Anatomie de la fiche Anatomie interactive
Ajouter au bac de lecture

Les aventures d’Amédée Bonenfant

Amédée Bonenfant est un jeune homme que l’on voit grandir sous nos yeux, à travers de nombreuses péripéties, toutes plus intéressantes les unes que les autres.

Issu d’une famille nombreuse du Nord [sic] de l’Ontario au siècle dernier, Amédée quittera l’école assez jeune pour aider aux travaux de la ferme familiale. Il se fera aussi bûcheron dans les forêts ontariennes durant l’hiver. Il tentera aussi une brève escapade dans l’Ouest canadien pour voir comment on fait là-bas.

Amédée s’est fait menuisier, agriculteur, cuisinier, bûcheron et aussi très bon conteur et joueur de tours. Il a vieilli et a acquis une belle maturité au fil des années. C’est ce que nous découvrons à la lecture de ce livre. Nous revoyons aussi les coutumes canadiennes-françaises d’un temps de plus en plus révolu.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Personnage principal, commun à tous les chapitres, et personnages secondaires différents selon les récits; personnages facilement identifiables.

    « On connaissait Médée et sa manie de jouer des tours. » (p. 19)

    « Le père Charriat, un émigré français, vivait seul dans une cabane près d’un lac. » (p. 27)

    « Dans un village du Moyen Nord vivait un avare. Un avare pauvre, ça se voit rarement. Le père Mageau était probablement l’homme le plus riche du canton. » (p. 81)
     

  • Division en deux livres (L’adolescence et L’âge adulte).
  • Narrateur omniscient qui connait les lieux, l’intrigue et la pensée des personnages.

    « La vie était revenue à la normale et, malgré tout, il y avait un vide à combler dans son existence. Il s’ennuyait. De plus en plus, il pensait à Louise. » (p. 139)

Langue

  • Registre de langue courant dans la narration malgré l’utilisation du passé simple, mais familier et populaire dans les séquences dialogales, ce qui est représentatif du milieu dans lequel évolue Amédée.

    « – Attends-moi ici. J’vas aller demander pour de quoi manger; j’me meurs de faim. » (p. 88)
     

  • Style imagé, figures de style (métonymie, métaphore, comparaison, exagération).

    « Quand il rencontrait une belle fille, il fondait littéralement dans ses bottes. » (p. 31)

    « Cette nuit-là, Médée avait à peine fermé l’œil. » (p. 32)

    « Au bout d’une heure, les bûcherons étaient morts de fatigue et la faim leur tordait les tripes. » (p. 88)

    « Médée en avait l’eau à la bouche. » (p. 92)
     

  • Vocabulaire parfois complexe selon les récits.

    « Sa chevelure était devenue ondulée comme la fourrure d’un ornithorynque. » (p. 14)

Pistes d'exploitation

  • Intégrer certains récits dans un cours d’histoire; par exemple, lorsqu’on parle de la Grande Dépression, de la Seconde Guerre mondiale ou des traditions de l’époque.
  • Établir un lien avec le légendaire Jos Montferrand lors de l’étude des légendes.
  • Comparer les choix de carrières et de métiers actuels à ceux offerts au personnage principal.

Conseils d'utilisation

  • Rédiger un lexique du vocabulaire plus complexe avant la lecture.
  • Mettre l’œuvre en contexte à l’aide de l’avant-propos. Suivre les déplacements de Médée sur une carte.
  • Lire des récits dans le cadre de la promotion de la littératie chez les garçons.