Anatomie de la fiche Anatomie interactive
Ajouter au bac de lecture

Le jour de la lune

Le roi Palmor célèbre les dix premières années de son règne par une grande fête populaire. Juste et bon, il a gagné l’affection et le respect de tous.

Et voici Sélénia, qui aspire au trône.

La princesse et le roi s’affronteront dans un combat spectaculaire, où tous leurs pouvoirs magiques animeront leur vision de l’avenir. Entre la passion de l’ordre et celle de la liberté, un abîme.

Le roi cédera-t-il à la tentation de remettre la couronne à sa rivale? Et Sélénia pourra-t-elle prendre sa place sans renier ce qu’elle est?

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Deux personnages principaux, le roi Palmor, dont la mission est de maintenir l’ordre, et la princesse Sélénia, dont la mission est de préserver les rêves et la liberté; plusieurs personnages secondaires, entre autres le grand magicien Argal et le mystérieux vieillard.

    « Et puis, Palmor était arrivé. Dix ans plus tôt, il avait choisi le jour de la lune pour renverser les conseillers du régime précédent, qui s’apprêtaient à faire plébisciter l’héritière de l’ancienne lignée, Sélénia, une jeune fille de dix-huit ans, pleine de rêves naïfs et dangereux. » (p. 18)

    « Le vieillard le dévisagea, le regard pétillant.
    – En ce jour de la lune, déclara-t-il, le moment est venu de laisser tomber les déguisements.
    Il porta les mains à sa barbe et à ses cheveux, et les arracha d’un coup. Son visage parut étonnamment jeune et frais sous une chevelure dorée. […]
    – Sélénia! s’écria la foule. » (p. 78)

    « La princesse cherchait à protéger ses élans les plus chers, la beauté de la nature, les rêves d’amour et la soif de liberté, quitte à détruire tout ce qui s’y opposait. Le roi voulait dominer chaque heure de chaque journée, conquérir l’avenir et lui donner la forme que l’humanité dessinerait de siècle en siècle, de millénaire en millénaire. » (p. 105)
     

  • Conte dont l’intrigue se déroule dans le village d’une civilisation ancienne; péripéties engageantes qui incitent le lectorat à devenir témoin d’une lutte de pouvoir entre un roi et une princesse; sujets susceptibles d’intéresser les filles et les garçons en raison des thèmes exploités (p. ex., magie, monstre, mystère).
  • Quelques illustrations en noir et blanc, très détaillées, permettant de se représenter les personnages, la scène et l’action.
  • Mise en page aérée, texte organisé en 15 chapitres titrés, table des matières à la fin de l’œuvre.

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre; vocabulaire habituellement juste et adapté au lectorat visé, mais pouvant parfois présenter un défi.

    « Il voulait seulement mettre fin à un régime de plus en plus despotique. Pour se démarquer de la vieille dynastie, Palmor avait institué le culte solaire. Ensuite, sa conduite juste et efficace des affaires de l’État lui avait gagné l’adhésion générale. » (p. 18-19)

    « Il avait appris la magie dans sa jeunesse. Encore aujourd’hui, il pouvait apparaître et disparaître, s’élever dans les airs, faire naître des animaux mirobolants, provoquer des éclipses et des chutes de pluie, transformer le paysage. L’utilisation de pouvoirs magiques l’épuisait rapidement, lui grugeait les nerfs, et il s’en servait rarement. » (p. 32)
     

  • Phrases de types et de formes variés ajoutant du rythme au texte.

    « Pourquoi avait-elle choisi cette existence clandestine? Parce qu’elle avait l’âme d’une aventurière? Pour devenir, à sa façon, la conscience du peuple? Ou parce que c’était « une belle vie » comme venait de l’affirmer l’étrange vieillard? » (p. 48)

    « Comme il devait se ronger les doigts en découvrant que son dispositif, ses laissez-passer, ses espions et ses gardes n’avaient pas pu l’emporter sur un peu d’imagination! » (p. 79)
     

  • Expressions imagées (p. ex., comparaison, métaphore, énumération) enrichissant le texte.

    « – Deux jeunes gens s’aimaient, et ils étaient beaux comme un champ de blé dans la douceur de l’aube, avec un cœur plus grand qu’un ciel rempli d’étoiles. Elle était une fleur du printemps, fraîche et parfumée, et il avait la force et la grâce d’un jeune arbre au bord d’un champ. » (p. 38)

    « La troisième, c’était la bête de la terre. Féroce, poilue, irascible, elle combattit pendant une heure. Elle faisait face à un gladiateur efficace, adroit, vigoureux, et le sang jaillissait de sa peau lacérée. » (p. 59)
     

  • Séquences descriptives nombreuses permettant d’imaginer les scènes et de s’immiscer dans l’esprit des personnages; séquences dialoguées aidant à mieux comprendre les relations entre les personnages.

    « Le roi marchait lentement, comme s’il n’était pas pressé de rentrer au palais. Il éprouvait un bien-être simple et précieux en retrouvant les clairières fleuries, le ruisseau qui se déversait dans une série de petits lacs, les pierres et les souches couvertes de mousse, les bois dont bien des arbres étaient plus vieux que le royaume. » (p. 35)

    « Palmor la contempla, aussi ravi que stupéfait. Il détenait également ce pouvoir, qui le situait un cran au-dessus d’Argal. De la même façon qu’un grand joueur d’échecs est heureux de rencontrer un autre maître, il se réjouissait d’avoir trouvé une adversaire à sa mesure dans cette princesse qui prenait ses rêves, s’y installait et les menait plus loin, plutôt que de se contenter de leur opposer d’autres images. » (p. 86-88)

    « – Je sais tout cela, ô roi. C’est ton cœur que je veux toucher du doigt!
    – Il te faudrait une magie plus puissante que celle que tu possèdes, belle enfant.
    – Je peux toujours essayer. » (p. 92)

Pistes d'exploitation

  • Inviter les élèves à rédiger un poème à forme fixe sur le thème des quatre éléments : le feu, l’eau, la terre et l’air; leur demander de porter une attention particulière à la rime, aux expressions imagées et au rythme, et leur suggérer de peaufiner le produit final en se servant d’un logiciel de création ou en le transformant en diaporama.
  • Demander aux élèves de choisir la personne qui dirigerait le mieux le royaume : le roi Palmor, dont la vision est liée à l’ordre et à la maîtrise, ou la princesse Sélénia, qui démontre une passion pour la liberté et le mouvement du cœur; leur demander de justifier leur choix.
  • Proposer aux élèves de représenter une des bêtes royales mentionnées dans le conte, en deux ou en trois dimensions, en se référant aux descriptions des pages 58 et 59, et leur demander d’exposer leur projet.

Conseils d'utilisation

  • Présenter le vocabulaire qui pourrait nuire à la compréhension du texte.
  • Aviser les élèves que l’œuvre contient quelques éléments de nature violente.