Recherche



Un été à Nigelle

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Thibaut a-t-il assassiné son frère? La cause est déjà jugée : il sera exécuté à l’aube. Mais il reçoit de curieux visiteurs durant la nuit. Des étrangers qui semblent venir d’une autre époque et qui ne croient pas qu’il soit coupable… Et s’il ne s’appelait pas vraiment Thibaut? Et si lui aussi venait d’un autre temps et d’un autre monde?

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Deuxième tome de la série Les saisons de Nigelle; roman de science-fiction composé d’un prologue, de huit chapitres titrés et d’un épilogue.
  • Trois personnages principaux (Sébastien, Nathalie et Danny) doublés de leur avatar respectif (Sébastien Béraut, Nathalie et Daniel de Fraize); nombreux personnages secondaires parmi lesquels Ahmed (avatar Thibaut d’Amilly) et Fahrid (avatars Michel Galerne et Girart Raguier).

    « - Moi, c’est Sébastien, dit le garçon, qui pourrait avoir dix-sept ou dix-huit ans. Tu ne me reconnais pas? Elle, c’est...
    - Je m’appelle Nathalie, coupe la fille, en jetant un regard agacé à son compagnon.
    Ils ont tous les deux les cheveux bruns, se ressemblent comme frère et sœur du même ventre.
    Le regard du prisonnier se tourne alors vers le troisième membre de cette curieuse trinité. Un petit rouquin, un peu plus jeune que ses compagnons.
    - Danny, se présente-t-il laconiquement. Et toi?
    - Je suis Thibaut d’Amilly, dit le nobliau, en songeant que ces êtres surnaturels le savent peut-être déjà. » (p. 9)
     
  • Narrateur omniscient relatant une histoire se déroulant dans deux mondes, la France futuriste et celle du Moyen Âge; nombreuses séquences dialoguées donnant vie aux personnages, aux lieux et aux événements.

    « Ils connaissaient mieux la France des tunnels routiers à cent mètres sous Paris, des toilettes publiques équipées d’ordinateurs pour la distraction des usagers et des robots de recyclage qui erraient dans les rues pour ramasser les ordures. » (p. 17)

    « C’était uniquement à l’école qu’ils avaient fait l’apprentissage de la réalité virtuelle. Leur père n’aurait jamais dépensé autant d’argent pour de simples gadgets.
    - On fait un tour au Moyen Âge? avait alors proposé Danny.
    - O.K., avait dit Sébastien, les yeux brillants.
    Ensemble, ils avaient plongé dans une reconstitution médiévale de Nigelle… Après avoir promis aux parents de se débrancher à temps pour le souper.
    Puis il n’y eut plus que l’éternel présent de l’informonde, plus réel que la réalité. » (p. 20-21)

    « - Pourquoi m’avez-vous défendu? Je viens de tuer le bourreau du bailli. […]
    - Ne sais-tu donc pas, malheureux, que la justice du bailli ne s’exerce pas sur une terre d’Église? Ici, c’est la justice ecclésiastique qui a tous les droits. J’ai cru que tu t’étais réfugié ici exprès pour jouir de notre immunité.
    - Ah! fait Sébastien, abasourdi. » (p. 52)
     
  • Intrigue alternant entre deux époques, suivant l’ordre chronologique, mais comptant quelques retours en arrière afin de préciser certains faits.

    « Sébastien enfila alors les gants d’interface, coiffa le casque d’induction, rabattit la visière et s’allongea sur la couchette de l’isoloir.
    - Plongée! murmura-t-il.
    ***
    Il s’appelle Sébastien Béraut, il est un petit noble des hauts de Rougemont et il ne comprend pas tout de suite ce qu’il fait là sur le rempart du château Saint-Johan, une arbalète à la main.
    Puis le nobliau se rappelle qu’il est là pour sauver la vie de son ami Thibaut d’Amilly. » (p. 43)

    « - Comment est-il devenu bourreau?
    - Pour une bêtise, comme toujours. Une bagarre d’ivrogne où Galerne a eu le malheur de frapper trop fort sur la tête d’un homme avec un cruchon. Le cruchon s’est cassé, mais le crâne de l’homme aussi. Pour échapper au gibet, Nicolas a accepté de se faire bourreau. » (p. 54)
     
  • Carte géographique de Beausse (p. 6) permettant au lectorat de visualiser les endroits visités par les adolescents et adolescentes dans le monde virtuel.

Langue

  • Registre courant dans les séquences descriptives et la plupart des séquences dialoguées; utilisation sporadique du registre familier mimant le langage du monde adolescent.

    « Soudain, une clarté fugace illumine le pourtour de la meurtrière. Comme lorsqu’un éclair fait briller des choses qui ne brillent jamais. » (p. 8)

    « - Et si quelqu’un se faisait défier en duel dans cette simulation? Une personne du vrai monde, je veux dire, qui est forcée de se battre contre un simulacre. Qu’est-ce qui arriverait si le visiteur du vrai monde était tué par le simulacre? » (p. 34)

    « - Alors, Séb, accouche maintenant! » (p. 37)
     
  • Vocabulaire précis, champs lexicaux reliés, entre autres, aux thèmes de la technologie, des voyages virtuels et du Moyen Âge.

    « Il avait fait coulisser la paroi de l’isoloir. Son casque d’induction était posé par terre à côté de lui, mais des fibres optiques reliaient encore ses gants d’interface à la génératrice d’illusions. » (p. 21)

    « Elle se planta devant la console principale et fit surgir un écran plat du haut du boîtier. Le plan de bourg de Nigelle, tel qu’il était à la fin du Moyen Âge, se dessina en noir sur un fond multicolore. » (p. 23)

    « Les Templiers étaient riches, ils étaient inutiles depuis qu’ils avaient été chassés de la Terre Sainte et ils gênaient le roi de France. Philippe le Bel, le souverain de l’époque, leur devait de l’argent et il croyait avoir été contrecarré dans sa politique étrangère par eux. De plus, il aurait bien voulu remplacer les Templiers par un ordre dirigé par un de ses fils. Enfin, abattre la puissance des Templiers lui permettait d’affaiblir la papauté, qu’il comptait au nombre de ses ennemis. » (p. 80)
     
  • Points de suspension fréquemment utilisés illustrant des idées et des dialogues inachevés.

    « - Thibaut est accusé d’avoir tué quelqu’un. Et il ne se souvient plus qu’il est vraiment Ahmed Mekbel. Alors, s’il avait été décapité comme prévu… » (p. 63-64).

    « - Elle croit que c’est le prog qui t’a fait croire que tu étais Béraut, ajouta Nathalie. Tu sais? Quand le frère du bourreau t’a attaqué…
    - C’est ça qui m’aurait fait perdre la mémoire? » (p. 129)

Référents culturels

  • Références géographiques, historiques et culturelles à la francophonie internationale (p. ex., carte de Beavsse, ordre des Templiers, Philippe le Bel, comptine).

Pistes d'exploitation

  • Demander aux élèves d’imaginer un voyage virtuel dans le temps et d’en prévoir les conséquences possibles.
  • Inviter les élèves à dresser un portrait de la vie au Moyen Âge d’après les connaissances acquises durant la lecture.
  • Suggérer aux élèves de dessiner le château de Nigelle ou d’en concevoir une réplique en se basant sur la description faite aux pages 42 et 43.

Conseils d'utilisation

  • Porter une attention particulière au vocabulaire relié au Moyen Âge (p. ex., cotte, surcot, destrier, bailli) afin de faciliter la compréhension du texte.
  • Familiariser les élèves avec le Moyen Âge en leur montrant un film sur cette époque (p. ex., Le Code Da Vinci, Les Visiteurs, Le Nom de la rose).
  • Conduire une discussion sur l’amitié : faut-il tout tenter pour aider un ami?
  • Présenter cette œuvre aux adeptes des jeux vidéo.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca