Recherche



Du sang sur le lac

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Témoin involontaire d’une scène étrange qui va s’avérer capitale pour la résolution d’une énigme criminelle, Quentin, 13 ans, ne sait pas à qui se confier. Sa famille trouve qu’il a tendance à fabuler, elle ne le croirait sûrement pas. Il se tourne alors vers Camille, une jeune journaliste qui lui inspire confiance… et qui semble en savoir plus long sur le crime commis qu’elle ne veut le laisser paraître.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Roman mettant en scène deux personnages principaux, Quentin, enfant unique et orphelin de mère ayant la manie de raconter des histoires invraisemblables pour chasser l’ennui, et Camille, jeune journaliste solitaire et secrète habitant le chalet voisin de Quentin; quelques personnages secondaires, Mme Kohler, veuve et grand-mère de Quentin, à qui elle consacre tout son temps, Alex Eberle, journaliste du Calgary Herald, deuxième victime du meurtrier toujours en liberté, puis les policiers menant l’enquête.

    « Camille Dumoulin est journaliste et fait des reportages sur les sports et la nature. Elle est d’origine suisse, elle aussi, et, bien qu’elle soit assez sauvage, ma grand-mère s’est plus ou moins liée d’amitié avec elle. Camille vit seule et ne semble pas avoir d’amis. C’est aussi pour ça que ma grand-mère s’est prise d’affection pour elle. » (p. 16)

    « Oui, c’est vrai que j’invente parfois un peu. Je m’ennuie et je peuple ma solitude comme je peux… Quand je raconte qu’il y a des trafiquants d’enfants à l’école, ou qu’on a volé un de mes reins pendant que je dormais, grand-mère hausse doucement les épaules en souriant.
    Mon père, lui, se fâche et crie que je ferais mieux de travailler à l’école plutôt que de divaguer ainsi. Maman… Maman est morte quand j’étais tout petit. Aussi, de plus en plus, je garde mes histoires pour moi. J’aurais aimé avoir une grande sœur à qui les raconter. Hélas, je n’ai ni sœur ni frère. Ni amis… » (p. 17)

    « Je viens d’entendre à la radio locale qu’on a retrouvé une voiture abandonnée à quelques kilomètres d’ici, dans un petit lac en contrebas de la route qui mène à celui-ci.
    C’est un pêcheur qui l’a signalée à la police. La voiture appartient à un journaliste de Calgary, Alex Eberle, dont on est sans nouvelles depuis avant-hier. » (p. 39)
     
  • Intrigue étoffée, multiples péripéties et rebondissements tenant le lectorat en haleine du début à la fin; sujets d’intérêt pour le lectorat visé ayant le même âge que le personnage principal (p. ex., aventure, suspense, mystère, peur, crime, complicité, amitié, secret, compassion).
  • Présence d’éléments graphiques expliquant le sens contextuel de mots ou d’expressions et facilitant l’interprétation du texte (guillemets, tirets, points de suspension, deux points, caractères italiques).

    « Je hoche la tête en silence, mais je suis profondément perplexe. "Il y a des yeux partout", a-t-elle dit. Quelqu’un d’autre a-t-il été témoin de ce que j’ai vu? » (p. 22)

    « Bafouillant, j’ai fini par lui expliquer ce que j’avais vu. L’homme - l’assassin - se dirigeant vers son chalet, s’y introduisant, essayant de la… » (p. 33)

    « Et je me pose une dernière question, avec horreur : vais-je disparaître à mon tour? » (p. 48)

    « L’homme qui a tué… C’est bien ce qu’elle a dit. Alex Eberle n’a donc pas simplement disparu. Il a été assassiné. Et le crime a été si parfait qu’on n’a même pas retrouvé son corps… » (p. 77)
     
  • Texte pleine page, séparé en onze chapitres bien identifiés; courte biographie de l’auteur et brefs propos au sujet de la conception du roman précédant le texte; à la fin du livre, page explicative au sujet de La Bataille des Livres, activité de promotion de la lecture et de l’écriture destinée aux jeunes de 8 à 12 ans et liste du personnel enseignant et des écoles de huit pays francophones ayant participé à la rédaction du roman.

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre; utilisation judicieuse d’expressions familières et de mots plus complexes pouvant présenter un défi pour le lectorat.

    « Les policiers sont-ils en train de me regarder? Je ne me retourne pas. J’en brûle d’envie, mais je ne me retourne pas. Me mordant les lèvres pour ne pas le faire, je marche en serrant les fesses et reprends le compte de mes pas. » (p. 89)

    « Ce n’est pas sans une certaine fierté que j’estime avoir débrouillé cet imbroglio sans aide extérieure. Il ne me reste qu’une chose à faire : attendre que ces vêtements soient secs et les rapporter à Camille. Elle sera stupéfaite! » (p. 102-103) 

  • Texte contenant plusieurs types et formes de phrases qui avivent l’intrigue tout au long du roman.

    « Cependant, je ne sais pas si je peux revenir en arrière. Pour quoi faire, d’ailleurs? Si les policiers ne m’ont pas vu, pourquoi irais-je au-devant d’eux? Je hausse les épaules, un peu piteux. J’ai agi comme un imbécile, d’accord. Mais ce qui est fait est fait. Je n’ai plus qu’à rentrer à la maison. » (p. 51)

    « Et, brusquement, je me rends compte que je viens effectivement de comprendre. Des vêtements ramassés dans la forêt? Qu’elle allait remettre à la police? Quel enfantillage! Comment ai-je pu être naïf à ce point? Aveugle, disons le mot! » (p. 107)

    « Je relève le nez. Que veut-elle dire? Qu’Alex Eberle était un gangster? Qu’elle était en état de légitime défense? Elle m’avait pourtant dit qu’elle l’aimait beaucoup. Un autre mensonge, sans doute. Malgré ma méfiance, cependant, ma curiosité est piquée. » (p. 116)
     

  • Emploi fréquent d’expressions figurées qui caractérisent bien le style de l’auteur.

    « Je m’accroupis contre un arbre pour reprendre mon souffle. Mon cœur bat la chamade. » (p. 50-51)

    « Je suis rouge comme une pivoine. Ma grand-mère m’enveloppe d’un regard à la fois protecteur et émerveillé. » (p. 68)

    « Les yeux fixes de Camille ne me quittent pas, me glaçant le sang. Combien de temps cela dure-t-il? Je n’en sais rien. » (p. 109)
     

  • Séquences descriptives mettant l’accent sur les émotions ressenties par les personnages et assurant le suspense tout au long du roman.

    « Le bruit des pas de ma poursuivante est tout proche maintenant. Je n’avais aucune chance, de toute façon : Camille est une sportive accomplie, alors que je suis un sédentaire indécrottable.
    Lorsque sa main s’abat enfin sur mon épaule, je suis résigné. Je ne me retourne même pas. Je cesse de courir, tête baissée. Les larmes coulent abondamment sur mes joues. Je ne suis qu’un petit garçon qui ne possède rien. Quand je pense que c’est elle qui m’a poussé à brûler mon cahier rouge, et avec quelle habileté! » (p. 112-113)

    « Pourtant je ne bouge pas d’un poil. Mais ce n’est pas la peur qui me paralyse, cette fois. C’est… la pitié. Je ne suis pas certain d’analyser correctement mes sentiments, mais je crois que c’est de la pitié que j’éprouve, de la compassion.
    Camille me semble si faible, si vulnérable, que, malgré sa confession, je n’arrive plus à la considérer comme une personne dangereuse. Je la vois plutôt comme une victime, la vraie victime, en fait de cet enchaînement d’événements dramatiques dans lequel elle a été entraînée à son corps défendant. » (p. 126-127)
     

  • Séquences dialoguées permettant de comprendre la relation entre les personnages et de bien suivre le déroulement de l’intrigue.

    « - J’en suis convaincue, répond-elle avec douceur. Ce n’est pas ce que je veux dire, Quentin. Cependant, si tu veux que je t’aide, il faut que je comprenne ce qui s’est passé. C’est une affaire très grave. Je connaissais bien Alex Eberle. C’était un ami. Il a disparu dans des circonstances inexplicables et tu es apparemment le dernier à l’avoir vu. Ton témoignage peut être essentiel. Mais…
    - Vous voulez dire que personne ne me croira si je raconte une histoire pareille?
    - J’en ai peur, Quentin.
    - Que faut-il faire, alors? Brûler ce cahier et oublier?
    - Oui, je crois que c’est le mieux. Je te l’ai dit. Tu dois me faire confiance. L’homme qui a tué Alex est diabolique et insaisissable. Remarquablement intelligent. Il opère à l’insu de tous, on ne sait jamais quand il va apparaître. » (p. 76-77)

    « - C’est à cause de la disparition de ce journaliste, Alex Eberle, précise-t-elle [grand-mère]. Ils voulaient savoir si nous l’avions revu par ici ces derniers jours. J’ai répondu que non, bien entendu. Les allées et venues des uns et des autres ne me regardent pas. Je ne suis pas la concierge du quartier. Est-ce que tu les as croisés? Ils venaient de s’en aller en direction du lac peu avant que tu arrives.
    - Oui, je crois, bredouillé-je. Mais moi non plus, je n’ai rien vu, tu sais…
    - Bien sûr, mon chéri, dit-elle en se rapprochant de la table et en me caressant les cheveux. Si tu avais vu quelque chose, c’est à moi que tu l’aurais raconté, n’est-ce pas? » (p. 90-91)

Référents culturels

  • Référence à la fin du livre à La Bataille des Livres, une activité de promotion de la lecture et de l’écriture destinée aux jeunes de 8 à 12 ans venant de huit pays francophones (Suisse, Sénégal, Burkina Faso, Mali, Belgique, Haïti, France, Canada).

Pistes d'exploitation

  • En se référant au roman, inviter les élèves à créer un lexique sur le thème de la peur comprenant des noms (p. ex., un meurtrier), des adjectifs (p. ex., menaçante), des verbes (p. ex., paralyser), des adverbes (p. ex., instinctivement) et des expressions figurées (p. ex., Je nage en plein cauchemar.). Leur proposer, par la suite, de réinvestir le vocabulaire dans la rédaction d’un récit d’intrigue policière.
  • Planifier la tenue d’un minidébat mettant en valeur les opinions divergentes au sujet de l’énoncé suivant :
    « Quentin a pris la bonne décision en ne dévoilant pas la coupable du double meurtre. »
  • Dans l’épilogue, l’auteur mentionne que Camille est plus utile au Nicaragua que dans une prison au Canada. En dyades, inviter les élèves à débattre du sujet puis à rédiger un texte d’opinion.
  • Inviter un policier ou un avocat afin de discuter avec les élèves des conséquences de ne pas dénoncer un crime lorsque nous en sommes témoin et de notre responsabilité en tant que citoyenne et citoyen envers la société.

Conseils d'utilisation

  • Avant la lecture du texte, animer une discussion au sujet de l’importance de prendre des décisions judicieuses pour son bien-être et celui des autres.
  • Présenter les caractéristiques du récit d’intrigue policière et du texte d’opinion afin d’en faciliter la rédaction.
  • Consulter la fiche de lecture accompagnant le roman sur le site de la maison d’édition afin d’y trouver d’autres activités intéressantes.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca