1
Anatomie de la fiche
Ajouter au bac de lecture

Flagabou l’enfantôme et la bombe à bonbons

Flagabou est un enfant fantôme, un « enfantôme ». Pour l’Halloween, il a une idée géniale.

Comme les humains se déguisent en fantômes, il se déguisera en humain!

Mais sa bonne idée a de mauvaises conséquences.

Avertissement : cette histoire terrifie les fantômes et amuse les humains.

Ce roman plaira aux jeunes lecteurs de 9 à 12 ans. Les plus jeunes l’aimeront aussi si on le leur lit.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

 

À propos du livre

Contenu

  • Un personnage principal, Flagabou, et quelques personnages secondaires typiques du roman fantastique pour la jeunesse.

    « C’est l’histoire de Flagabou le fantôme. Il est un jeune fantôme qui a sept ans. Donc il est un "enfantôme". » (p. 7)

    « – Qu’est-ce que j’ai fait pour avoir un enfantôme comme toi! répond sa mère. Mais enfin, si tu promets d’être méchant, je pense que j’ai ce qu’il faut pour faire un déguisement d’enfant humain très laid. Tu pourrais te déguiser en scout, avec un foulard et un béret. Ça serait affreux! » (p. 14-15)

    « Cette vieille dame a de très bonnes raisons de se protéger contre les fantômes. Car autrefois, cette vieille dame était une sorcière. Autrefois, elle s’appelait Crachamabatala. Maintenant, elle s'appelle Lise. » (p. 50)
     

  • Intrigue caractéristique du conte : sujet présenté à la manière du conteur typique qui s’adresse directement à son auditoire; faits racontés dans un langage teinté d’ironie où les situations normales de la vie humaine sont présentées selon un point de vue différent.

    « Mes jeunes amis, voici l’histoire de la pire nuit d’Halloween imaginable. » (p. 7)

    « Il va se déguiser d’une manière qui va faire terriblement peur. Comment va-t-il se déguiser?
    – Je vais me déguiser en être humain ! s’écrit-il. Ouh! » (p. 8)

    « Mes jeunes amis, si vous mangiez un ver de terre, vous auriez envie de vomir. Vous vous sentiriez mal. Eh bien, les fantômes, eux, ont dédain des bonbons. Pourquoi? Parce que s’ils en mangent, ils se sentent mieux! Ils se sentent plus gentils, plus joyeux, plus sages et surtout beaucoup moins épouvantables. » (p. 38)
     

  • Narrateur omniscient qui permet de situer la lectrice ou le lecteur quant aux divers liens entre les personnages et d’expliquer le cheminement du personnage principal en cours de récit.

    « Flagabou est en train de mentir. En vérité, il ressent plutôt une grande envie de flatter un lapin blanc, de faire le ménage dans sa crypte, ou de dire des choses gentilles. Mais il ne le laisse surtout pas voir! Il fait semblant de se sentir méchant. » (p. 42)

    « Mais intérieurement, Flagabou l’enfantôme jure que jamais, plus jamais il ne se déguisera en être humain. » (p. 58)

Langue

  • Registre courant à la portée du lectorat visé; vocabulaire précis et étendu dans les séquences descriptives et explicatives; registre familier dans les séquences dialoguées.

    « – Je pourrais me déguiser en cowboy avec un chapeau et un lasso, se dit-il. Ouache! Ou bien je pourrais me déguiser comme les femmes aux cheveux longs qui font les annonces de shampooing. Euh! Yeurk! » (p. 11-12)

    « Ce sont vraiment deux sortes d’enfants très horribilifiants. » (p. 15)

    « – Ha! Ha! Ha! Regarde ça : un petit niaiseux déguisé en scout pour l’Halloween! » (p. 19)

    « Imaginez la scène mes jeunes amis. Ces fantômados sont une pure horreur! Il y en a qui ont l’air de porter du cuir, saut que c’est leur vraie peau. Il y en a qui ont l’air d’être tatoués partout, sauf que c’est leur vraie peau. » (p. 28)
     

  • Champ lexical rattaché à l’atmosphère de peur et de dégoût.

    « Tous les enfants qui le voient ont peur et s’enfuient en criant : "Ahhh!" Flagabou est fier de son effet. Il croit que c’est son costume de scout qui épouvante tout le monde. »(p. 20) 
     

  • Quelques néologismes intéressants : « enfantôme »,  « fantômado », « horribilifiants ».
  • Figures de style qui contribuent à installer dans le roman l’atmosphère fantastique voulue par l’auteur (p. ex., onomatopée, comparaison, énumération). 

    « Pourtant, dans les rues de la ville, les enfants humains se promènent, déguisés en créatures de l’autre monde : sorcières, momies, loups-garous, squelettes. »  (p. 17)

    « C’est aussi dégoutant que ce le serait pour vous de plonger dans une fausse à fumier! » (p. 33)

    « Lise leur tire dessus avec son lance-grenades à pommes au caramel. Pouf! Puis elle prend son lance-roquettes à croquettes de chocolat. Pow! Pow! Ensuite elle leur tire de la tire avec son tire-tire. Zing! Zing! » (p. 53)

Pistes d'exploitation

  • Animer des discussions en utilisant le questionnement à la fin des chapitres pour développer l’anticipation chez les élèves et pour leur permettre de discuter de leur point de vue et d’échanger avec leurs pairs avant de poursuivre la lecture de l’œuvre.
  • Exploiter les thèmes et les valeurs exploitées dans l’œuvre : les bonbons (alimentation saine), la relation avec les parents (dire la vérité), la relation avec les ados (risques, bonnes décisions), les tours (on peut se faire prendre à son jeu).
  • Exploiter les arts (dessin, bricolage, figurine, poème, chanson, saynète, création d’autres lieux ou personnages fantastiques dans un récit fantastique – texte à l’étude en 6e année) avec l’œuvre, en demeurant dans le fantastique.

Conseils d'utilisation

  • Monter un mur de mots tirés du roman pour aider les élèves à s’approprier le vocabulaire.
  • Discuter des fêtes et des rites observés dans différentes cultures.