Recherche



Tous pour un! et autres récits

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Recueil de trois récits.

Dans Tous pour un!, l’auteur raconte les aventures de Zac et de Louise, qui vont passer une semaine de vacances à un chalet dans le Grand Nord de l’Ontario, en compagnie de leur grand-père et de leurs deux amis, Alexa et Claude. Des événements inattendus surviennent alors, bouleversant le monde des jeunes vacanciers. Ces derniers ont à faire preuve de courage et d’ingéniosité pour traverser les épreuves qui se présentent à eux.

Le récit Les prisonniers de la vague traite de deux adolescents qui, lors d’une randonnée en canot pneumatique, se font emporter par la force du vent et partent à la dérive vers le large de la baie Georgienne. Les deux jeunes vivent une sombre aventure, n’abandonnant toutefois pas l’espoir que quelqu’un viendra les secourir.

Dans le récit Zoé et le flambeau olympique, l’auteur raconte les péripéties d’une jeune adolescente chargée de porter la flamme olympique, une expérience qui lui réserve des surprises.

(Adapté du site de l’éditeur.)

Contenu

  • Personnages principaux, des adolescents et adolescentes, différents dans chaque récit (p. ex., Zac et sa sœur Louise, leurs amis Alexa et Claude dans Tous pour un!, Nathaniel et son cousin Sasha dans Les prisonniers de la vague, et Zoé dans Zoé et le flambeau olympique), vivant des aventures extraordinaires, tous faisant preuve de courage et d’ingéniosité lorsqu’ils se voient confrontés à des défis de taille; personnages secondaires aidants (p. ex., le grand-père, les parents, le frère aîné Rémi, l’ermite vietnamien).

    « - Dis-le, Grand-papa!
    - Viendriez-vous dans mon avion de brousse, à mon camp de chasse au lac Kirba, dans le Grand Nord de l’Ontario?
    - Euh… toute la semaine? demande Louise.
    - On partirait dimanche matin pour revenir le samedi suivant. Le grand air, le ski de fond, la raquette, la chasse, la trappe, enfin des vacances toutes autres que celles passées ici, à Ottawa!
    Les jeunes se regardent, pensent la même chose. Louise, plus impulsive, lance :
    - Moi avec mon chum et Zac avec sa "blonde"? demande-t-elle en regardant son grand-père d’un air ratoureux. » (p. 6)

    « Elle lève les yeux vers le nuage, puis vers la baie. "Où sont Nathaniel et Sacha?"
    Les garçons, qui se prélassent dans le canot pneumatique, ne remarquent pas le changement soudain dans la force et la direction du vent. Ils rient en sentant l’agitation de la vague. La brise du sud-est a poussé leur embarcation vers le large. Nathaniel, le premier, remarque la grande distance qui les sépare de la berge. Les garçons tentent d’abord d’attirer l’attention en s’époumonant. » (p. 41)

    « Quel soulagement! La flamme olympique était éteinte, mais le flambeau était en parfaite condition. Il restait tout de même un espoir à la paix.
    - Merci beaucoup, je m’appelle Zoé, je dois absolument retourner le plus vite possible chez moi, on m’attend, la flamme, le relais du flambeau, le symbole, les Jeux olympiques, la paix entre les peuples…
    […]
    - Je m’appelle Tao. J’ai quitté mon pays, le Vietnam, il y a longtemps pour enfin vivre en paix au Canada. La forêt me permet d’avoir la paix… » (p. 67-68)
     
  • Trois courts récits d’aventure, truffés de rebondissements, chacun permettant au lectorat de créer des liens avec ses expériences personnelles (p. ex., semaine de relâche au mois de mars, vacances estivales, festivités reliées aux Jeux olympiques); sujets susceptibles de plaire autant aux filles qu’aux garçons de par les thèmes exploités (p. ex., aventure en plein air, mésaventure en canot, joueuse de hockey, amitié, courage, suspense).
  • Texte généralement pleine page; illustrations en noir et blanc, dans les deux derniers récits, permettant d’établir un lien direct avec le texte et servant d’appui à la compréhension de la lecture; table des matières placée au début de l’œuvre; chaque récit est précédé d’une illustration pleine page; motifs reliés à la thématique de chaque œuvre agrémentant les bas de page; courte biographie des trois auteurs sur la quatrième de couverture; présence d’éléments graphiques facilitant l’interprétation de l’œuvre (p. ex., guillemets, tirets, points de suspension, caractères italiques, astérisques indiquant un changement dans le lieu et le temps).

    « La concentration au moment d’évaluer ses cartes, l’aventure de la mise - sans oublier le bluff -, l’excitation de l’enjeu. Et, au cours du jeu, il est permis d’augmenter sa mise première… de mitaine à gant, à chausson… "Et pourquoi pas à bottine!" s’exclame Zac qui se sent aventureux. On rit quand on en découd avec l’adversaire; on se plaint d’avoir eu de la malchance. Enfin les heures s’écoulent vite en jouant à ce jeu si simple, si convivial… "Et ça, sans gadget électronique," songent, tour à tour, les jeunes. » (p. 14)

    « - Wow! Quel remous! Oui, l’eau semble verte… d’où son nom, j’en suis convaincue, remarque Alexa. » (p. 17)

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre ainsi que quelques expressions populaires à l’occasion; certains mots pouvant causer un défi sans toutefois nuire à la compréhension générale du texte (p. ex., réanimation cardiorespiratoire, nimbostratus, cafard, ambassadrice).

    « - Debout! Debout, mes petits choux! Le jour se lève et vous "itou"! Debout! Debout, mes petits choux!
    - Quelle heure est-il?
    - Sais pas! Pas de montre, pas d’horloge! Seul le soleil nous indique que c’est l’heure de se lever.
    - Ça sent bon! dit Alexa en s’étirant.
    - Vite, habillez-vous, nous allons déjeuner. » (p. 15)

    « Le hurlement tire Rémi de sa lecture. À son tour, il voit le canot pneumatique dériver rapidement vers le large. Il constate son impuissance à venir en aide aux garçons, car ils sont déjà trop éloignés. Denise fouille dans sa sacoche, saisit son téléphone cellulaire et compose le 911. » (p. 42)
     
  • Variété de figures syntaxiques (p. ex., phrases déclaratives, exclamatives, impératives et interrogatives, positives et négatives) qui contribuent à la lisibilité du texte et donnent du rythme à la lecture.

    « Mais l’hélicoptère poursuit sa route. Quelques instants plus tard, l’appareil revient. Nathaniel, déterminé à attirer l’attention des secouristes, se met debout dans le canot. Ce mouvement brusque lui fait perdre l’équilibre. Il tombe à l’eau. Paniqués, les garçons voient le faisceau de lumière s’éloigner d’eux, et bientôt ils n’entendent plus le bruit de l’hélicoptère. » (p. 46)

    « - Alors, bien dormi? me demanda-t-il.
    - Où suis-je? répondis-je en me relevant difficilement pour m’asseoir sur le bord du lit. Aïe! J’avais si mal à la tête et Brrr, si froid.
    - Approche-toi du feu, tes vêtements ne sont pas encore secs. Je t’ai trouvé sur la glace il y a une dizaine de minutes. Tu étais au bord de l’hypothermie. » (p. 67) 
     
  • Nombreuses figures de style, surtout dans le premier récit, (p. ex., énumérations, comparaisons, métaphores, personnifications, onomatopées) qui enrichissent le texte et ajoutent de la vraisemblance à l’œuvre.

    « - J’ai dormi comme une marmotte, dit Zac… Me suis pas réveillé une seule fois.
    - J’ai vu ça : tu ronfles comme une tondeuse! » (p. 16)

    « Chaque jeune se retrouve seul avec ses pensées. Et pendant un long moment, on n’entend que le bourdonnement du moteur.
    - Huum… huum… » (p. 30)
     
  • Séquences descriptives entrecoupées de nombreuses séquences dialoguées, apportant des précisions sur les personnages, les lieux, les événements et les émotions et permettant de mieux comprendre les relations entre les personnages.

    « Tous écoutent Zac en hochant la tête affirmativement.
    - L’avion est la seule façon d’amener le malade à l’hôpital…
    - Mais personne ne sait piloter, et l’émetteur-récepteur est brisé! Tu t’en souviens? lance Louise.
    - Oui, mais… j’ai souvent volé avec Grand-papa. Je l’ai observé, je lui ai posé beaucoup de questions et demandé beaucoup de renseignements. Une fois, Grand-papa, assis à mes côtés, m’a laissé piloter pendant quelques minutes.
    On commence à comprendre. Doute, peur, mais aussi espérance.
    Alexa réfléchit froidement et demande :
    - Tu saurais décoller et atterrir?
    - Est-ce qu’on a une autre façon de sauver la vie de mon grand-père?
    Son visage crispé exprime une telle urgence que les autres commencent à espérer que ce soit possible. » (p. 28)

    « Soudain, les nuages déversent leur charge sur eux. Heureusement, le déluge se termine aussi rapidement qu’il a commencé. Peu à peu, les vents s’essoufflent et les eaux se calment. Les marins, épuisés, trempés jusqu’aux os et transis, se laissent voguer sur l’onde. L’orage terminé, les nuages cèdent leur place au soleil couchant. » (p. 45) 

    « On m’a expliqué une dernière fois ce que je devais faire, alors qu’un porteur arrivait avec la flamme olympique. Je faillis perdre connaissance : c’était Sydney Crosby, mon idole! Il s’avançait vers moi, comme flottant sur un nuage, même si la tempête de neige redoublait d’ardeur. Il me remit le flambeau olympique, effleurant mes doigts. Malgré le froid, mon visage s’empourpra, et j’eus soudainement chaud au cœur. Probablement parce que je savais que je transportais un puissant symbole de paix. » (p. 64)

Référents culturels

  • Mentions de référents de la francophonie ontarienne, surtout dans le premier récit : lieux géographiques (p. ex., hôpital Notre-Dame à Hearst, p. 35), expressions langagières (p. ex., son chum, p. 5, « itou », p. 15), coutumes et traditions (p. ex., camp de chasse, raquette, trappe).

Pistes d'exploitation

  • Demander aux élèves de former des équipes afin de participer à l’activité d’expression, le théâtre des lecteurs. Inviter chaque groupe à choisir un segment de texte dans un des trois récits et à répartir les rôles (narrateur et personnages). Dire aux élèves de pratiquer la lecture du texte choisi en mettant l’accent sur l’expression, l’intonation et la fluidité. Inviter chaque équipe à faire la présentation de son texte au groupe-classe.
  • Dans chaque récit, les personnages principaux vivent des aventures dangereuses. Inviter le groupe-classe à former trois cercles de lecture, un pour chaque récit. Demander ensuite à ceux-ci d’exprimer leurs opinions face aux comportements des personnages. Poser des questions pour alimenter la discussion (p. ex., Quelle mésaventure est arrivée dans le récit? Est-ce que les personnages auraient pu prévenir le danger? Comment? De quelles façons les personnages ont-ils résolu leurs problèmes? Êtes-vous d’accord avec les stratégies choisies? Justifiez votre réponse.).
  • En groupe-classe, animer une discussion sur l’importance de connaître les interventions à faire en situation de crise (p. ex., demeurer calme, appeler le 911, savoir où est le défibrillateur). Inviter une personne qualifiée à venir faire une démonstration de la méthode RCR (réanimation cardiorespiratoire).
  • Demander aux élèves de former des groupes de deux. En se servant d’une carte de l’Ontario, les inviter à identifier les lieux mentionnés dans les trois récits. Dire aux élèves de faire une recherche afin de trouver la population de chaque ville mentionnée. Animer une discussion en groupe-classe afin d’expliquer pourquoi les villes du sud de l’Ontario ont une plus grande densité de population que celle du nord.

Conseils d'utilisation

  • Animer une discussion au sujet de l’importance de prendre des décisions judicieuses pour son bien-être et celui des autres.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca