Recherche



Un hiver de tourmente

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Elle s’appelle Marie-Lune, mais on dirait plutôt une Marie-Tempête. Elle habite au bord d’un lac, en plein bois, presque le bout du monde. Heureusement, il y a Antoine. Il est grand et beau, et ses yeux verts brillent comme la forêt autour du lac, les matins d’été. Un grand coup de foudre, mais le ciel est lourd de tempêtes…

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Un personnage principal, Marie-Lune, adolescente qui vit un premier amour et un deuil; personnages secondaires, dont Antoine, son premier copain, sa mère Fernande, son père Léandre, et Sylvie, amie et confidente de Marie-Lune.

    « Je m’appelle encore Marie-Lune, mais attention! Je suis plutôt une Marie-Éclipse, une Marie-Tonnerre, une Marie-Tremblement de terre. » (p. 10)

    « Quant à mon père, journaliste sportif au Clairon des Laurentides, il lit plus d’articles sur l’adolescence que sur le hockey. » (p. 11)

    « Sylvie est ma meilleure amie. On se connaît depuis la pouponnière. […] Sylvie, c’est presque une sœur. » (p. 12-13)

    « Antoine est grand et beau. Ses cheveux blonds sautillent sur son front et courent un peu sur sa nuque. Ses yeux verts sont immenses et ils brillent comme la forêt autour du lac, les matins d’été. » (p. 13-14)

    « Fernande avait la voix rauque, les yeux pochés, le visage pâle et les gestes lourds. » (p. 27)
     
  • Intrigue basée sur le premier amour d’une adolescente, que les parents n’approuvent, pas ainsi que sur la perte d’un être cher.

    « - Je n’en reviens pas! Mon Dieu, que tu es naïve! Réveille-toi, Marie-Lune! Tu joues avec le feu. Si tu continues, tu vas te réveiller enceinte à quinze ans.
    Ah bon! Et moi qui croyais que pour faire des bébés, il fallait faire l’amour, pas juste s’embrasser. Ma mère gâchait tout. Je n’avais pas envie de faire l’amour avec Antoine. » (p. 16)

    « - Je l’aime, maman. Pour vrai. Il ne veut pas abuser de moi. Il ne veut pas me manger tout rond. Quand on s’aime, on veut se toucher. C’est normal. Tu m’avais dit quelque chose comme ça, le jour où tu m’avais expliqué ce que c’était faire l’amour. » (p. 66)

    « C’est toujours trop tard. L’an dernier, Léandre m’avait menti. C’était une tumeur maligne que les médecins avaient découverte dans le corps de Fernande. Ils l’ont enlevée, mais une autre est apparue. Fernande n’avait pas de problèmes de ménopause. C’est le cancer qui la grignotait. » (p. 81)
     
  • Champs lexicaux liés aux sujets traités dans le roman (p. ex., les sentiments amoureux, la mort, les relations familiales).

    « Depuis l’an dernier, ma mère me trouve moins belle et brillante, et beaucoup trop adolescente. Et depuis qu’Antoine est entré dans ma vie, je me suis métamorphosée en cauchemar ambulant. Je fais peur à mes parents. » (p. 11)

    « Mes lèvres étaient toutes proches. J’aurais voulu l’embrasser. Tout de suite. J’avais envie de passer les trois prochains siècles enveloppée dans ses bras et portée par la musique. » (p. 15)

    « Ce n’est pas épeurant, un mort. Ce n’est pas épeurant, parce que ça n’a pas l’air vrai. Ça ressemble aux statues du musée de cire. Le bout des doigts est mince, aplati. Et la peau trop dure, trop sèche. » (p. 79)
     
  • Narratrice participante : Marie-Lune raconte son vécu et s’immisce parfois dans les pensées des autres personnages.

    « J’ai mal partout. J’ai tellement froid. Le vent me mange tout rond. Bientôt, il ne restera plus rien. J’aurai disparu complètement. » (p. 106)

    « Elle ne voulait pas mourir. Elle m’en veut. Elle en veut à Antoine aussi. On l’a poussée vers le précipice. On l’a fait mourir plus vite. Mais on ne le savait pas. » (p. 107)
     
  • Illustration de la page couverture (le visage d’une jeune fille sur fond de paysage hivernal) qui laisse présager le contenu du récit.

Langue

  • Figures de style (p. ex., gradation, métaphore, antithèse, comparaison) et types de phrases (p. ex., ellipse) qui traduisent l’atmosphère du moment.

    « Ma gêne, ma rage, mon désespoir. » (p. 16)

    « Fernande s’est mise à hurler comme un chien blessé en voyant le petit paquet de plumes inerte. » (p. 28)

    « La neige semble plus chaude. Plus enveloppante. Une grosse douillette. Épaisse. Moelleuse. » (p. 106)
     
  • Registre courant employé dans les séquences narratives et dans l’ensemble des dialogues.

    « - Penses-y! Une soirée à bécoter ton Antoine. Si tes parents téléphonent, je dirai que je te tiens compagnie. » (p. 25)

    « Finalement, je me suis lancée. J’ai tout raconté. J’ai même récité les plus beaux vers du poème d’Alfred de Musset. Personne n’a ri. » (p. 63)
     
  • Expressions idiomatiques qui reflètent le contexte culturel.

    « …Deux vraies dindes!
    Il faut croire que le Coke nous était monté à la tête parce qu’on avait décidé de danser ensemble. » (p. 12)

    « - Je ne suis pas né de la dernière pluie! » (p. 42)

Pistes d'exploitation

  • Inviter les élèves à faire une recherche sur l’auteur français Alfred de Musset, à étudier son poème Le pélican pour en dégager les thèmes et le message. Créer un parallèle entre la thématique du poème et les situations vécues par Marie-Lune dans Un hiver de tourmente (p. ex., la mort, le sacrifice, l’expression de l’amour inconditionnel).
  • Amener les élèves à choisir des extraits du roman pour en faire des dramatisations avec narration, dialogues, décor, musique et bruitage. Par exemple, la séquence où Marie Lune accueille Bruno près d’elle, avant d’entreprendre la lecture des lettres de Fernande, soit le chapitre 14 en entier, qui se prête bien à ce type d’exercice.
  • Amener les élèves à réfléchir sur certaines citations tirées du roman et à consigner leurs réflexions dans de courts textes. Par exemple :

    « Sa mère était à l’asile la moitié du temps. Et son père a toujours empesté le gros gin. Pour faire pousser des bons légumes, il faut du bon engrais. Antoine n’est pas un mauvais diable, il fait même pitié, mais ce n’est pas un gars pour toi. » (p. 67)

    « On n’essaie pas de consoler une bête prise au piège. On la libère. Ou on se tait. » (p. 83)

Conseils d'utilisation

  • Aborder les sujets plus délicats (sexualité, alcoolisme, maladie, mort) avant d’entreprendre l’étude du roman.
  • Se familiariser avec les autres romans de la collection afin d’inciter les élèves à poursuivre l’histoire de Marie-Lune : Les grands sapins ne meurent pas, Ils dansent dans la tempête et Pour rallumer les étoiles.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 7e à 12e année, Série Télé-litté, Un hiver de tourmente.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca