Recherche



Contes du temps des Fêtes

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Par la présentation de son recueil de 32 contes de Noël inspirés de la culture folklorique francophone du pays, Ange-Émile Maheu veut faire découvrir « l’enchantement, le charme et le ravissement que ces contes ont eu sur lui et comment ils ont contribué à enjoliver sa vie ».

(Adapté de la Présentation, p. 8)

Contenu

  • Recueil de contes faisant référence aux traditions canadiennes-françaises lors du temps des Fêtes, au monde magique de Noël et au Noël religieux, près de la moitié des contes étant enregistrés sur un disque compact placé à la fin de l’œuvre.

    « Après la communion des fidèles, à la fin de la messe de minuit, le prêtre changeait de vêtements et revêtait les ornements de Noël. Il procédait ensuite avec les prières, à la célébration de la messe de l’aurore. C’était un temps spécialement consacré à la chorale qui en profitait pour chanter autant de beaux airs de Noël que possible. » (p. 19)

    « En soirée il y a eu un réveillon en l’honneur du petit lutin. On y a servi de la tourtière, du ragoût de boulettes et comme dessert des bonshommes en pain d’épice. » (p. 71)

    « Depuis ce temps, on dit que les ânes parlent à minuit, toutes les nuits de Noël. » (p. 101)
     
  • Illustrations peu nombreuses; brève présentation de l’œuvre par l’auteur, au début du recueil, permettant la mise en contexte des contes; table des matières indiquant les titres des contes et faisant aussi référence aux contes enregistrés sur le disque compact; glossaire des mots régionaux permettant de trouver des explications pour les mots et les expressions propres au langage populaire et facilitant la compréhension du texte (p. ex., canisson, shoppe, tedben, crémonne).
  • Contes qui font appel à l’imagination et suscitent une réflexion sur la façon de célébrer Noël, autrefois et aujourd’hui; sujets pouvant plaire au lectorat visé, surtout dans le contexte de la fête de Noël et du Nouvel An; nombreuses références aux traditions canadiennes-françaises et aux rites religieux catholiques (p. ex., chants de Noël, messe de minuit, rôle omniprésent de l’Église catholique, repas typiques, croyances populaires, phénomènes inexpliqués).

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre de même que plusieurs mots familiers et expressions populaires caractéristiques du conte canadien-français.

    « C’est le 23 décembre au matin puis il fait un frette à faire péter les clous dans les murs. » (p. 9)

    « - Je vas aller dans le bois pareil, pour essayer de trouver du gibier pour manger, sans ça, on va mourir de faim pis les enfants itou. » (p. 32)

    « - […] Il nous reste de la farine que je détrempe avec de l’eau et je fais cuire ça sur les rumeurs du poêle. » (p. 81)
     
  • Texte contenant une variété de types et de formes de phrases rendant la lecture dynamique.

    « - Il fait donc bien frette icitte-dans! C’est aussi pire que dehors. Si vous avez pas de bois, je vas vous en vendre. Je peux même vous en donner. Brrrrrr!
    - Laisse faire, qu’est-ce que tu veux?
    - Je n’ai pas cent piastres pour vous payer le 28 décembre. Je peux-t-y avoir quelques jours de plus? » (p. 15)
     
  • Plusieurs figures de style (p. ex., comparaisons, métaphores) qui illustrent bien le texte.

    « Le bûcheron s’approche et s’aperçoit que l’avare est mort, gelé, raide comme une barre de fer, assis dans sa chaise berçante devant son poêle tout aussi mort que lui. » (p. 17)

    « Quelques instants plus tard, la chaleur que je dégage apporte une douce sensation à la famille, tandis qu’au dehors, un vent froid du nord fait rage en cette veille de Noël. » (p. 66)
     
  • Séquences descriptives qui permettent de se situer dans le temps et le lieu de l’action.

    « Les Hurons, impressionnés par la belle histoire de la Nativité, chantée dans leur langue, se rassemblent au matin et construisent une cabane d’écorce de cèdres près de l’entrée de la grande tente. Joseph et Marie sont vêtus de peaux de bêtes comme eux, tandis que le petit Jesous, couché dans la mangeoire, est emmailloté dans des peaux de lièvre. Les bergers et les moutons sont remplacés par des chasseurs indiens accompagnés de leurs chiens et les rois mages habillés en chefs indiens, vêtements garnis de plumes, présentent de la venaison à l’Enfant Jesus. » (p. 77)
     
  • Dialogues colorés entre les personnages qui permettent de découvrir les différentes facettes de la langue et des accents d’antan; séquences dialoguées qui exposent les événements et l’action entre les personnages de certains contes.

    « Juste en temps, le vieillard à barbe blanche s’éveille :
    - Qui est-ce qui parle ainsi? Je suis pourtant tout seul avec mes rennes!
    - Père Noël! vous n’êtes pas seul. Moi Tom Pouce je suis dans votre sac d’étrennes.
    Le Père Noël s’empresse d’ouvrir la boîte et Tom Pouce sort, vêtu de son pyjama bleu.
    - Ho! Ho! Ho! Qu’est-ce que tu fais ici toi?
    - Je voulais vous suivre pour rencontrer vos nains de ma grandeur. » (p. 116)

Référents culturels

  • Référence aux traditions canadiennes-françaises du temps des Fêtes.
  • Au début de l’œuvre, présentation de l’auteur qui permettent de connaître son engagement en tant que franco-ontarien.
  • Mention de Sudbury, ville à forte population francophone.

Pistes d'exploitation

  • Former des équipes et leur proposer de transformer leur conte préféré en mime pour accompagner la trame audio du conte. Inviter les équipes à présenter devant le groupe-classe.
  • Dans le conte La crèche de Monsieur Jean, il est question de vandalisme. Inviter les élèves à raconter des faits vécus semblables à ceux du conte ou à formuler des opinions sur le sujet. Demander aux élèves ce qu’ils pensent de la réaction de Monsieur Jean à la fin du conte et ce qu’ils auraient fait ou dit à sa place.
  • Proposer aux élèves d’inviter une ou un aîné à venir raconter un conte de Noël et à faire part de son vécu aux temps des Fêtes.
  • Former des équipes de deux et leur proposer de rechercher un autre conte de Noël pouvant être d’une origine ou d’une appartenance culturelle différente et ce, dans le but de leur permettre d’apprendre et d’apprécier des rites et des coutumes différents; permettre à chaque équipe de présenter le conte sous forme de résumé et de préciser les raisons qui ont motivé le choix de ce conte.

Conseils d'utilisation

  • Présenter les caractéristiques du résumé afin d’en faciliter la rédaction.
  • Faire une lecture, en collaboration avec les élèves, d’un conte à la fois, à l’approche du temps des Fêtes, et discuter avec eux des valeurs véhiculées dans le texte (p. ex., partage, compassion, amour, réconciliation, générosité, entraide).
  • Sensibiliser les élèves au fait que plusieurs contes comportent des références aux pratiques et aux croyances religieuses catholiques et se terminent par une référence à un miracle religieux.
  • Avertir les élèves que dans certains contes (p. ex., Jesous Ahatonhia, Viens Jésus) il y a des préjugés envers des collectivités et qu’ils sont présentés en contexte socio-historique.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca