Anatomie de la fiche
Ajouter au bac de lecture

Fragments de saisons

Écrits dans une langue riche en symboles, ces Fragments de saisons sont d’inspiration fantastique. Ils nous entraînent dans des univers de magie, d’étrangeté et de rêves.

Liés par le thème de la métamorphose, ces récits baignent dans une aura de mystère, où des paysages intérieurs se fondent dans un environnement étrange puis se glissent dans des songes marins. Limites et frontières se franchissent subtilement. Alors, les rêveries se bercent d’une poésie vive dans laquelle les oppositions intérieur/extérieur, rationnel/irrationnel, soi/les autres, vie/mort disparaissent…

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

À propos du livre

Contenu

  • Personnages tourmentés (p. ex., Uhla, Gerta, Lorano) évoluant dans des univers fantastiques où tout semble conspirer pour leur rendre la vie intolérable.

    « Au sein de l’ombre, Uhla se réveille. […] Elle avance, s’essouffle. Éraflures contre son ventre, ses cuisses, ses poignets où battent des veines de feu. » (p. 23)

    « Gerta hurlait. […] Un cri plus strident que les autres projeta si violemment la voix contre un mur qu’elle se brisa. » (p. 27)

    « Ils l’éclaboussèrent avec leurs pieds, en poussant des cris de haine. Grelottant de froid et de peur, Lorano restait là, pétrifié, espérant que les énergumènes se lasseraient de leur jeu. » (p. 75)
     

  • Intrigues étranges, voire insolites, où la mer et la nature contribuent au mal-être des personnages.  

    « Elle coulait au fond d’une eau qui paralysait son cœur et ses membres. Il faisait noir en elle. Son corps mit longtemps à descendre. » (p. 32)

    « Sur ce paysage, le vent se met à souffler, malmenant les eaux grises, échevelant les collines. » (p. 44)
     

  • Selon les récits : narratrice omnisciente et narratrice participante qui toutes deux révèlent les pensées des personnages.

    « Mon corps s’est alourdi d’une inertie croissante, d’une force contraire qui me maintient contre les picotements de la paille. »  (p. 15)

    « Lentement, il prit le chemin de la falaise. […] À mi-côte, il sentit le froid du large se plaquer contre ses joues mouillées de larmes. Il serra l’enfant et lui couvrit la tête avec le châle. « À quoi bon? se dit-il; elle souffrira de toute façon ». » (p. 32)

Langue

  • Registre courant tout au long des récits.

    « Ils finirent tous les deux par s’apercevoir qu’ils avaient besoin l’un de l’autre, qu’ils ne pouvaient vivre seuls. Ils partagèrent donc l’espace de la maison et, plus tard, donnèrent naissance à une fille à la voix douce et mesurée. » (p. 29)
     

  • Figures de style variées (énumération, personnification, métaphore, euphémisme, comparaison, oxymore, répétition) qui contribuent à l’émotivité.

    « Il prit son élan, fendit l’air de ses ailes crénelées, se posa à son tour sur l’îlot. » (p. 11)

    « La mer m’appelle de ses mugissements et je me souviens de ma vie au sein des vagues, de la douceur de l’espace clos, du rythme incessant qui me berçait. À présent, l’hiver griffe mon corps, fait hurler les branches peureuses de l’arbre. » (p. 15)

    « Mon corps se souvient alors d’un autre corps, puis l’image sombre dans les marais de la mémoire. » (p. 16)

    « À bout de souffle, nous nous roulerons dans les vagues, jusqu’à ce que nos corps s’unissent, dans le même désir de rompre la solitude de notre espèce. » (p. 19)

    « Des morceaux de chair avaient commencé à se détacher, flottant à la dérive comme des poissons laiteux. » (p. 33)

    « Mais au fond, je me réjouissais de reconstruire le récit qui s’était brisé, qui m’interpellait de sa voix muette. » (p. 42)

    « Les oiseaux surgissent de l’horizon, blanc gris, gris bleu, bleu noir. » (p. 45)
     

  • Champs lexicaux liés à la vie, à la mort.

    « Elle finit par s’écouler, abandonnant derrière elle les corps inertes. » (p. 49)

    « Son ventre musclé se contracta et elle sentit quelque chose de gluant lui glisser entre les jambes; l’entendit tomber avec un bruit mou dans la crevasse rougie. » (p. 70)

Pistes d'exploitation

  • Inviter les élèves à choisir, parmi les nouvelles, celle qui leur semble la plus accessible et la plus propice à étudier.
  • Demander aux élèves d’illustrer à l’aide d’un médium de leur choix une situation rencontrée à la lecture d’une des nouvelles.
  • Inviter les élèves à composer leur propre nouvelle fantastique.

Conseils d'utilisation

  • Choisir parmi les nouvelles celles qui semblent plus à la portée du lectorat visé.
  • Discuter avec les élèves du symbolisme dans l’illustration de la page couverture.
  • Préparer les élèves aux thèmes abordés dans le recueil : entre autres, la mort, la vie, l’intimidation et la violence.
  • Faire une lecture à voix haute aux élèves d’au moins une nouvelle pour en faire apprécier le style de l’auteure.