Recherche



Une drôle de ministre

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

En transit à la gare dans l'attente de retrouver Gertrude, sa roche bien-aimée, mademoiselle Charlotte échange malencontreusement son sac de poil d'éléphant avec celui du premier ministre. S'apercevant de sa méprise, elle décide de retourner le sac rempli de documents importants à son propriétaire, Roger Rabajoie. C'est ainsi qu'elle fait la connaissance de Gustave-Aurèle, le fils du premier ministre. Avec son aide, elle se lance sur la trace du politicien. Un homme important comme lui a un horaire chargé et est souvent difficile à rejoindre. Mademoiselle Charlotte se retrouve mêlée à ses activités par la force des choses et ce, avec la bonhomie et la candeur qu'on lui connaît. La nouvelle politique d'éducation des enfants qui doit être dévoilée sous peu inquiète Charlotte et Gustave-Aurèle par son ennuyeux et sévère contenu. Parviendront-ils à faire modifier la future politique?

(Tiré du site de l’éditeur.)

Contenu

  • Personnages principaux, mademoiselle Charlotte, de la Série Charlotte de l’auteure Dominique Demers, et Gustave-Aurèle Brillantine-Rabajoie, fils unique d’Émeline Brillantine et Roger Rabajoie; personnage secondaire, Roger Rabajoie, premier ministre et responsable de la nouvelle politique d’éducation.

    « La vieille dame se dirigea joyeusement vers le guichet pour acheter son billet en oubliant derrière elle son sac de voyage. Au beau milieu de la gare remplie de voyageurs! Mademoiselle Charlotte était un peu étourdie… » (p. 16)

    « Le premier ministre était très occupé à relire le discours qu’il allait prononcer en fin de journée au Colisée devant l’ADGQSCTTI (l’Association des gens qui se croient très très importants). C’était une occasion unique, un moment historique. » (p. 17)

    « Le fils du premier ministre était un enfant rangé et sage. Il n’avait pas l’habitude des gestes impulsifs. Mais, en voyant disparaître le précieux sac de son père, il décida d’agir. Et vite! » (p. 32)
     
  • Intrigue simple comprenant plusieurs péripéties toutes aussi cocasses les unes que les autres; sujets d’intérêt pour le lectorat visé (p. ex., humour, relation parent-enfant, école, amitié).
  • Présence d’éléments graphiques expliquant le sens de mots et d’expressions (p. ex., acronymes, caractères italiques); texte pleine page dégagé, précédé d’un prologue et doté d’un épilogue en guise de conclusion; texte ne comprenant aucune illustration et séparé en chapitres bien identifiés.

    « - Bonjour! Bienvenue! Welcome! Hola! lança-t-elle joyeusement. » (p. 56)

    « Elle n’avait absolument aucune idée de ce qu’il fallait faire. Mais elle savait ce qu’elle avait envie de faire. » (p. 56) 

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre et emploi de nombreux jeux de mots pour nommer certains personnages et endroits (p. ex., Roger Rabajoie, Simon Sanfaçon, l’agent NO-NO, Saint-Citron, Port-au-Méné).

    « De plus, le journaliste avait suggéré qu’étant donné la forte popularité de cette mystérieuse vieille dame on pouvait supposer qu’elle serait bientôt nommée ministre ou élue députée. » (p. 66)

    « - Dans dix secondes, chuchota l’agent NO-NO dans sa montre-micro, alors que mademoiselle Charlotte et G.-A. avançaient droit vers lui. » (p. 106)
     
  • Divers types et formes de phrases ainsi que plusieurs phrases transformées ajoutant à la richesse du texte.

    « Tu veux dire que ton père ne t’a pas consulté? s’étonna mademoiselle Charlotte. » (p. 38)

    « On ne peut pas inventer : c’est une histoire vraie! » (p. 97)

    « Gustave-Aurèle Brillantine-Rabajoie venait de découvrir que, durant cette journée, il avait changé. » (p. 119)
     
  • Nombreuses figures de style (p. ex., comparaison, énumération, métaphore) qui rendent la lecture imagée.

    « Pour finir, elle rugit comme un gorille souffrant d’une rage de dents. » (p. 31)

    « Des sacs remplis de tout ce que ses parents lui interdisaient de manger : de la gomme à mâcher, du chocolat, des réglisses, des caramels, des jujubes et surtout, surtout, les fameux bonbons explosifs qui, en fondant, se transformaient en feu d’artifice. » (p. 44-45)

    « …Le ciel était mauve, et il neigeait des étoiles. » (p. 100)
     
  • Plusieurs séquences dialoguées permettant de nourrir l’imaginaire du lectorat de même que des séquences descriptives le situant dans le temps et le lieu de l’action.

    « - Aimerais-tu affronter un monstre sans te blesser? Te transformer en farfadet, en géant ou en sorcier? Nager avec des dauphins? Manger des nuages? Voler sur le dos d’un oiseau aux ailes grandes comme des cerfs-volants? » (p. 99)

    « Le père et le fils étaient d’accord pour que la politique d’éducation des enfants soit réécrite afin d’inclure non seulement du temps pour travailler, écouter et étudier, mais aussi de temps pour construire des cabanes dans les arbres, inventer des histoires et manger des bonbons explosifs qui se transforment en feu d’artifice. » (p. 124-125) 

Pistes d'exploitation

  • Inviter les élèves à rédiger une lettre adressée à mademoiselle Charlotte, de la part de Gustave-Aurèle, voulant souligner sa contribution à la réécriture de la politique d’éducation des enfants.
  • Planifier la tenue d’un minidébat au sujet de la décision des parents de Gustave-Aurèle de lui faire suivre des cours donnés par des tuteurs après l’école; demander aux élèves de relever les avantages et les inconvénients d’une telle approche.
  • Proposer aux élèves de rédiger un court texte d’opinion au sujet du message que renferme la lettre de mademoiselle Charlotte dans l’épilogue en partant d’une question telle : Êtes-vous d’accord avec le contenu de la lettre et pourquoi? 

Conseils d'utilisation

  • Revoir les caractéristiques de la lettre afin d’en faciliter la rédaction.
  • Présenter les caractéristiques du texte d’opinion afin d’en faciliter la rédaction.
  • Encourager les élèves à lire les trois autres romans de la Série Charlotte.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca