Recherche



À grandes gorgées de poussière

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Martine, adolescente, habite un village. Elle souhaite plus que tout le quitter pour vivre en milieu urbain. Pour elle, le grand monde s’appelle Montréal. Elle sent (elle sait!) que si elle ne s’évade pas de son lieu d’origine, elle sera happée par lui, contrainte d’accepter une vie désespérément prévisible. Ce qu’elle refuse de tout son être. À l’arrivée de Nadine, « l’étrangère » au village, commence pour Martine une amitié qui sera aussi envoûtante que troublante. À ses yeux, Nadine est sophistiquée, libérée, sans contrainte. L’amitié des jeunes filles inclura forcément Antoine, complice de Martine depuis l’enfance. L’inévitable arrive. Nadine-la-libre ensorcelle le bel Antoine.

« La voir si proche de moi me donne envie d’oublier que cette main qui balaie mon épaule s’était faufilée dans celle d’Antoine quelques minutes plus tôt. Je regarde s’envoler les grains de sable en me disant que Nadine ne serait pas capable de m’arracher mon meilleur ami. Elle n’est pas cruelle. La cruauté, c’est inné, c’est incrusté dans les os. Ça émane des pores, comme de l’ail, ça projette une odeur qu’on peut détecter de loin. »

(Tiré du site de l’éditeur et de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Roman qui comporte un seul point de vue, soit celui de la narratrice participante, Martine, qui raconte son histoire et partage ses sentiments.

    « En avançant vers la plage, j’aperçois, avec un brin de panique, deux adolescentes allongées à plat ventre. Merde. Sylvie et Linda, les filles en plastique qui se prennent pour des mannequins… » (p. 22)
     
  • Personnage principal (Martine) et deux personnages secondaires (Antoine et Nadine). Les lectrices et les lecteurs suivront aisément l’évolution de ce trio à travers les péripéties et le développement de l’histoire.
  • Roman qui permet, à travers les péripéties vécues par le personnage principal, de découvrir l’aspect psychologique de ce dernier. L’accent étant mis sur l’évolution psychologique des personnages, le nombre de descriptions physiques est restreint.

Langue

  • Registre courant, et parfois familier, privilégié dans les passages descriptifs et les dialogues.

    « Câline! s’exclame Antoine, c’est un chat! » (p. 8)

    « J’épie Nadine sous mes cils baissés. Pense-t-elle à Antoine? » (p. 62)
     
  • Grande variété de structures syntaxiques et nombreuses figures de style et jeux de mots qui permettent d’apprécier le style de l’auteure.

    « La nuit te fait des clins d'œil! » (p. 37)

    « Elle est passée du soupir au sourire; elle était sous le pire; elle est maintenant sous le rire. » (p. 74)

    « Détonation, du verbe détoner. Détoner, comme tonner, comme tonnerre. » (p. 84)

    « …toutes mes idées se sont mises à éclater comme des morceaux de maïs soufflé. » (p. 123)
     
  • Lexique compréhensible et adapté au lectorat visé bien qu’enrichi par quelques néologismes tels que « asphaltien », « romantéteux » et « romantéteuseté ».
  • Nombreux champs lexicaux évocateurs, entre autres, des thèmes de l’amitié, de l’amour et surtout de la quête d’identité et du désir d’indépendance. Par ses choix de mots, l’auteure permet à la lectrice et au lecteur de ressentir les émotions de Martine et sa déchirure entre rester au village ou partir pour la grande ville.
  • Indice de lisibilité approprié, mais peut-être un peu élevé pour le lectorat visé. Sujet du roman, vocabulaire et construction du texte assez simples, mais nombreuses figures de style qui augmentent le niveau de complexité du texte.

Pistes d'exploitation

  • Animer une table ronde au cours de laquelle les élèves discutent des facteurs qui peuvent être la cause d’interactions problématiques ou malsaines (p. ex., jalousie, sentiment d’injustice, intimidation) et la façon dont on peut traverser ces problématiques.
  • Créer, en groupe-classe, une ligne du temps retraçant les différentes étapes de la vie. Déterminer quelles sont les caractéristiques principales de chacune de ces étapes, ainsi que les avantages et les désavantages propres à chacune d’elles.
  • Inviter les élèves à rédiger un épilogue au roman en imaginant le personnage principal, Martine, son ami Antoine et « l’étrangère », Nadine, dix ans plus tard.

Conseils d'utilisation

  • Présenter le roman principalement aux élèves des filières FRA2D, FRA3U et FRA3C selon le niveau et les forces des élèves.
  • Miser sur l’universalité des thèmes (p. ex., l’amitié, l’amour, la liberté) pour toucher l’ensemble du lectorat visé.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca