Recherche



Clavardage.com

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Marie-Claude, jeune fille meurtrie par la vie, ne se doute pas que sa vie va changer du tout au tout quand son amie Sylvie lui fait découvrir le clavardage. Elle ne peut pas deviner que derrière cet écran se cachent des émotions aussi fortes que dans la vie réelle, des gens amicaux, sympathiques, un homme…

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Roman divisé en 20 chapitres datés du vendredi 21 août au jeudi 25 février, de formes variées (prose, poésie, correspondance, dialogue) et précédés d’une amorce percutante sur le thème de la drogue; mise en garde et note personnelle de l’auteure à la fin du livre; phrases traduites littéralement de l’anglais suivies des initiales de deux des personnages, en exergue aux chapitres.

    « Dans le corridor de mes pensées
    Tu deviens une partie de moi
    Désillusion
    Douleur encore
    FKB » (p. 17)

    « Attention aux relations qui se créent parfois sur Internet. Il peut arriver qu’on fasse une erreur de jugement aux conséquences inattendues et désastreuses. » (p. 169)
     

  • Narratrice omnisciente qui, entre autres, situe l’action de nos jours, à Gatineau au Québec et à Neuchâtel en Suisse romande, présente les personnages et permet au lectorat de s’immiscer dans leurs pensées; séquences dialoguées classiques entrecoupées de séances de clavardage et d’échanges de messages par courriel.

    « Marie-Claude commence sa dernière année au foyer d’accueil où elle habite avec deux autres filles comme elle, sans famille, et où accueil est un bien grand mot. Personne ne se préoccupe de leurs allées et venues. Tout ce qui intéresse les propriétaires de la maison est l’argent qu’ils reçoivent du gouvernement pour loger et nourrir ces filles, dont personne d’autre ne veut. Le reste n’importe pas. Et c’est très bien comme ça, pense Marie-Claude. » (p. 17)

    « Dark Tranquillity s’est joint à la conversation
    DarkTranquillity dit :
    Salut
    aquarelle dit :
    Bonjour! » (p. 32)

    « Salut ma gazelle,
    Je m’excuse d’être parti si longtemps sans prévenir. Des potes m’ont offert de partir en moto quelques jours avec eux. J’ai pris mes cigarettes, j’ai mis quelques trucs dans un sac et je les ai accompagnés. Je pense à toi. Tu seras là demain?
    François » (p. 104-105)
     

  • Un personnage principal, Marie-Claude, 17 ans, jeune femme meurtrie par la vie, entourée de quelques personnages secondaires assez sympathiques (p. ex., son amie Sylvie, son amoureux transi, Stéphane, son amant suisse François) et d’autres personnages dépravés ou irresponsables comme ses parents et son logeur.

    « Devant la photo de François, Marie-Claude demeure bouche bée. Il est l’homme le plus beau qu’elle a vu dans sa vie, vedettes de cinéma incluses. Ses cheveux blonds et longs, séparés au milieu, paraissent très soyeux. Ses sourcils épais, à peine plus foncés que ses cheveux, surplombent ses yeux gris-vert; son regard est très intense, d’une rare profondeur. » (p. 53)

    « Les souvenirs surgissent dans son esprit.
    Elle a treize ans. Dans sa chambre, elle lit un livre d’Agatha Christie qu’elle a emprunté à la bibliothèque de l’école. Le sifflement que fait le vent en voulant s’introduire comme un intrus par les fenêtres closes la fait frissonner. Assise sur son lit, elle essaie de se faire oublier le plus possible.
    Son père vient toujours la retrouver une ou deux fois par semaine et se livre à divers "jeux", puis s’en va lorsqu’elle le soulage d’une manière ou d’une autre. Ces contacts la répugnent à un point tel qu’elle va ensuite vomir. Elle se sent honteuse, sale. Jamais elle n’a parlé de ça à qui que ce soit. » (p. 56-57)

    « Il ouvre son blouson de cuir et d’une poche intérieure, il tire une enveloppe.
    - Tiens chérie. Bonne fête.
    - C’est pas ma fête!
    - Bah, un détail. On va faire comme si.
    Elle prend l’enveloppe et en retire son contenu. Un billet d’avion. » (p. 131)

Langue

  • Registre courant dans la narration; langage usuel entrecoupé de quelques répliques un peu plus familières, voire vulgaires dans les séquences dialoguées classiques et dans la correspondance par Internet.

    « - Va te faire foutre, pauvre con, lui répond-elle en levant bien haut son majeur. » (p. 16)

    « - Je sais, dit-elle en riant. Et tu fais quoi au juste, puisque t’es pas travailleur social?
    - Bah, pas grand-chose. On a un garage.
    - Qui ça "on"?
    - Ben, mes chums et moi.
    - C’est bien. » (p. 71)

    « Quelle différence avec toutes ces chambres, pauvres et ternes, qu’elle-même a toujours connues. Sa chambre d’enfant. Un vieux bureau dont les tiroirs n’ouvraient qu’avec difficulté, recouverts de marques de toutes sortes. » (p. 76)
     
  • Figures de style simples (p. ex., énumération, comparaison), vocabulaire courant, champs lexicaux reliés, entre autres, aux thèmes de l’informatique, de l’amour, de la drogue et de l’enfance maltraitée; phrases courtes, de types variés; utilisation du présent de l’indicatif, rendant la lecture aisée pour les élèves de tous les niveaux d’habileté; pointe d’humour allégeant l’atmosphère parfois lourde.

    « Marie-Claude pense à François : son visage, ses blagues, sa tristesse aussi. Il lui a confié une partie des raisons pour lesquelles il est malheureux. Raisons semblables aux siennes. Enfance de violence. Terreur en attendant les coups paternels. Tout petit, sans défense. » (p. 64)

    « Elle tchate depuis environ dix minutes dans des salles où elle trouve désormais les clavardeurs insignifiants. » (p. 73)

    « Je vais te raconter ce que j’ai fait passé 10h30, quand j’ai constaté que tu ne viendrais pas.
    J'ai commencé par aller à la salle de bains verser dans la baignoire toutes les larmes de mon corps et je dois avouer que j’ai été passablement impressionnée par le flot torrentiel de mes glandes lacrymales. Mais comme l’eau qui ruisselait, tel [sic] de tumultueux rapides sur mes joues, a inondé le plancher en linoléum de la salle de bains, celui-ci est devenu glissant et mes pieds nus ont glissé, tant et si bien que j’ai fini par perdre l’équilibre et je me suis retrouvée les quatre fers en l’air, étendue dans le lac de larmes. » (p. 92-93)

    « Elle se relève enfin, dépose ses lèvres sur sa bouche inerte. Elle embrasse ses yeux clos, son nez, son front. Elle passe ses mains blanches dans ses longs cheveux blonds. Elle lui prend les mains, les portent [sic] sur son cœur. » (p. 166)
     
  • Mise en page visuelle, usage fréquent d’éléments graphiques (p. ex., gras, italique, encadré, binette, répétition d’un signe de ponctuation) caractérisant les séances de clavardage et les échanges de messages par courriel.

    « From : Marie-Claude <aquarelle@hotmail.com >
    To fk b f_k_b@yahoo.com
    Subject : soupir
    Date : Sun, 13 Dec 2009 10:31:01 
    Où que tu sois, j’espère que ça ne va pas trop mal. Tu me manques, je t’aime. » (p. 91)

    « DarkTranquillity en aparté à aquarelle :
    Dans mes bras!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! » (p. 115)

Référents culturels

  • Nombreux référents à la francophonie canadienne et internationale, l’intrigue se déroulant au Québec et en Suisse romande dans un environnement francophone.

Pistes d'exploitation

  • Avec les élèves, dresser une liste de mots français utiles en informatique (p. ex., pour la navigation dans Internet ou dans les salles de clavardage).
  • Demander aux élèves d’inventer un dernier chapitre à ce roman : après la mort de François, que fera Marie-Claude de sa vie?
  • Après la lecture de l’œuvre, inviter les jeunes à discuter des dangers reliés à l’usage de stupéfiants.
  • Inviter un conférencier touché par un des problèmes évoqués dans le livre (p. ex., usage de stupéfiants, mauvais traitements, abandon) à venir témoigner de son vécu.

Conseils d'utilisation

  • Après la lecture, faire des mises au point, à l’aide des conseils de mise en garde (p. 169), et discuter avec les élèves des dangers de rencontrer en personne l’ami trouvé en clavardant.
  • À la suite de la note de Carole Moore (p. 61), fournir aux élèves, des adresses d’organismes qui aident les jeunes en Ontario.
  • Bien que ce livre soit à la portée des élèves de tous les niveaux d’habileté de lecture, réserver la lecture à un lectorat capable de raisonner sur certains sujets délicats comme l’inceste et la consommation de drogues dures.
  • Suggérer ce roman dans le cadre des stratégies de promotion de la littératie (thèmes abordés, accessibilité, visuel) plutôt que dans le cadre d’une analyse approfondie de la langue.
  • Pendant la lecture, accompagner étroitement les élèves qui voudraient discuter de sujets perturbants comme l’inceste ou l’abus de stupéfiants.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 11e et 12e année, Série : Panorama - Artistes de chez nous, Table ronde : Décriminaliser la marijuana; Le sexting.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 7e à 12e année, Série : Mon premier emploi, La conciliation travail-études.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 11e et 12e année, Série : L’art d’être parent, Mon enfant sous influence.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca