Recherche



Vers le nord

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Mélanie a seize ans. Elle a tout pour être heureuse : deux bonnes amies, un copain beau et sportif, des parents qui font leur possible et même des frères jumeaux très corrects. Et puis, un beau soir de printemps, ses parents lui annoncent une nouvelle catastrophique. Mélanie sait que le ciel vient de lui tomber sur la tête!

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Personnage principal, Mélanie, jeune adolescente sympathique, subissant un chambardement dans son quotidien à cause d’un déménagement soudain à Sudbury; plusieurs personnages secondaires, dont ses deux très bonnes amies Geneviève et Catherine, son amoureux Éric, ses parents ainsi que Jamie, une nouvelle amie résidant à Sudbury.

    « - Tu ne devines pas? Tu donnes ta langue au chat? On va déménager à Sudbury, poursuit son père sans attendre la réponse de Mélanie.
    - Qui ça? Quand ça? demande Mélanie, paniquée.
    - Nous trois. Dans un mois, explique sa mère.
    - Excusez-moi, mais il faut que j’aille me passer de l’eau sur le visage. » (p. 17)

    « Car, voyez-vous, depuis qu’elles sont toutes petites, Catherine, Geneviève et Mélanie forment un inséparable trio. Ensemble, elles ont fait les quatre cents coups et sont liées "à la vie et à la mort" par une amitié digne de celle des trois mousquetaires. » (p. 21)

    « Emballée par cet appel de son amoureux, elle sort en trombe de sa chambre, descend l’escalier à toute vitesse et court à la cuisine embrasser sa mère et son père affairés à préparer le souper. » (p. 31)
     
  • Intrigue simple, agrémentée par des péripéties que vivent typiquement les adolescentes et les adolescents; sujets susceptibles d’intéresser surtout le lectorat féminin de par les thèmes exploités (p. ex., amitié, amour, rupture, émotions, déménagement).
  • Présence d’éléments graphiques facilitant l’interprétation du texte (p. ex., points de suspension, italique); mise en page aérée, texte organisé en courts chapitres bien identifiés, quelques illustrations en noir et blanc venant appuyer le texte et illustrant les événements importants du roman.

    « Non, son père a dit deux bonnes nouvelles… Et si c’était encore des jumeaux? Après tout, ils [parents] en ont déjà eus une fois! Non, ils sont trop vieux pour avoir des enfants. Ont-ils gagné à la loterie? Non, ils n’achètent jamais de billets… » (p. 15)

    « - C’est un dream catcher, explique Geneviève. Ce sont les Ojibway qui les fabriquent. » (p. 56)

    « Ils sont pas mal cool, tes frères, de nous prêter leur appartement, dit Jamie. » (p. 95)

Langue

  • Registre de langue courant, parfois familier et populaire dans certaines séquences dialoguées; vocabulaire simple et facile à comprendre.

    « - Écoute, ma grande, qu’est-ce que tu dirais de travailler demain à la place? répond monsieur Tremblay.
    - Je le savais que vous comprendriez! Vous êtes super-cool, monsieur Tremblay!
    Cool, ce n’est pas français Mélanie.
    Mélanie rit. Elle ajoute :
    - À demain, boss! » (p. 46)

    « Mélanie se trouve bien chanceuse de connaître quelqu’un de sa nouvelle école. C’est rassurant de savoir qu’elle ne sera pas seule, même si elle n’est pas du genre timide. Comme elle est dans la lune, elle n’a pas entendu son père arriver derrière elle. » (p. 87)
     

  • Texte contenant plusieurs types et formes de phrases contribuant à la lisibilité de l’œuvre.

    « À son arrivée à l’école, ce matin, Mélanie a les traits tirés et les yeux bouffis. C’est qu’elle n’a pas très bien dormi et qu’elle a pleuré une partie de la nuit. Elle débarre son casier, y range son sac à lunch et prend les livres dont elle a besoin pour les deux premiers cours de la journée. » (p. 19)

    « - On a passé une belle soirée, hein? poursuit Pierre. Je te l’avais dit que c’était du bon monde!
    - Mets-en! Jamie est assez fine! dit Mélanie.
    - Faut que je me sauve, dit son père. J’ai une réunion au bureau, ce matin.
    - Ça commence raide! lance Mélanie. » (p. 88)
     

  • Nombreuses expressions figurées (p. ex., proverbe, métaphore, comparaison) qui viennent enrichir le texte.

    « Mélanie connaît suffisamment ses parents pour savoir qu’il y a anguille sous roche. À voir leur air si attentionné, Mélanie se dit qu’ils lui cachent sûrement quelque chose. » (p. 12-13)

    « Mélanie se demande si l’amour à distance est possible. N’y a-t-il pas un proverbe qui dit : "loin des yeux, loin du cœur"? » (p. 25)

    « Réalisant le comique de la situation, les trois amies éclatent de rire, comme à leur habitude. C’est d’ailleurs parce qu’elles sont moqueuses que leurs camarades de classe les ont surnommées "le trio des hyènes rieuses". » (p. 41-42)

    « Dans un coin de l’immense salle de séjour, les gars d’Ondes de choc installent leurs instruments. Geneviève les engueule comme du poisson pourri :
    - Il est à peu près temps que vous arriviez. » (p. 65)
     

  • Séquences descriptives apportant des précisions sur les personnages, les lieux et les sentiments.

    « La présence du vieux chêne la réconforte. Elle songe à toutes les fois où elle y a grimpé. Et à la cabane que son père lui a construite, et où elle a souvent dormi, l’été, avec Catherine et Geneviève. Entre ciel et terre, les trois amies se sentaient en sécurité. Ensemble, elles observaient les étoiles et se fabriquaient des projets d’avenir jusque tard dans la nuit. Souvent, le père de Mélanie devait sortir pour les réprimander et leur dire de dormir. » (p. 52)

    « Mélanie observe les fleurs qu’elle a elle-même plantées dans les plates-bandes. Elles sont encore très belles. Apparemment, la dame qui a acheté la maison aime les fleurs, elle aussi. Puis, elle montre son vieux chêne à Jamie. Mélanie se sent bien. Elle n’est pas aussi nostalgique qu’elle l’aurait cru. Les filles reprennent leur route. Mélanie prend soin de montrer à son amie tout ce qui pourrait l’intéresser : le cinéma Bytowne, les restos, les disquaires, les boutiques de vêtements et les autres magasins de toutes sortes. » (p. 97)
     

  • Plusieurs séquences dialoguées permettant de mieux comprendre les relations entre les personnages.

    « Le choc de la nouvelle à peine passé, Catherine brise le lourd silence qui s’est installé entre les trois filles :
    - Peut-être que tu n’es pas obligée de partir avec tes parents?
    - Qu’est-ce que tu veux dire? demande Mélanie.
    - Je ne sais trop. Il doit sûrement y avoir une solution, dit Catherine. Les jumeaux, est-ce qu’ils déménagent aussi?
    - Non, répond Mélanie. Ils restent ici pour terminer leurs études. Mes parents vont leur louer un appartement. »
    (p. 21-22)

    « Mélanie prend une gorgée d’eau, se ressaisit un peu et commence :
    - Geneviève et Éric étaient ensemble, dit-elle.
    - Et alors? Il n’y a pas de quoi en faire un plat, réplique Jamie. Après tout, ils se connaissent, non?
    - Oui, oui, ils se connaissent. Le problème, c’est qu’ils se tenaient par la main et qu’ils s’embrassaient…
    - Tu es certaine? questionne Jamie, surprise.
    - Mets-en que je suis certaine, poursuit Mélanie. En plus, ce n’était pas un petit bec sur la joue, crois-moi! » (p. 100-101)

Référents culturels

  • Mention de plusieurs référents géographiques et culturels de l’Ontario français (p. ex., marché By, université d’Ottawa, Théâtre du Nouvel Ontario, Prise de parole, La Galerie du Nouvel-Ontario, le cinéma Bytowne).

Pistes d'exploitation

  • Proposer aux élèves de rédiger un poème ou un calligramme sur l’amitié. Revoir les éléments qui caractérisent certaines formes de poésie (p. ex., titre évocateur, vers, strophes, rimes, rythme). Demander aux élèves de faire une mise en page originale et attrayante du poème (p. ex., illustrer à l’aide d’un logiciel). Leur permettre d’exposer leurs œuvres dans les corridors de l’école.
  • Demander aux élèves de nommer des événements et des activités qui rassemblent la communauté de langue française en Ontario (p. ex., la Nuit sur l’étang, les fêtes de la Saint-Jean-Baptiste). Les inviter à faire une recherche à l’Internet pour compléter leur liste. Leur demander d’expliquer brièvement les activités qui ont lieu lors de chaque événement mentionné.
  • Dans un des scénarios du roman, Mélanie est surprise lorsqu’elle aperçoit son amie Geneviève avec son amoureux Éric qui se tiennent par la main et qui s’embrassent (p. 101). Demander aux élèves de former un cercle de lecture et de réagir face à ce scénario à l’aide de questions telles :
    - Que pensez-vous des actions de Geneviève et d’Éric? 
    - Selon vous, comment se sent Mélanie? 
    - Que pensez-vous de la réaction de Mélanie? 
    - Si vous étiez Geneviève ou Éric, auriez-vous agi de la sorte?

Conseils d'utilisation

  • Consulter le guide d’enseignement disponible au Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques.



Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca