Recherche



Étienne Brûlé, tome 3 - Le fils sacrifié

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Après s’être établi au pays des Hurons et avoir préparé avec eux l’expédition de Champlain contre les Yroquois, Étienne Brûlé poursuit son aventure en faisant de nouvelles explorations. Malheureusement, la présence des missionnaires auprès des Hurons vient brouiller les cartes. Ce troisième tome nous entraîne à travers les conflits que l’aventurier connaîtra non seulement avec les autorités de la Nouvelle-France et les Anglais, mais également avec ses meilleurs amis, les Hurons. Il nous révèle, aussi, la fin tragique que le destin lui a réservée.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Un personnage principal, Étienne Brûlé, qui continue ses explorations et connaît de nombreux déboires avec les autorités anglaises et françaises, parmi lesquelles les frères Kirke et Samuel de Champlain; plusieurs personnages secondaires surtout masculins s’ajoutant au fil de l’histoire, dont Nicolas, Grenolle et les religieux.

    « Mais qui sont tous ces visages pâles et ces hommes en robes qui viennent avec vous? Ne me dites pas qu’ils sont ici pour rester. Expliquez-vous, frères! » (p. 61)

    « Apprenant qu’Étienne et Nicolas étaient des truchements, les frères Kirke décidèrent de les mettre à leur service. On leur intima immédiatement de faire la traite avec les groupes rassemblés à Tadoussac. Ensuite, on leur annonça qu’ils seraient ramenés à Londres pour y passer l’hiver, le temps d’apprendre l’anglais. » (p. 127)

    « - Si jamais vous remettez les pieds en France, vous serez poursuivis, jugés et exécutés sur la place publique! continua Champlain. » (p. 143) 
     
  • Narrateur omniscient, qui décrit et explique des événements historiques et des coutumes propres aux tribus et aux habitants de la Nouvelle-France, ajoutant ainsi une dimension didactique à l’œuvre.

    « À la chute de la Chaudière, sur la rivière des Outaouais, en passant près d’un certain rocher, ils s’arrêtèrent. Sagard observa Étienne et les Hurons. Ceux-ci prirent du tabac et le lancèrent sur ce rocher en implorant le grand Oki de leur assurer une bonne traversée. C’était un rituel millénaire qui s’exprimait à chaque fois qu’on arrivait à cet endroit. » (p. 77)

    « Voilà qu’une porte s’ouvrait à lui, celle de la compagnie de la Nouvelle-France des Cent-Associés. Une grande expédition s’organisait pour laquelle ses connaissances et ses services seraient des atouts. Mise sur pied par le cardinal de Richelieu, cette entreprise remplaçait la compagnie de Caën, récemment dissoute en raison des conflits entre les protestants et les catholiques. » (p. 119)
     
  • Nombreuses séquences descriptives, qui permettent de situer le lectorat dans le lieu et dans l’époque, entrecoupées de dialogues qui rendent vivants les moments forts du roman.

    « Le gibier abondait dans cette région et surtout le castor, au grand plaisir des Outaouais qui voulaient échanger les fourrures de cet animal contre des marchandises françaises. » (p. 31)

    « Ils entrèrent et restèrent debout pendant que le capitaine Champlain leur tournait le dos et regardait par la fenêtre. Il commença lentement, mordant dans chaque mot, d’une voix émotive et colérique, leur crachant toute sa déception au visage.
    - Vous, Nicolas Marsolet et vous, Étienne Brûlé, vous êtes des renégats de la pire espèce. Vous êtes des profiteurs et des parasites. Vous avez flairé la bonne affaire et vous avez renié votre race, votre langue, votre religion et votre roi. » (p. 142)
     
  • Respect de l’ordre chronologique avec maintes ellipses qui permettent de survoler 13 années de la vie du héros.

    « À l’automne 1624, Étienne se vit confier une mission par le sieur Émery de Caën, gouverneur de Québecq, en l’absence de Champlain. » (p. 89)

    « Déjà trois ans s’étaient écoulés depuis le départ d’Étienne de Toanché, où il avait laissé une vie de liberté et d’aventure. » (p. 119)
     
  • Cinq cartes géographiques (p. ex., aux pages 39, 107, 148) facilitant le suivi des déplacements et apportant des points de repère au lectorat.

Langue

  • Registre courant employé dans les séquences descriptives et dialoguées; utilisation du passé simple dans la narration.

    « - Arousen, je t’aime. Quoi qu’il advienne, tu seras toujours mon fils bien-aimé. Et surtout, n’oublie jamais que mon sang coule dans tes veines. Que le Grand Oki te protège de tous les dangers. » (p. 43)

    « Dès le lendemain, les deux Français prirent la route à pied vers le territoire des Tsonnontouans. Cinq jours plus tard, ils arrivèrent au village auquel Étienne avait rendu visite, bien malgré lui, en 1616. » (p. 95) 
     
  • Très nombreux passages en langue autochtone traduits en pied de page, ce qui donne de l’authenticité aux personnages et aux situations.

    « Un soir où la nourriture était rare, Oné-Onti attrapa un gagnenon5, l’égorgea, l’écorcha et le mit à cuire.
    5 Un chien » (p. 76)
     
  • Phrases de longueurs et de types variés, enrichies de figures de style simples (p. ex., personnification, métaphore, inversion) et parfois d’humour léger.

    « Finalement, ayant fait le tour de Sagard, le guérisseur prit la soutane, la releva d’un coup et la lui drapa sur la tête. Le frère tomba à la renverse et tous s’exclamèrent, constatant que la maladie s’était répandue partout. » (p. 74)

    « Le mois de septembre arrivait à grands pas et Étienne avait des fourmis dans les jambes. » (p. 145)

Référents culturels

  • Étienne Brûlé est un héros canadien-français; il est aussi le premier Français qui a exploré la région des Grands Lacs.

Pistes d'exploitation

  • Demander aux élèves de rédiger une lettre à Samuel de Champlain dans laquelle ils lui expliquent les raisons pour lesquelles Étienne Brûlé n’était pas un traître.
  • Faire un débat sur la loyauté d’Étienne Brûlé envers son pays.
  • Inviter les élèves à faire une recherche sur le développement de la Nouvelle-France, la présence des jésuites, l’importance de la religion, le commerce des fourrures et les guerres entre les Français et les Anglais.

Conseils d'utilisation

  • Afin d’illustrer la durée narrative, demander aux élèves de placer les péripéties sur une ligne de temps.
  • Préparer adéquatement les élèves aux scènes de torture et à la mort du héros; les accompagner dans la lecture de ces extraits.
  • Inviter les élèves qui s’intéressent à Étienne Brûlé et au peuple huron à consulter les ressources proposées aux pages 169 et 170 de l’œuvre.
  • Consulter les biographies des auteurs aux pages 171-172.
  • À l’aide du texte Une trilogie sur Étienne Brûlé aux pages 175-176, situer les élèves dans l’intrigue en retraçant les grands événements des tomes précédents.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca