Recherche



Toudou

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Toudou est la première aventure des Jumeaux. Érableville, l’agglomération où ils habitent, se retrouve un jour d’automne envahie par les ours noirs. À cause de conditions particulières, ceux-ci sont forcés de chercher de la nourriture en dehors de la forêt. Les Jumeaux sauveront de justesse leur ami Étienne de la colère d’une mère ourse. Ils auront surtout la chance d’observer et d’approcher Toudou, le jeune ours qui a choisi leur jardin comme refuge. Ils trouveront le moyen de lui procurer de la nourriture en abondance. Mais les ours noirs sont faits pour vivre dans la forêt, non en ville…

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Personnages principaux, les jumeaux Marie-Pierre et Pierre-Marie, qui vivent une expérience inoubliable lorsque des ours noirs envahissent la ville, et l’ourson Jeune-ours-qui-croit-être-un-grand, le préféré des jumeaux, qu’ils surnomment Toudou; plusieurs personnages secondaires dont les parents des jumeaux, leurs amis Julie, Étienne, Martin, Katia et Olivier, les ours noirs, Grand-ours, Petite-mère-ourse, Mam’ourse et ses deux oursons, Ourson-curieux et Ourson-timide, Cousin-de-Grand-ours et Vieil-ours-à-la-cicatrice, ainsi que Bernard et Arthur, deux agents de la protection de la faune et Madame Duverger, voisine des jumeaux.

    « C’est vrai que parfois les deux enfants sont épuisants. Car ils débordent d’énergie et encore plus d’imagination. D’ailleurs, la devise des Jumeaux est : À nous deux, nous trouvons toujours au moins une solution à un problème. » (p. 13)

    « Jeune-ours-qui-croît-être-un-grand voit alors les quatre humains approcher de son arbre. À chaque nouveau pas qu’ils font, il sent sa peur augmenter. Il décide qu’il montera plus haut dès qu’ils grimperont au tronc. » (p. 30)

    « Bientôt, les Jumeaux et leurs parents sortent. Ils se joignent au groupe de personnes qui sont venues voir.
    - Que se passe-t-il?
    Maman a posé la question à un des deux agents de la protection de la faune. Sur la manche gauche du blouson de l’homme, son prénom est inscrit : Bernard.
    - Il y a un ours dans l’arbre de votre voisin. » (p. 73)
     
  • Intrigue présentant des aventures captivantes avec les jumeaux et les ours noirs; sujet susceptible d’intéresser les filles et les garçons de par les thèmes exploités (p. ex., invasion urbaine, bravoure, vie animale, aventure).
  • Texte aéré, généralement pleine page, divisé en treize chapitres titrés et numérotés, précédés d’un prologue et suivis de segments complémentaires intitulés Pour les curieux et Fait réel; nombreuses illustrations en noir et blanc montrant les moments stratégiques du roman et servant d’appui à la compréhension du texte, ainsi qu’une photo d’un ours noir, à la fin de l’œuvre, qui contribue à la vraisemblance du personnage principal, Toudou. Présence d’éléments graphiques facilitant l’interprétation de l’œuvre (p. ex., caractères italiques, caractères gras pour indiquer la narration se rapportant aux ours, notes en bas de page).

    « Pierre-Marie est au point de départ du téléférique. Des deux mains, il tient solidement la poignée. Il va s’élancer. Il s’élance et à cet instant, il voit Étienne s’approcher d’un ourson. Immédiatement, la mise en garde que le professeur a faite hier lui revient à l’esprit. S’il y a un ourson, la mère n’est pas loin. Et elle peut devenir dangereuse pour défendre son petit. » (p. 41)

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre; style simple et facile à comprendre; quelques mots à défi pouvant être définis à l’aide du contexte (p. ex., pataude, véreuses, affaisser, recroqueviller).

    « Un vieil ours s’approche. Son épaule droite est barrée d’une impressionnante cicatrice. Il grogne lui aussi. Il explique qu’à la ville habitent des humains. Il a traversé la forêt, il y a très longtemps. C’était une longue marche. Près de la ville, les bruits devenaient terrifiants. Mais la faim le poussait. Alors, il a continué d’avancer. Les humains qu’ils rencontraient se mettaient à courir en tous sens et à pousser des cris quand ils l’apercevaient. » (p. 16-18)

    « La lune et le réverbère de la rue éclairent assez. Les Jumeaux longent le côté du garage et se glissent dans le jardin. Des ombres se dessinent, mais pas celle de Toudou.
    Bien vite, l’impression de commettre une imprudence envahit les deux enfants. Pourtant, ils attendent. Ils ouvrent grands les yeux et essaient de repérer leur ami. Une forme sombre est perchée haut dans l’érable. » (p. 56) 
     
  • Texte contenant une variété de types et de formes de phrases qui contribuent à la lisibilité de l’œuvre et qui favorisent une lecture dynamique.

    « Les Jumeaux sont à la fenêtre de la chambre de Marie-Pierre. De là, ils voient une grande partie du chemin de pommes. Ils guettent. Toudou viendra-t-il? Le temps passe.
    - Tu n’as pas vu une ombre bouger près du garage? demande soudain Pierre-Marie.
    - Oui. Il y a eu quelque chose, affirme sa sœur.
    Bientôt, Toudou entre dans la lumière du réverbère. Les Jumeaux se donnent un coup de coude. L’ours avance de deux pas en deux pas, trouvant toujours la pomme suivante. Quel festin il va faire dans le jardin de Madame Duverger! » (p. 70)
     
  • Emploi de procédés stylistiques (p. ex., métaphores, onomatopées, énumérations) qui ajoutent de la richesse au texte et permettent d’apprécier le style de l’auteure; jeu de mots intéressant avec les noms et prénoms décrivant une caractéristique chez certains personnages (p. ex., Viel-ours-à-la-cicatrice, Bernard, Madame Duverger).

    « - Mais il est si mignon, se défend le garçon. Il a une sorte de cravate blanche sur le poitrail.
    - Mignon ou pas, c’est un ours. » (p. 29)

    « - Il a l’air lourd comme ça, mais qu’est-ce qu’il a été rapide quand il a grimpé à l’arbre! Tac, tac, tac, tac, tac! dit Pierre-Marie en imitant le mouvement. » (p. 62)
     
  • Séquences descriptives qui apportent des précisions sur les événements, les personnages et les émotions.

    « Étienne se retourne et découvre l’ourse. Immense, énorme, furieuse. Elle court vers lui en grognant. Il reste figé de surprise et de peur. Son ballon lui échappe et roule à ses pieds. » (p. 43)
     
  • Nombreuses séquences dialoguées permettant de mieux comprendre les relations entre les personnages.

    « Pierre-Marie murmure :
    - J’ai laissé mon couteau suisse sur le rebord de la fenêtre du garage. En rentrant, je le prendrai.
    - Comme ça, devine Marie-Pierre, si les parents s’aperçoivent que nous sommes sortis, nous pourrons dire que nous sommes allés le chercher.
    - Ouais. Ce n’est pas tout à fait vrai…
    - Mais ce n’est pas un vrai mensonge non plus. » (p. 56)

Pistes d'exploitation

  • L’auteure utilise le caractère gras pour distinguer entre le point de vue des ours noirs et celui des humains. Inviter les élèves à former des groupes de trois. Assigner à chaque équipe un extrait différent, tiré de la narration des ours. Leur proposer d’en faire la lecture à haute voix et de relever les expressions qu’utilisent les ours pour identifier des concepts humains et d’y ajouter les termes propres correspondants (p. ex., cylindre gris - poubelle, tanière des humains - maison, merveilles appétissantes - déchets, objet qui tue - fusil, petit soleil - lumière). Inviter chaque équipe à écrire sa liste respective sur papier charte et à en faire part au groupe-classe.
  • En groupe-classe, animer une discussion au sujet de l’impact de l’activité humaine sur les habitats naturels des animaux sauvages, plus particulièrement l’habitat de l’ours noir (p. ex., destruction des habitats sauvages, cohabitation des animaux sauvages et des humains). Discuter de l’importance de protéger les animaux sauvages. Se référer aux exemples de l’œuvre pour alimenter la discussion (p. ex., la mésaventure de Vieil-ours-à-la-cicatrice, l’épisode de l’ours et des agents de la protection de la faune).
  • En groupe-classe, lire l’avant-propos intitulé  Ami lecteur, bonjour! Demander aux élèves s’ils ont déjà été témoins d’un événement extraordinaire mettant en scène des animaux sauvages et leur permettre de faire part de cette expérience au groupe-classe. Les inviter à répondre à l’invitation de l’auteure en exprimant par écrit leur expérience sous forme d’un récit d’aventures.

Conseils d'utilisation

  • Utiliser la table des matières détaillée, la liste des illustrations, l’aperçu de l’intrigue et les notes biographiques sur la quatrième de couverture pour faire des prédictions et les valider suite à la lecture.
  • Présenter les caractéristiques du récit d’aventures afin d’en faciliter la rédaction.
  • Inviter les élèves à lire les œuvres de la même collection, Les Petites Histories presque vraies, afin de connaître d’autres aventures des jumeaux.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 4e à 6e année, Série : Le bus magique, Dans la jungle des villes.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca