey. Les inviter à présenter leur rap devant le groupe-classe.
  • Proposer aux élèves, réunis en équipes, d'inventer un jeu d'équipe qui aide à développer la collaboration et dans lequel on utilise deux ou trois pièces d'équipement (p. ex., ballon, sac de fèves, cerceau). Les inviter à expliquer les règlements de leur jeu au groupe-classe, puis à en faire la démonstration au gymnase.

 

Conseils d'utilisation

 

  • Accorder une attention particulière aux thèmes délicats abordés dans l'œuvre, notamment le deuil et l'alcoolisme.
  • Présenter ou revoir les caractéristiques du rap afin d'en faciliter la rédaction.
  • Consulter les activités reliées à cette œuvre disponibles sur le site de l'éditeur.
  • Encourager les élèves à lire les tomes 1 et 2 de la trilogie, soit À nous deux! et Hors jeu!, dont les fiches descriptives se trouvent dans FousDeLire.

 

Ressource(s) additionnelle(s)

 

  • IDELLO.org, ressources éducatives en ligne, 3e à 8e année, Série : Les meilleurs moments, Héros de hockey.
  • IDELLO.org, ressources éducatives en ligne, 4e à 12e année, Vidéos Vubble, Un grand-papa et son petit-fils : vivre, grandir et vieillir.