1
Anatomie de la fiche
Ajouter au bac de lecture

Gabrielle et le vampire de Maillardville

Qui donc a des yeux rouges, porte un chapeau à grand rebord et deux paires de lunettes de soleil sur le nez... par un temps nuageux? En compagnie d'Océane et de Zoé, Gabrielle tombe sur cet être bien surprenant.

Pour des raisons différentes, les trois filles décident de démasquer cet homme mystérieux. Serait-ce un vampire? Sans penser aux conséquences, elles se lancent à sa poursuite. Heureusement, le vampire veillait...

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Un personnage principal, Gabrielle (Gab), narratrice participante, une jeune fille du Québec en vacances chez la famille Dickson en Colombie-Britannique, accompagnée d’Océane Dickson et de Zoé Beauregard, ses amies.

    « Depuis cinq jours, j'étais à Vancouver chez les Dickson qui m'avaient invitée à passer une semaine en Colombie-Britannique. Leur fille Océane a le même âge que moi. On commence à être de bonnes amies. » (p. 7)

    « Mais maman m'avait bien dit d'être polie avec les Dickson. Donc, c'était par politesse que je ne disais rien. Pas par lâcheté. » (p. 9)
     

  • Intrigue simple, teintée de mystère, qui présente des événements en ordre chronologique.

    « Une heure plus tard, on était sur le mont Burnaby, au milieu de Kamui Mintara ou "jardin des dieux", en japonais. » (p. 13)

    « On s’est rapprochées du vampire en parlant tout bas pour ne pas attirer son attention. » (p. 40)
     

  • Séquences descriptives nombreuses et détaillées permettant de créer chez le lecteur des images des sites de la Colombie-Britannique et de certains personnages.

    « Ce matin-là, le soleil brillait, le ciel était bleu. Le sommet des montagnes faisant face à Kitsilano était saupoudré de neige. Les paysages d'ici étaient tellement beaux et différents de ceux de Val-d'Or! » (p. 7)

    « Sur l’avenue Cartier, il y avait un homme qui tenait un papier à la main. Il penchait tellement la tête à gauche qu’elle touchait presque son épaule. » (p. 30)

Langue

  • Registres courant et familier employés à la fois dans les séquences descriptives et dialoguées.

    « Depuis qu’on étaient arrivés, je n’avais pas arrêté de prendre des photos. » (p. 13)

    « – Ah, tu vois la grande horloge? On est arrivés! » (p. 26)

    « D'après Zoé, les photos ne reflétaient pas l'image des vampires. J'ai immédiatement sorti mon appareil photo. » (p. 39)

    « – Mes yeux ne sont pas rouges. Ils reflètent la lumière. Un peu comme quand les gens ont les yeux rouges dans les photos. Leurs yeux renvoient le flash. » (p. 60)
     

  • Figures de style variées, dont l'hyperbole, l’onomatopée, la répétition et la comparaison, qui rendent la lecture imagée.

    « Et en plus, Chloé Berthier-Prévost allait mourir de jalousie. » (p. 22)

    « Elle fouillait, elle fouillait. » (p. 41)

    « Le bas de son manteau gris tournoyait comme une cape. » (p. 47)

    « Quand elle a fait "croâ croâ" dans ma direction… » (p. 47-48)
     

  • Vocabulaire simple rattaché à la culture et au patrimoine.

    « La plaque indiquait que Burnaby et Kushiro, une ville du Japon, étaient jumelées depuis quarante ans. » (p. 14)

    « Notre excursion à Maillardville commençait par le musée Mackin. » (p. 27)

Référent(s) culturel(s)

  • Références à la francophonie canadienne par la présentation d'une minorité linguistique francophone hors Québec, plus précisément à Maillardville en Colombie-Britannique.

    « Aujourd'hui, il y a des maisons et des rues pavées partout. Toutefois, Maillardville et les francophones sont toujours là. » (p. 26)

    « Les panneaux de rue étaient bilingues! Il y avait beaucoup de noms français, comme Therrien, Lebleu, Cartier. » (p. 26)

Pistes d'exploitation

  • Demander aux élèves d’écrire une lettre à Gabrielle afin de l’inviter à venir dans leur communauté en faisant la promotion de ses sites intéressants à visiter.
  • Demander aux élèves de créer un dépliant touristique de la ville de Maillardville en mettant en évidence certains points de repère, tels que le musée Mackin ou l’église Notre-Dame-de-Lourdes.
  • Inviter les élèves à dessiner les personnages du roman en se servant d’indices contenus dans le livre (p. ex., la description de monsieur Pilon faite par Zoé à la page 30).

Conseils d'utilisation

  • Présenter le roman Gabrielle sur la piste d’Ogopogo par Annie Bourret afin que les élèves connaissent mieux Gabrielle, le personnage principal.
  • Expliquer l’usage de la bombe atomique pendant la Deuxième Guerre mondiale et ses effets sur les populations, puisqu’on y fait allusion aux pages 16 et 17.
  • Expliquer ce qu’est l’albinisme, afin de mieux faire comprendre la condition de monsieur Pilon et d'y être plus sensible. Promouvoir ainsi chez les élèves la tolérance pour les différences.
  • Utiliser le postscriptum de la page 69 pour distinguer avec les élèves ce qui est vrai dans le roman.