Recherche



Petite Sarah

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

L’album Petite Sarah aborde les délicates questions de la perte de ses racines et de l’assimilation. On y fait la connaissance de Sarah, une fillette de 9 ans, qui refuse obstinément d’apprendre la langue de sa grand-mère, le français.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Personnage principal, Sarah, jeune fille issue d’une famille exogame, qui refuse catégoriquement d’apprendre le français; quelques personnages secondaires, dont grand-maman Aimée, qui ne parle que le français et qui s’attriste du fait que sa petite-fille ne puisse lui parler dans sa langue maternelle, ainsi que la sœur de Sarah, qui a choisi d’apprendre et de parler le français depuis son jeune âge.

    « Grand-maman Aimée pleurait souvent… car Sarah, une de ses petites-filles, ne voulait pas parler le français. » (p. 4-5)

    « Parce que son papa ne connaissant que l’anglais…
    …ses parents avaient décidé de l’envoyer à l’école anglaise.
    Mais aussi parce que, contrairement à sa sœur, Sarah n’avait jamais manifesté le désir de connaître la langue de sa mère. » (p. 14-15)

    « Tu veux que je te traduise?
    Oui… Let’s do it together. *
    I’m sorry, grand-ma. **
    Je… Je te le promets.
    * Faisons-le ensemble.
    ** Je suis désolée, grand-maman. » (p. 24)
     
  • Intrigue simple permettant de se sensibiliser à l’expérience que vivent plusieurs familles francophones vivant en milieu minoritaire; sujet apte à intéresser le lectorat de par les thèmes exploités (p. ex., famille exogame, conflit linguistique, héritage culturel).
  • Illustrations de couleurs vibrantes qui captent l’attention et contribuent à la vraisemblance des personnages.
  • Bande dessinée contenant une variété d’éléments graphiques qui traduisent les émotions des personnages (p. ex., couleur et grosseur des caractères, points de suspension, points d’exclamation et d’interrogation, italique, astérisque) et des éléments textuels qui contribuent à la compréhension du texte (p. ex., récitatif, dialogue); segments anglais marqués d’un astérisque qui correspond à la traduction française au bas de la page.

    « NO! NO! NO!
    obstinément. » (p. 5)

    « Autour d’elle, personne n’en comprenait la raison…
    ?????? » (p. 6)

    « Leave me alone! *
    *Laisse-moi tranquille! » (p. 7)

Langue

  • Registre de langue courant contenant un vocabulaire adapté au groupe d’âge ciblé, certains mots pouvant présenter un défi (p. ex., obstinément, sonorité, évanescent, paradisiaque, éphémère, aurore, méridional); utilisation occasionnelle de l’anglais qui permet au lectorat de s’immiscer dans le contexte du milieu francophone minoritaire.

    « Malgré ses efforts, grand-maman Aimée n’arrivait pas à parler anglais correctement… 
    Sarah, you wante to ite quelque chose?
    Manger? Foude?
    I DON’T UNDERSTAND FRENCH! *
    *Je ne comprends pas le français! » (p. 8)

    « Aime-les, protège-les en les faisant vivre et, le jour venu, transmets-les à tes enfants... » (p. 23)
     
  • Texte contenant divers types et formes de phrases.

    « Mamie était très malheureuse de ne pouvoir comprendre sa petite-fille. » (p. 9)

    « Pour quelle raison la petite Sarah agissait-elle ainsi? Pourquoi? » (p. 13)

    « Ma petite Sarah, je suis si contente de te voir! » (p. 18)

    « Quelques semaines plus tard, grand-maman Aimée montait au ciel rejoindre sa propre maman, sa grand-maman et toutes celles qui, avant elle, avaient mis au monde les enfants de sa famille. » (p. 19)
     
  • Langage abstrait et figures de style (p. ex., comparaison, onomatopée, métaphore) qui ajoutent à la richesse du texte.

    « Pour elle, c’était comme perdre son passé et son futur…
    … perdre son histoire. » (p. 12)

    « Quelques mois plus tard...
    SCRRRTCHHH
    Can you read this to me, please? *
    * Tu peux me lire ceci, s’il te plait? » (p. 21)

    « Ma petite Sarah, tu sais que je n’ai jamais été riche…
    Malgré cela, je tiens à te laisser en héritage mon plus grand trésor :
    … quelques-uns des plus beaux mots de la langue française, ma langue… et la tienne aussi.
    Écoute leur belle sonorité. Ils ressemblent à des chants d’oiseaux… » (p. 22)
     
  • Dominance des séquences descriptives, qui permettent de se situer dans le temps et le lieu de l’action et qui dépeignent les émotions ressenties par les personnages.

    « En fait, chaque fois que grand-maman gardait Sarah, les choses ne se passaient pas vraiment bien… Pour grand-maman Aimée, il était très difficile d’accepter que sa petite-fille ne parle pas la même langue qu’elle. » (p. 10-11)

    « Parler français lui faisait maintenant peur, c’était devenu trop compliqué… » (p. 15)
     
  • Séquences dialoguées qui aident le lectorat à comprendre le conflit linguistique existant ainsi que la relation entre Sarah et les personnages secondaires.

    « Sarah, aimerais-tu que je [la sœur] te montre de beaux livres en français?
    Leave me alone! * » 
    *Laisse-moi tranquille! (p. 7)

    « Why are you crying? *
    Grand-maman est très malade. On l’a emmenée à l’hôpital.
    What? 
    *Pourquoi pleures-tu? » (p. 17)

Référents culturels

  • Œuvre qui met en valeur les référents langagiers de la francophonie en situation minoritaire.

Pistes d'exploitation

  • L’auteur écrit : « Pour grand-maman Aimée, il était très difficile d’accepter que sa petite-fille ne parle pas la même langue qu’elle. Pour elle, c’était comme perdre son passé et son futur… perdre son histoire. » (p. 11-12). Inviter les élèves à réfléchir au sens de l’énoncé. Leur demander de prendre position face au point de vue de l’auteur et de communiquer leurs points de vue, en petits groupes. Par la suite, faire une mise en commun en groupe-classe.
  • Demander aux élèves de faire une entrevue auprès de divers membres de leur famille afin de construire leur arbre généalogique. Noter le lieu d’origine et la langue parlée de chaque membre, si possible. Transposer ces données sur une affiche, en utilisant un diagramme en arbre.
  • Relire avec les élèves, à la page 23, les mots figurant dans la lettre laissée à Sarah par sa grand-mère. Les définir puis inviter les élèves, en dyades, à choisir un mot de la liste et à rédiger un acrostiche. Permettre à chaque équipe de présenter l’acrostiche au groupe-classe.

Conseils d'utilisation

  • Aborder le thème du décès de la grand-maman avec délicatesse afin d’éviter de perturber les élèves qui vivent des deuils.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 3e à 8e année, Série : La quête, Kali - Toni Gingras.



Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca

Centre de leadership et évaluation