Anatomie de la fiche
Ajouter au bac de lecture

Bagages, mon histoire

Bagages, mon histoire est un livre dont on ne sort pas indemne. En effet, on se laisse porter par la vérité des mots et le sublime des images en étant profondément touchés. On y parle de deuils, de perte de repères, de craintes, de souvenirs, mais aussi d’espoir, de renouveau et de courage. On y découvre des jeunes remplis de profondeur qui constatent ce qu’ils ont quitté dans leur pays d’origine, qui découvrent le Québec et qui s’interrogent sur la vie qu’ils aimeraient y reconstruire. Leurs mots sont simples, précis, sans artifice et touchent droit au cœur.

(Adapté du blogue de littérature jeunesse – Les p’tits mots-dits.)

À propos du livre

Contenu

  • Recueil de poèmes écrits par de jeunes immigrants qui racontent leur arrivée au Canada et évoquent leurs impressions, leurs craintes et leurs rêves; œuvre qui sensibilise le lectorat à l’importance d’accueillir avec compassion et respect les nouveaux arrivants.

« J’ai dû laisser quelque chose
Dans mon pays
Mais j’ai appris
Un nouveau langage

J’ai dû laisser mes amis et mes cousins
Mais j’en ai rencontré d’autres »

« J’ai abandonné ma vie à Dubaï
Beaucoup de sacrifices
Je n’existe plus pour des gens
Je recommence

Nouveaux amis
Nouvelles mémoires »

« Où est mon pays?
Dans la cage de mes pensées
Il y a des rêves uniques
Ma mémoire éclate dans la noirceur
À cette heure ma vie est en guerre
Je suis un combattant seul
Je dois gagner »

  • Superbes portraits aux teintes nuancées, peints à partir de photos, qui occupent pleine page de droite; prises de vue de face accentuant la sensibilité des jeunes immigrants.
  • Mise en page très aérée; œuvre comportant 15 poèmes en vers libres non titrés, s’étalant sur la page de gauche; insertion, sous chaque poème, du nom de l’auteur ou l’auteure et de son pays d’origine; insertion, au bas de la page de gauche, du nom de la personne dont le portrait paraît sur la page de droite; éléments graphiques (p. ex., points d’exclamation, points d’interrogation, points de suspension, virgules, guillemets) contribuant à la lisibilité des textes; présence, au début de l’œuvre, des préfaces de Simon Boulerice, auteur ayant accompagné les jeunes dans la création des poèmes, et de Kim Thúy, auteure responsable d’avoir mis en relation Simon et l’artiste Rogé pour mener à bien ce recueil poétique; mot de l’illustrateur à la fin.

Langue

  • Registre de langue courant; prédominance de mots connus (p. ex., immigration, guerre, pays, amis, famille); emploi de mots moins connus (p. ex., chrysalide, mosquées, hublot, aéronef, éplorés) et de mots anglais (p. ex., selfies, drama queen, Face Time) compréhensifs grâce au contexte.
  • Procédés poétiques (p. ex., rime, allitération, assonance) et stylistiques (p. ex., métaphore, antithèse, comparaison) qui créent un effet rythmique et enrichissent les poèmes.

« L’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau
Tout autour était inconnu et nouveau
La neige tombait
Le vent soufflait
Les gens passaient »

« Je suis une Chinoise
Avant de partir
J’étais un oisillon en cage »

« L’immigration est la peine
Mais aussi la chance »

« Comme les oiseaux migrateurs
Je suis perdu
En plein pays étranger »

Référent(s) culturel(s)

  • Référence à la Saint-Jean-Baptiste, Fête nationale du Québec, et à la fleur de lys, symbole qui paraît sur le drapeau du Québec.
  • Mention de l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau, de la ville de Montréal et de la province de Québec.

Pistes d'exploitation

  • Animer une discussion à l’aide des questions suivantes : Quels sont les préjugés auxquels peuvent faire face les immigrants? Quelles sont les difficultés qu’ils peuvent rencontrer? Quels gestes peut-on poser pour les accueillir de manière respectueuse? Encourager les élèves à raconter des expériences d’immigrants (celles de leurs amis ou les leurs). Leur offrir un soutien dans le cas où certaines émotions sont difficilement réprimées.
  • Mentionner aux élèves que Kim Thúy a immigré au Canada à l’âge de 10 ans. Lire à voix haute son poème qui paraît dans la préface de l’œuvre, puis poser aux élèves les questions suivantes : Quels sentiments Kim éprouvait-elle avant d’arriver au Canada? Aujourd’hui, que ressent-elle face à son nouveau pays?
  • Former des équipes, puis leur assigner cinq poèmes du recueil. Leur proposer d’identifier les émotions que ressentent les jeunes auteures et auteurs (p. ex., étonnement, crainte, espoir, inquiétude, confiance), puis d’appuyer leurs choix en se référant aux textes (p. ex., Espoir : « Mon imaginé pays/Ne ressemblera pas à la Moldavie/Je me trouverai de nouveaux amis). Animer une mise en commun afin de leur permettre de faire part de leur travail au groupe-classe.
  • Mentionner aux élèves qu’à la demande des jeunes qui ont collaboré à la réalisation de l’œuvre, une partie des droits d’auteur pour chaque livre vendu est offerte au Centre d’appui aux communautés immigrantes (CACI). Leur suggérer, réunis en équipes, de visiter le site du CACI pour s’informer sur les services qu’offre cet organisme. Les inviter à faire part de leurs trouvailles au groupe-classe.

Conseils d'utilisation

  • Dresser une liste des pays d’où proviennent les jeunes qui ont collaboré à la réalisation de l’œuvre, puis les situer sur une carte du monde.
  • Inviter les élèves à lire une autre œuvre de la collection, soit Mingan mon village, dont la fiche pédagogique se trouve dans FousDeLire.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 5e à 12e année, Série : Immigrados, divers épisodes.