Recherche



Drôle-de-zèbre

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Enfin révélée, voici la tragique histoire qui a conduit à la fermeture du Jardin zoologique de Moose Jaw, en Saskatchewan. Un splendide zèbre transformé en ogre hideux trouvera refuge au cirque Stella où il se produira aux côtés d’autres créatures marginales. Drôle-de-zèbre refera sa vie dans cette difficile condition, mi-homme, mi-bête, jusqu’au jour où les fantômes de son passé referont surface, déterminés à mettre un point final à leur entreprise de destruction.

Une histoire savoureuse qui illustre bien que, même si à travers le regard des autres la différence peut être lourde à porter, il ne faut jamais perdre confiance en la vie.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Personnage principal, Drôle-de-zèbre, un zèbre laid et répugnant qui, après avoir surmonté courageusement plusieurs embûches, finit par avoir gain de cause sur ses deux assaillants; quelques personnages secondaires dont Auguste et Hillary Baratin, les fondateurs du cirque Stella et parents adoptifs du zèbre, ainsi que Sam et Sung, surnommés les pirates, qui, à titre d’employés du cirque, se lancent à la recherche de Drôle-de-zèbre dans le but de le faire disparaître à jamais.

    « Il s’agissait d’Auguste et Hillary, vêtus de leurs plus beaux habits de clowns. Ils ont engagé la conversation. C’était mon premier contact avec qui que ce soit depuis que j’avais été transformé en géant hideux. Je n’arrivais pas à croire qu’ils s’adressaient à moi. De fil en aiguille, je leur ai raconté mon histoire. […]
    - Flairant mon potentiel de bête de cirque, car j’étais tout de même une créature unique au monde, ils m’ont invité à me joindre à leur troupe. C’est ainsi qu’après des mois d’errance, exclu, autant de la société des animaux que de celle des hommes, j’avais à nouveau une famille, dit Drôle-de-zèbre, le regard brillant. » (p. 7-9) 

    « - Pour une raison inconnue, la tentative d’empoisonnement avait échoué sur moi. Au lieu de m’être fatale, elle m’avait transformé en ce géant laid à faire peur. […] D’un noble animal qui attirait les regards admiratifs, ils avaient fait de moi une créature hideuse qui suscitait des regards dégoûtés. Une rayure brune barrait mon visage, et mes cheveux en brosse, sales et luisants, rappelaient la courte crinière du zèbre. Voilà tout ce qu’il me restait de ma condition de zèbre, en plus de courir aussi vite que lui. À la suite de ce crime odieux, les autorités ont étouffé l’affaire et ont fermé le zoo sans donner d’explications à la population. » (p. 8)

    « - Les pirates, dit-il dans un long soupir. En réalité, il s’agissait de deux vétérinaires, frères de sang, venus de l’Est. Ils s’étaient infiltrés dans l’organisation du zoo de Moose Jaw pour le détruire. » (p. 10)

    « - J’étais complètement désemparé. Je n’avais nulle part où aller. Les pirates m’avaient reconnu. Je l’avais vu dans leurs yeux. J’étais la seule ombre à leur tableau de destruction. Ils allaient tenter de m’éliminer, de me faire taire à jamais. Ça ne faisait aucun doute dans mon esprit d’ogre. » (p. 13)
     
  • Intrigue captivante qui porte à réfléchir sur l’importance accordée à l’apparence physique et les conséquences qui en résultent; sujets actuels, porteurs de messages susceptibles d’intéresser le lectorat visé et de lui permettre de faire des liens avec son vécu (p. ex., regard de l’autre, estime de soi, confiance, différence, exclusion, vérité, amour parental).
  • Mise en page simple, texte bien aéré sans chapitres ni illustrations; courte biographie de l’auteure, liste des coauteurs et avant-propos racontant la mise en contexte de la coproduction au début de l’œuvre; présence d’éléments graphiques facilitant l’interprétation du texte (p. ex., caractères italiques, guillemets, deux-points, tirets, points de suspension, trois astérisques indiquant un changement de scène ou de temps).

    « - Qu’est-ce que c’est, un sous-briquet? demanda un petit clown aux cheveux roux.
    - Un sobriquet, mon lapin. C’est un surnom que l’on donne à quelqu’un, très souvent pour s’en moquer. » (p. 3)

    « Les pirates comptaient mentalement : "sept, huit, neuf - ils étaient prêts - dix". À l’attaque! » (p. 21)

    « - Mais Auguste, si je reste ici, je vous mets tous en danger. Les pirates ont essayé de… » (p. 27)

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre; quelques mots nouveaux que le contexte permet de définir (p. ex., hurluberlu, bigarré, difformité, bouc, acolytes, guérite); style simple et mélange de phrases de base et de phrases transformées rendant la lecture fluide.
  • Emploi de phrases de formes et de types variés qui permettent une lecture expressive et dynamique.

    « - Mais je te dis qu’ils sont ici et qu’ils en ont après moi! Que te faut-il donc pour me croire?
    - Que tu dises la vérité!
    - Mais c’est la vérité!
    - Des bêtises… Va donc plutôt donner un coup de main à Auguste. […]
    - Je ne peux pas, dit Drôle-de-zèbre. Je dois rester caché.
    - Combien de temps est-ce que ça va durer, ces folies? demanda Hillary, les poings sur les hanches. » (p. 22-23)
     
  • Présence d’expressions figurées, de comparaisons et de métaphores qui agrémentent la lecture et facilitent la création d’images mentales.

    « À pas feutrés, Sam fit le tour de la roulotte. Il déploya la toile et se mit en position, tel un receveur de football, pendant que, de l’autre côté, Sung s’accroupissait par terre. […]
    - Sauve qui peut! s’écria Sung en prenant ses jambes à son cou. » (p. 21)

    « Le sang ne fit qu’un tour dans les veines de l’ogre au cœur tendre. Ignorant le danger, il contourna la roulotte et se précipita vers la porte. » (p. 34)

    « - Comment deux clowns imbéciles auraient-ils bien pu engendrer une horreur comme toi?
    Drôle-de-zèbre accusa le coup sans broncher. Il n’en était pas à sa première insulte. » (p. 35)
     
  • Séquences dialoguées accompagnées de séquences descriptives qui alimentent le suspense tout au long du récit et transportent le lectorat au cœur de l’action.

    « - Libérez mes parents, et je ferai ce que vous voudrez.
     - Ce que l’on veut? dit Sung. Tu as entendu ça, Sam? Il est prêt à faire ce que l’on veut. Mais ce que l’on veut est bien simple, mon beau… Allons-y! lança-t-il à l’intention de son frère.
    À la vitesse de l’éclair, les pirates se ruèrent sur Drôle-de-zèbre. Une échauffourée éclata. Avec sa taille et sa force titanesques, Drôle-de-zèbre aurait pu ne faire qu’une bouchée des deux hommes, s’il l’avait voulu. Mais son désir n’était pas d’anéantir ses adversaires, mais seulement de libérer ses parents. Après quelques secondes de bagarre, Sung se releva et Drôle-de-zèbre le vit sortir une seringue de la poche de sa salopette. » (p. 36-37)

    « Pour toute réponse, Auguste et Hillary étreignirent leur fils miraculé. […]
    - Est-ce que tu aimes ta nouvelle vie? demanda Pépita.
    - Tu parles! Je suis traité comme un prince. Et le plus formidable, c’est que je n’ai plus à me donner en spectacle. Vous savez, il n’y a rien de plus triste au monde que d’être rejeté ou pointé du doigt parce qu’on est différent.
    - Ne t’en fais pas, Drôle-de-zèbre, dit le petit clown aux cheveux roux. Tout le monde t’aime. » (p. 42)

Référents culturels

  • Mention de l’école Ducharme, école francophone de Moose Jaw, et du Centre Brandt, centre sportif et culturel de Régina, en Saskatchewan.

Pistes d'exploitation

  • Proposer aux élèves, en équipes, d’échanger leurs opinions et d’exprimer leurs sentiments face au refus d’Auguste et d'Hillary de croire l’histoire racontée par leur fils adoptif, qu’ils aimaient pourtant beaucoup. Inviter les équipes à faire part de leur discussion au groupe-classe.
  • Animer une table ronde au cours de laquelle les élèves discutent de la problématique du rejet des pairs en ce qui a trait à l’apparence physique et à la différence (p. ex., effets et conséquences du rejet, aide et solutions possibles, liens avec leur vécu). Entamer la discussion avec la citation suivante :
    « Vous savez, il n’y a rien de plus triste au monde que d’être rejeté ou pointé du doigt parce qu’on est différent. » (p. 42)

    Par la suite, proposer aux élèves de résumer les propos soulevés et de rédiger en collaboration un article à ce sujet. Leur suggérer de le publier dans le journal scolaire ou communautaire.
  • Dans l’avant-propos, l’auteure raconte que ses histoires naissent de sources diverses. Entre autres, elle dit :
    « Il y en a même qui sont venues carrément de nulle part, simplement en ouvrant le dictionnaire et en pointant un mot au hasard comme thème. » (p. V)

    Former des équipes de deux et suggérer aux élèves, en suivant cet exemple, de laisser aller leur créativité et de rédiger un court récit fantastique ou d’aventures. Permettre à chaque dyade de présenter son récit, et au groupe-classe de l’apprécier.

Conseils d'utilisation

  • Avant la lecture, mentionner aux élèves que le personnage principal subit la perte de ses parents de façon tragique. Si le besoin s'en fait sentir, aborder ce sujet avec les élèves et leur permettre de faire des liens avec leur vécu.
  • Proposer aux élèves de lire la seconde coproduction de l’auteure, citée dans l’avant-propos et intitulée La malchance d’Austin, de la même collection.
  • Présenter aux élèves les caractéristiques de l’article et du récit fantastique ou d’aventures afin d’en faciliter la rédaction.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 3e à 6e année, Série : Couleur coeur, Les différences.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca