Recherche



À la découverte de l'Ontario français

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Savez-vous pourquoi on traite les francophones de frogs? Connaissez-vous la signification du mot Ontario? Quels bébés franco-ontariens sont devenus célèbres dans le monde entier? Combien de trésors se cachent dans la tourbière d’Alfred?

Vous trouverez les réponses à toutes ces questions dans ce texte documentaire sur l’Ontario français. Vous y trouverez aussi poème, charade, chanson et mot mystère sur la francophonie ontarienne. L’auteure chevronnée Andrée Poulin y présente les héros, l’histoire et la géographie de l’Ontario français. Des photos d’époque, des illustrations rigolotes et des bandes dessinées complètent les informations présentées. Cet abécédaire hautement original est conçu pour que les enfants apprennent en s’amusant.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Abécédaire de style documentaire présentant divers éléments de la culture franco-ontarienne à l’aide de chacune des lettres de l’alphabet (p. ex., J pour Jean-François Carrey, pour Kapuskasing, M pour Montfort); idée principale de chaque lettre développée dans différents genres de textes (p. ex., bande dessinée, charade, chanson, entrevue, poème).
  • Présence de deux personnages illustrés, Samuel et Sarah, qui apparaissent tout au long de l’œuvre et qui soulèvent des questions et des commentaires cocasses sur les divers sujets exploités, ce qui permet au lectorat de s’amuser et de réfléchir en même temps.

    « - Je me demande combien de temps il faut aux fleurs insectivores pour digérer un maringouin.
    - Je me demande ce que ferait la grenouille si un morceau de couleuvre lui restait pris dans la gorge. » (p. 4)

    « - Je pensais qu’on était plus nombreux, les francophones de l’Ontario.
    - C’est la qualité qui compte, pas la quantité! » (p. 10)
     
  • Sujets familiers qui rappellent des faits historiques de la francophonie ontarienne (p. ex., le sauvetage de Montfort, le nouveau visage de la francophonie ontarienne grâce à l’immigration, le fait bilingue, les quintuplés Dionne) et qui peuvent plaire au lectorat visé de par les thèmes exploités (p. ex., drapeau franco-ontarien, géographie, histoire, hockey, pêche, humour).
  • Texte généralement aéré et présenté sous différentes formes, de manière originale (p. ex., dans un calepin à la page 20, sur un parchemin à la page 24, sur des panneaux de bois à la page 26); illustrations dynamiques et colorées en lien direct avec le texte ainsi que plusieurs photos d’époque et actuelles qui permettent de visualiser les lieux, les personnes ou les événements dont il est question.
  • Utilisation d’éléments graphiques tels que les caractères gras pour accentuer des faits, les caractères italiques pour indiquer des paroles en anglais ou des mots en langue autochtone, et les phylactères ou bulles de dialogue pour mettre en évidence les propos de Samuel et de Sarah.

    « D’autres Franco-Ontariens ont joué récemment dans la Ligue nationale de hockey : Benoît Pouliot d’Alfred, Claude Loiselle d’Orléans, Claude Giroux et Claude Larose de Hearst, Dereck Roy de Rockland et Daniel Paillé de Welland. » (p. 12)

    « Gisèle Lalonde, présidente du comité S.O.S. Montfort, crie de toutes ses forces le slogan MONFORT FERMÉ, JAMAIS!
    Le combat de S.O.S. Montfort dure cinq ans. » (p. 18)

    « Le mot Ontario nous vient des Autochtones. On pense que ce nom provient du mot huron onitariio, qui veut dire "beau lac", ou du mot iroquois kanadario, qui signifie "eau scintillante". » (p. 20)

Langue

  • Registre de langue courant en général; mots familiers et expressions populaires utilisés dans certains dialogues; vocabulaire simple et quelques mots nouveaux pouvant être inférés grâce au contexte.

    « - Hé, what’s up? T’as donc bien l’air mad.
    - On a perdu notre game de soccer.
    - C’était quoi le score?
    - 10-0.
    - Oh my God! L’autre team était cent fois meilleure!
    - No way! C’est parce qu’ils jouaient vraiment rough! » (p. 5) 

    « L’histoire des sœurs Desloges donne du courage à d’autres professeurs. La victoire de l’école Guigues inspire des milliers de Franco-Ontariens à se battre pour avoir des écoles de langue française. En 1927, le Règlement 17 devient inopérant. En 1944, le gouvernement abolit cette loi injuste. Aujourd’hui, une école secondaire d’Orléans porte le nom de Béatrice Desloges, en l’honneur de cette enseignante un peu têtue et très courageuse, qui a dirigé la résistance. » (p. 8)

    « On a une famille exogame quand les parents ne parlent pas la même langue. Comme ta maman parle anglais et ton papa parle français, tu vis dans une famille exogame. » (p. 33)
     
  • Plusieurs types et formes de phrases à structures plutôt simples qui contribuent à la lisibilité du texte et permettent au lectorat d’imaginer la scène.

    « Au printemps 1934, dans le petit village de Corbeil, en Ontario, Elzire Dionne donne naissance à cinq filles! Des jumelles identiques! Les bébés sont si minuscules qu’on peut les tenir dans la paume de la main. Pour les garder au chaud, on les installe dans un tiroir près du poêle à bois. Tout le monde se dit : "elles vont mourir". Mais non. Elles sont les premières quintuplées à survivre, de vrais bébés miracles! » (p. 22)

    « Comment manges-tu ton fromage en grains?
    Avec tes céréales du matin?
    Bien aligné sur un craquelin?
    Fondu en flaque sur ton pain?
    En pigeant dans le sac avec les mains?
    En te cachant de tes copains coquins?
    En lisant un bon bouquin?
    En y saupoudrant des cerises au marasquin? » (p. 26)
     
  • Emploi de figures de style (p. ex., allitérations, métaphores, comparaisons) qui contribuent à l’aspect imagé, vivant et ludique des textes.

    « Qui peut prononcer ce virelangue sans reprendre son souffle?
    C’est fantastique de faire partie de la grande famille franco-ontarienne et de parler fièrement le français; alors je défends farouchement ma langue fabuleuse et, je le confesse franchement, j’enverrai flotter dans le fossé le premier farceur qui affirmera faussement que le français est un fardeau fatigant. » (p. 10)

    « Ce rêve est si ambitieux que Jean-François a parfois l’impression qu’il essaie de manger un éléphant. C’est tellement gros que parfois il se décourage. Heureusement, son ami Martin lui dit : "Un éléphant, ça se mange une bouchée à la fois." » (p. 14)

    « L’Ontario est parsemé de villes et de villages où l’on vit et où l’on vibre en français. Ces villes et ces villages sont comme des dizaines de drapeaux verts sur la grande courtepointe de la province. » (p. 30)
     
  • Dominance des séquences descriptives apportant des précisions sur les faits présentés.

    « Les Franco-Ontariens ont pris cette insulte - frog - et l’ont transformée en signe de fierté. En 1973, des jeunes de Sudbury ont créé une grande fête pour célébrer la francophonie. Comme ils s’étaient fait traiter de frogs par les anglophones, ces Franco-Ontariens ont appelé cette fête La Nuit sur l’étang. » (p. 11)

    « Dans les années 1600, quand les explorateurs français arrivent dans ce coin de l’Ontario, les Ojibwés donnent un nom à ce long cours d’eau : Rivière des Français. Étienne Brûlé, Samuel de Champlain, Jean Nicollet, Pierre-Esprit Radisson et Médard Chouart des Groseilliers sont les premiers Blancs à s’aventurer sur ces territoires sauvages. » (p. 24)
     
  • Séquences dialoguées figurant dans certains genres de textes (p. ex., la bande dessinée, l’entrevue) pour rapporter les échanges entre les personnages.

    « - Papa, où sont les outardes? demande fiston.
    - On va les voir bientôt, fiston! On arrive justement à Wawa.
    Le garçon éclate de rire.
    - Wawa! Trop drôle comme nom.
    - Wawa, ça veut dire outarde en ojibwé.
    - Papa, c’est quoi l’O-bij-wé? demande fiston.
    - Ça se prononce O-jib-wé. Les Ojibwés sont des Amérindiens. Ils vivent ici depuis plusieurs centaines d’années, bien avant l’arrivée des premiers Blancs. » (p. 32)

Référents culturels

  • Œuvre favorisant la construction identitaire dans son intégralité et relatant l’histoire des francophones de l’Ontario, des faits historiques marquants ainsi que des faits divers intéressants (p. ex., lieux, origine, héros, culture).

Pistes d'exploitation

  • En groupe-classe, animer une discussion au sujet de l’importance de protéger la langue française, pour nous et pour les générations à venir. Susciter la discussion à l’aide de questions telles : Est-ce que le franglais est une langue? Est-ce que la qualité d’une langue parlée représente la vitalité d’une culture? Suite à la discussion, inviter les élèves à rédiger, dans leur journal personnel, un court texte faisant état de leur position face à leur attachement à la langue française et à leur identité franco-ontarienne.
  • Inviter les élèves à s’inspirer des textes de l’œuvre pour rédiger, en équipe, des situations d’improvisation (p. ex., improvisation chantée ayant pour titre : Escalader le mont Everest), puis organiser une joute d’improvisation.
  • Proposer aux élèves, en équipes de deux, de choisir une lettre de l’alphabet et de rédiger un court texte mettant en vedette d’autres héros franco-ontariens, d’autres événements historiques ou culturels, d’autres entreprises florissantes de la francophonie ontarienne afin d’approfondir leurs connaissances sur le sujet.
  • Proposer aux élèves de rédiger un article d’intérêt local touchant la communauté francophone à partir d’un des éléments de ce texte documentaire ayant particulièrement attiré leur attention.
  • Proposer aux élèves de présenter une saynète à partir de l’échange entre Samuel et Sarah à la page 5, puis de rejouer la saynète en remplaçant les mots anglais par les mots français appropriés; inviter les élèves à relever, en équipes de deux, d’autres mots anglais fréquemment utilisés par les élèves et à trouver les termes équivalents en français.

Conseils d'utilisation

  • Avant la lecture, lire ensemble la dédicace et les remerciements de l’auteure à la page 3 afin de donner une intention de lecture aux élèves.
  • Avec les élèves, exploiter les activités proposées à chaque lettre de l’abécédaire (p. ex., discussion, texte à trous, charade, questions posées par les deux personnages, Samuel et Sarah).
  • Présenter les caractéristiques de l’article d’intérêt local afin d’en faciliter la rédaction.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 5e à 10e année, Série : Active-toi, La fierté francophone en Ontario.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca