Recherche



Maya et Mitaine : De Saint-Jean à Paris

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Même sur la butte Montmartre, ou au sommet de la tour Eiffel, on peut s'ennuyer de chez soi… Maya, une petite fille qui vit avec sa maman à Saint-Jean (la grande ville portuaire du Nouveau-Brunswick), devra quitter Mitaine, son chat d'âge vénérable, pour un formidable voyage dans la Ville-Lumière! Plusieurs découvertes l'y attendent : les attraits touristiques, bien sûr; le monde de la mode; mais aussi l'expression de nouveaux sentiments, comme la nostalgie, l'acception des départs et des séparations… De retour à Saint-Jean, le quotidien ne sera plus jamais le même pour Maya et sa maman. Mais dans le grand carrousel de la vie, qui a tourné une dernière fois pour Mitaine, Maya rencontrera un nouvel ami…

(Tiré du site de l'éditeur.)

Contenu

  • Un personnage principal, Maya, entouré de quelques personnages secondaires dont sa mère, Évelyne; son père, Rémi; la designer acadienne, Elise Bourque, ainsi que ses voisins, Mme Élodie et M. O’Brien.

    « Mitaine la reconnait; c’est Maya, sa maitresse. Celle-ci la prend dans ses bras et la chatte grise ronronne de plaisir. » (p. 7)

    « Toutefois, la jeune fille ne va pas seulement s’ennuyer de son animal de compagnie lorsqu’elle sera à Paris. Il y a une autre personne importante dans sa vie qu’elle n’a pas vue depuis fort longtemps : son papa. Voilà déjà deux ans que ses parents sont séparés. » (p. 9)

    « En après-midi, Maya et Évelyne se préparent pour le grand voyage. » (p. 11)

    « - Vous allez prendre soin de ma Mitaine, n’est-ce pas, Madame Élodie? » (p. 12)
     
  • Récit permettant aux élèves de faire des liens avec leurs connaissances et leurs expériences personnelles; thèmes pouvant plaire au lectorat visé, particulièrement aux filles en raison des thèmes exploités (p. ex., animal de compagnie, séparation des parents, voyage, défilé de mode).
  • Texte dégagé et aéré facilitant la lecture; illustrations attrayantes, aux couleurs vives, appuyant le récit; nombreux éléments graphiques facilitant l’interprétation du texte (p. ex., caractères italiques, guillemets, majuscules, tirets, points de suspension).

    « - Hi, Mister O’Brien, le saluent Évelyne et Maya.
    Celui-ci les salue en leur souhaitant :
    Have a good trip in Paris! » (p. 13)

    « Évelyne explique à Maya : "Il faudra être patiente; le voyage durera environ sept heures." » (p. 15)

    « Mais la vieille chatte ne bouge pas. Maya, prise de panique, secoue le panier en criant :
    - MITAINE! RÉVEILLE-TOI! Oh non! Mitaine, NON! gémit Maya en éclatant en sanglots. Ne meurs pas! » (p. 54)

    « Mme Élodie regarde Maya, qui sanglote, et songe : "Pauvre enfant, un si beau voyage, puis son papa en coup de vent, et maintenant, la perte de son chat…" » (p. 55)
     
  • Dédicace au début du livre; texte divisé en neuf chapitres titrés; journées de la semaine mises en exergue précisant la durée du récit, soit une semaine; courtes biographies de l’auteure et de la designer, Elise Bourque.

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre; quelques mots nouveaux clairement définis ou compréhensibles grâce au contexte (p. ex., gargouilles, vagabondent, esthétique); style d’écriture imagé permettant de se représenter les découvertes des personnages au cours de leur voyage.

    « - Un gros merci, Madame Élodie, de vous occuper de notre chatte. Nous vous sommes très reconnaissantes, ajoute Évelyne. J’ai laissé des balles de laine dans un panier, dans le salon. Vous pourrez tricoter à votre aise en tenant compagnie à Mitaine quand vous viendrez la nourrir. » (p. 13)

    « Évelyne lève la tête vers le ciel.
    - Tiens donc, constate-t-elle, ce sont des gargouilles.
    Maya est tellement contente de voir ces sculptures. À Saint-Jean, au sommet de certains édifices de la rue Germain, trônent quelques gargouilles. » (p. 19)

    « Elle se retourne et, ô surprise! Voici que devant elle se dresse un carrousel à l’ancienne, surmonté d’une toiture verte ornée d’un petit cheval blanc. Maya est impressionnée par l’esthétique du manège. » (p. 31)
     
  • Types et formes de phrases variés traduisant les sentiments des personnages et permettant une lecture expressive.

    « - Prends une photo avec tes yeux, chuchote Évelyne dans l’oreille de sa fille. Nous ne reviendrons pas ici de sitôt! » (p. 42)

    « - Mon papa est ici! Youpi! » (p. 48)

    « "Maya, tu aurais pu te faire frapper par une voiture!" » (p. 49)

    « Le cœur de Maya bat la chamade. Elle aimerait tant que cette soirée ne se termine pas.
    - Dis, Papa, pourquoi maman ne s’est pas jointe à nous? » (p. 51)

    « - C’est Mitaine, elle est morte! explique Maya au milieu de ses larmes. » (p. 54)
     
  • Figures de style (p. ex., énumération, onomatopée, personnification, interjection, comparaison, interjection, métaphore) représentant des actions, des sensations et des pensées tout en ajoutant du rythme au texte.

    « En moins de vingt minutes, des jeans, des chandails aux couleurs de l’arc-en-ciel, des chaussures et une robe de soirée sont rassemblés dans la valise de Maya. » (p. 11)

    « Avant de partir, Évelyne cogne trois coups sur la porte voisine : Toc! toc! toc! » (p. 12)

    « Pendant qu’Évelyne se plonge dans un film, Maya est toujours séduite par les nuages bleutés qui dansent devant ses yeux. » (p. 16)

    « Tous ces décollages et ces atterrissages commençaient à lui tourner la tête! » (p. 17)

    « Aux yeux de Maya, sa maman est belle comme une étoile filante. » (p. 33)

    « "Zut! songe Maya. Maman va me gronder." » (p. 48)

    « Le miaulement du chaton sort la fillette de ses pensées et une fleur pousse dans le jardin de son cœur séché. » (p. 58)
     
  • Séquences narratives et descriptives permettant de suivre les événements et apportant des précisions au sujet des lieux, des personnages, de leurs gestes, de leurs réflexions et de leurs émotions.

    « On l’appelle Mitaine. Recroquevillée dans un panier d’osier rempli de balles de laine aux mille couleurs dort paisiblement une vieille chatte âgée de dix-huit ans, à l’épaisse fourrure tachetée de blanc et de gris. » (p. 7)

    « À tour de rôle, les mannequins s’avancent sur le podium en arborant des vêtements confectionnés par Elise Bourque. Maya est éblouie par le spectacle. Les grands mannequins marchent avec aise, leurs talons hauts claquant sur le parquet. Jamais ils ne tombent, regardant la foule de leurs yeux perçants, acceptant chaque cliché qui fait briller le tissu de leurs vêtements, du foulard léopard aux manteaux gris en passant par la jupe à motif tribal. » (p. 35)

    « Maya saute dans les bras de Rémi. Le rire grave de son père résonne dans le couloir de ses oreilles. Pendant ce temps, Mitaine court en miaulant vers le salon, sa queue blanche en panache. Maya et Rémi rient ensemble à la vue de la chatte qui court de peur. Rémi marche jusqu’à l’entrée, tenant Maya dans ses bras. Tous les deux, ils filent à l’extérieur admirer le bateau de croisière dans toute sa splendeur. » (p. 49)
     
  • Séquences dialoguées permettant de ressentir les liens affectifs entre les personnages.

    « - Sur ce cadenas, nous allons écrire le prénom de toutes les personnes qui nous sont chères.
    Maya hoche la tête, elle aime bien ce jeu. Évelyne y trace le prénom de Maya et lui demande :
    - Quels sont les autres prénoms que tu aimerais ajouter?
    Après une brève réflexion, la fillette lance :
    - Le tien!
    Évelyne sourit et y trace son prénom.
    - Quelqu’un d’autre? demande-t-elle.
    - Papa!
    Évelyne trace minutieusement le prénom de Rémi. En prêtant le feutre et le cadenas à sa fille, elle lui dit :
    - Il reste de la place pour un dernier prénom.
    Maya réfléchit quelques instants, puis une idée de génie lui vient en tête. Lentement, une lettre à la fois, elle écrit "Mitaine" sur l’objet de fer.
    - Accroche-le où tu veux, l’invite Évelyne. » (p. 22-23)

Référents culturels

  • Référents de la francophonie canadienne et internationale, à savoir des noms de lieux (p. ex., Montréal, au Québec; Saint-Jean et Petit-Rocher, au Nouveau-Brunswick; cathédrale Notre-Dame, Seine, basilique du Sacré-Cœur, tour Eiffel, musée du Louvre, aéroport Charles-de-Gaulle, à Paris).

Pistes d'exploitation

  • Demander aux élèves de rédiger, dans leur journal personnel, un texte descriptif sur l'un des sujets suivants :
    - Mon animal de compagnie.
    - Un animal de compagnie de mon entourage.
    - Un animal de compagnie que j'aimerais avoir.
    - Les sentiments que j'ai ressentis lors du décès de mon animal de compagnie.
  • Demander aux élèves de faire une recherche dans Internet afin de trouver l'animal de compagnie idéal pour leur famille et de préparer une fiche descriptive de l'animal en vue de le présenter au groupe-classe.
  • Demander aux élèves, regroupés en dyades, de rédiger des questions qui pourraient être posées à Elise Bourque dans le cadre d'une entrevue et de présenter ces questions au groupe-classe. Inviter les élèves à effectuer une recherche dans Internet afin de trouver les réponses aux questions mises en commun.
  • Inviter les élèves à relever les mots qui respectent les normes de la nouvelle orthographe et de relever les régularités dans la graphie des mots.

Conseils d'utilisation

  • Avant la lecture, discuter des sujets délicats comme la mort d'un animal de compagnie et la séparation des parents.
  • Présenter ou revoir les caractéristiques de la fiche descriptive d'un animal, du journal personnel et de l'entrevue.
  • Expliquer aux élèves le concept de « nouvelle orthographe » et en présenter des exemples (p. ex., omission de l'accent circonflexe sur les voyelles).


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca

Centre de leadership et évaluation