Recherche



Blanc-Bec et Anthracite

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Un jour, un chat noir croise une souris blanche. Tout naturellement, le chat veut manger la souris. Mais la souris est très maligne et, à force d'arguments, elle le convainc de n'en rien faire. Petit à petit, il se noue entre Anthracite et Blanc-Bec une certaine amitié qu'ils veulent faire découvrir à leurs proches... Or, leurs familles respectives n'acceptent pas leur liaison contre nature et les chassent de leur territoire. Leur amitié toute nouvelle pourra-t-elle survivre dans cet univers hostile?

Récit amusant d'une amitié improbable, fondée sur le respect de l'autre et l'ouverture d'esprit.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Deux personnages principaux, un chat (Anthracite) et une souris (Blanc-Bec), entre lesquels se forge une amitié en dépit de leurs différences.

    « - Mmmh… Et c’est quoi, être le plus malin?
    - Si tu arrêtes de vouloir me croquer, je te l’apprendrai… Comment tu t’appelles? Moi, c’est Blanc-Bec…
    Le chat ne sait plus s’il doit rire ou pleurer de sa situation :
    - Moi, c’est Anthracite. » (p. 18-20)
     
  • Intrigue marquée par de nombreux dialogues qui permettent de comprendre les émotions véhiculées par les personnages et de faire ressortir le thème dominant du conte, soit le respect des différences.

    « Blanc-Bec est sur son ventre et lui gratte le poil avec ses petites griffes. Anthracite ronronne :
    - Mmmh! Je dois t’avouer une chose… Jamais je n’ai été aussi bien caressé.
    - Tu commences à devenir très malin, constate Blanc-Bec. » (p. 46-47)
     
  • Narrateur omniscient qui décrit les sentiments des deux personnages principaux, entre autres, l’espoir et la frustration.

    « Blanc-Bec marche sur le rail, tandis qu’Anthracite saute de traverse en traverse. Une certaine joie renaît, la joie de la liberté. » (p. 34)

    « Il se retourne, fâché, la pupille dilatée et les moustaches frémissantes, et il va rejoindre Blanc-Bec sur la rive. » (p. 48)
     
  • Illustrations qui évoquent bien les émotions vécues par les personnages.

Langue

  • Registre courant dans l’ensemble du texte; emploi de quelques expressions de la langue orale.

    « Anthracite tourne la tête vers elle, l’air furieux. Ses pupilles fermées, qui ne laissent apparaître aucune fente, lui donnent un aspect menaçant. Il est prêt à bondir sur Blanc-Bec. Celle-ci fait un saut en arrière en s’écriant :
    - Wow! Attends! C’est peut-être vrai aussi, ce que je t’ai dit… » (p. 22)
     
  • Procédés linguistiques (p. ex., construction en parallèle, expression idiomatique, gradation et comparaison) qui animent le texte.

    « Un coup de la patte droite et la souris roule à gauche, un coup de la patte gauche et la souris roule à droite sans réaction. » (p. 10)

    « Blanc-Bec joue à mimer une mort atroce : elle se tord, se croise les pattes sur la poitrine, s'arrache les moustaches, se met sur la tête, pour finir allongée sur le dos, la queue dressée vers le ciel. » (p. 21)

    « En effet, au milieu de toutes les boîtes qui ressemblent à un bidonville miniature, ils peuvent observer des centaines de souris qui vivent là sans souci. » (p. 26)

Pistes d'exploitation

  • Inviter les élèves à fabriquer (p. ex., en papier pâte) ou à trouver (p. ex., parmi leurs propres « toutous ») des représentations tridimensionnelles des deux personnages principaux du conte dans le but de les inclure lors d’une transposition du conte en théâtre de marionnettes.
  • Amener les élèves à discuter des préjugés dont il est question dans le conte Blanc-Bec et Anthracite (p. ex., la discrimination basée sur les apparences). Leur demander d’imaginer leur propre conte mettant en vedette d’autres animaux pour dénoncer à leur tour un préjugé ou une injustice qu’elles et ils ont pu observer dans leur propre communauté ou dans l’école.
  • Proposer aux élèves de créer des affiches comportant des messages illustrés incitant les autres élèves à apprécier les différences physiques et culturelles des gens de leur milieu.

Conseils d'utilisation

  • Présenter aux élèves la question des préjugés fondés sur les apparences et l'origine et discuter de l'acceptation des différences.
  • Préparer les élèves à l'emploi de quelques mots ou expressions familiers (p. ex., salope).


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca