Recherche



Cow-Boy Poétré

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Ce rodéo théâtral se livre dans un amalgame réaliste du vécu et de la langue des francophones bilingues. À la fois découpage scénique et langagier, cette mixité va et vient entre des répliques livrées en anglais et les dialogues franglais des personnages bilingues.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Trois personnages (Chantal, Danny et Luke) liés par les conflits que leur quête de bonheur engendre.

    « LUKE, au public - La tentation, là, c’est pas la même chose que d’souffrir. Y disent que d’être en amour c’est d’souffir. Ben, faut croire que j’ai jamais aimé. Parce que j’ai jamais souffert pour elle. Mais, y avait quek’chose. Y avait cette tentation d’gratter. » (p. 32)

    « BLANCHETTE - Ben t’es jamais autour. Même quand tu pratiques icitte, ben c’est comme si t’étais pas icitte.
    CHANTAL - Nom de Dieu, Blanchette. Autrefois, t’étais l’fun… parfois. Depuis qu’on est mariés, t’es devenu tellement platte! (p. 42)
     
  • Intrique marquée par un triangle amoureux qui laissera des gens malheureux; chacun des trois personnages impliqués raconte sa version du drame en faisant part de ses émotions.

    « LUKE - […] J’te voulais tellement, même si c’aurait juste été d’avoir le privilège de nettoyer tes étables… Aïe! J’me serais couché à ta porte… dans l’milieu du mois d’janvier… pis j’aurais laissé la neige me recouvrir. » (p. 16)

    « BLANCHETTE, lui parle pour la première fois - J’t’aimais tellement que ça m’rendait malade. J’voulais être capable de sauter pis poigner la lune pour toé. » (p. 20)

    « CHANTAL - Non, Luke, ça a déjà été discuté. On l’a discuté à mort… dans tous les cheaps motels entre icitte pis la frontière des U.S. of A. J’m’en r’tourne chez Danny. J’vais lui dire la vérité. » (p. 51)
     
  • Didascalies qui indiquent les atmosphères, les scènes; personnages qui racontent leur version de l’histoire et livrent leurs états d’âme.

    « Chantal se rend au centre de la scène; elle porte une robe de mariée.
    CHANTAL - L’mariage y a coûté vingt-cinq mille piastres. Ç’a été l’plus gros mariage à Pincher Creek depuis… trente… quarante ans. J’ai fait venir mon trousseau d’Montréal parce que dans c’temps-là y avait rien d’mon goût à Calgary. » (p. 39)

    « BLANCHETTE - Être trahi là, ben c’est comme essayer d’faire un puzzle dans noirceur. Les morceaux sont éparpillés un peu partout. » (p. 44) 
     
  • Pièce qui rend compte d’un milieu où la trahison et la rivalité font partie du quotidien.

    « BLANCHETTE - Tu sors encore à soir?
    CHANTAL - Ouais. Pis?
    LUKE - Au Starlight Motel
    Y a un lit dans l’milieu d’la pièce.
    BLANCHETTE - T’es sortie hier soir. Pis l’soir d’avant. » (p. 40-41)

    « LUKE - Écoute-moé ben, toé. J’ai gagné quinze rodéos su’e des taureaux qui savaient vraiment bucker.
    DIAMOND HITCH WHITE - Yeah. Écoute le vieux! J’suis l’seul qui a fait ses 8 secondes aujourd’hui. » (p. 63)

Langue

  • Registre populaire incluant de nombreux jurons et de nombreuses séquences en langue anglaise.
  • Langage imagé qui reflète le milieu où se situe l’action, la scène de rodéo dans l’Ouest canadien.

    « LUKE - […] ben y sont aussi bonnes que c’te pauvre con d’la Bible qui allait passer à travers le chas d’une aiguille pour entrer dans l’Paradis. » (p. 13)

    « CHANTAL […] Y a eu des danses carrées pis du line-dancing, pis d’la bière en veux-tu en v’là. […] pis y a des boys qui ont volé les lumières sur son char pis y ont fourré d’la marde de vache dans l’exhaust. » (p. 40)

    « ANNONCEUR - Well here we are, rodeo fans! The event we’ve all been waiting for! This one’s for all the marbles, folks. » (p. 80)
     
  • Quelques textes poétiques, en anglais et en français, qui contribuent à faire connaître les pensées des personnages.

    « CHANTAL, chante une chanson triste -
    How can you ask me to foresake this
    How can you ask me to settle down
    To settle for the half-life
    For the prisons of the town. » (p. 20-21)

Référents culturels

  • Expressions populaires reflétant le parler de certains francophones de l’Alberta.
  • Références à des villes ontariennes et canadiennes à forte population francophone (p. ex., Cochrane, Québec).

Pistes d'exploitation

  • Dans la pièce Cow-Boy Poétré, le dramaturge met en scène trois personnages dont les vies s’entremêlent et qui connaîtront un dénouement malheureux. Demander aux élèves d’expliquer comment les personnages de Luke, Blanchette et Chantal contribuent à faire dérailler la vie de l'un et de l'autre.
  • Après la lecture de la pièce, inviter les élèves à expliquer la citation tirée de la quatrième de couverture du livre, « La poésie de Cow-Boy Poétré est dure. C’est plus que 8 secondes sur le dos d’un taureau, c’est la ride d’une vie. »
  • Les personnages principaux sont bilingues et s’expriment fréquemment en anglais. À l’aide de cet exemple, discuter avec les élèves de la situation sociolinguistique dans les provinces de l’Ouest et la comparer avec la situation dans leur région.

Conseils d'utilisation

  • Avant d’entreprendre l’étude de cette œuvre, expliquer aux élèves que les personnages s’expriment constamment en langage populaire, surtout dans le cas où les élèves ne sont pas familiers avec ce registre.
  • Tenir compte que les personnages expriment leurs émotions à l’aide de nombreux jurons pour pallier à la pauvreté de leur vocabulaire.
  • Prévoir une discussion pour préparer les élèves aux thèmes du suicide, de l’adultère et de l’alcoolisme qui sont traités dans l’œuvre. Avertir les élèves que certaines scènes comportent de la violence verbale contre les femmes (p. ex., p. 50-51).
  • Entreprendre une courte recherche sur le monde du rodéo pour mieux saisir le contexte de la pièce et les propos des personnages.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca