Recherche



Alexandre et les trafiquants du désert

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Alexandre. Sami. Deux adolescents originaires de pays différents, le Canada et l’Égypte. Le hasard les réunit dans le désert, au bord de la mer Rouge. Un danger rôde autour d’eux… La police sait que des trafiquants de drogue ne sont pas loin. Une poursuite haletante s’engage, dans les sables ocre et sous un ciel lumineux. Elle entraînera les deux garçons dans des courses échevelées, où ils croiseront des personnages hauts en couleur et sentiront peser sur eux, au fond d’une mine inquiétante, la malédiction des pharaons.

Mais les deux garçons rencontreront aussi Karim, l’énigmatique bédouin, et ils trouveront ensemble un trésor plus précieux que l’or des anciens rois d’Égypte : une véritable amitié.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Roman d’aventure mettant en scène trois personnages principaux ainsi que de nombreux personnages secondaires. Les personnages masculins dominent dans le roman, les personnages féminins (p. ex., mères, enseignantes, sœur) restent en périphérie des aventures.

    « La police arrive enfin; un lieutenant se présente aux professeurs, en compagnie de deux sergents et d’une douzaine d’hommes. Sans plus tarder, on se dirige vers la montagne de l’Ataka. Poil-au-nez et l’un de ses collègues égyptiens les accompagnent. Madame Louise et Madame Nadia restent au camp, bien à contrecœur. » (p. 59-60)

    « - Allez-vous également emmener la petite?
    - Non. Elle est bien trop jeune.
    - Qu’allez-vous faire d’elle?
    - Eh bien… je vous assure que je ne sais trop. » (p. 95)

     
  • Roman comportant de nombreuses références aux lieux en Égypte où se déroulent les aventures des trois garçons.

    « Un souvenir lui revint à l’esprit : il avait lu, dans un beau livre illustré consacré aux pharaons, que les anciens Égyptiens avaient l’habitude de nommer le désert Doshrit, ce qui veut dire Terre rouge, par opposition à la plaine fertile et grasse de la vallée du Nil, appelée Kemit, la Terre noire. » (p. 105)

     
  • Narrateur omniscient permettant de connaître les sentiments de tous les personnages. Utilisation fréquente de séquences dialoguées, ce qui allège le texte.

    « Sami et Alexandre n’ont pas le temps de réagir car, dominant le tumulte, les cris et les jurons, plusieurs voix retentissent : "Sami! Alexandre!" Alexandre, un moment interdit, reconnaît bientôt la voix de Madame Louise, tandis que Sami hurle : "C’est papa! C’est mon père!" Bientôt, les deux garçons étreignent Madame Louise, Madame Nadia et Monsieur Salib. » (p. 84)

Langue

  • Registre courant utilisé dans l’ensemble du roman, ajouté de quelques expressions familières.

    « Le lendemain, ils passèrent trois heures au Musée des Antiquités, où la momie de Ramsès II leur sembla tout à fait cool… » (p. 14)

    « Il évoque les petits ruisseaux dans la forêt, qui se gonflent d’eau à la fonte des neiges. Et il remarque, car il est fin et observateur, que chaque fois qu’il parle de cette abondance d’eau, de ces fleuves et de ces ruisseaux toujours gonflés, ses amis le regardent avec encore plus d’étonnement dans les yeux. » (p. 54)

     
  • Structures syntaxiques variées et nombreuses figures de style (p. ex., comparaison, métaphore, énumération).

    « Alexandre et Sami sont épuisés : la journée a été rude, avec toute cette course dans la montagne, la nuit au froid mordant, et enfin la surprise et l’émotion de la découverte de ce camp, de leur arrestation, et du mystère qui entoure cet homme qui les a interrogés et son fils, ce Karim. » (p. 39)

    « Les policiers se dispersent bientôt. Comme une araignée qui tisse sa toile dans toutes les directions, leurs pas les mènent sur tous les sentiers qui strient l’Araka… » (p. 60-61)

    « Certains emmagasinent de l’eau dans des poches à l’intérieur de leur corps…
    - Comme les chameaux? interroge Alexandre.
    - Oui, comme les chameaux, répond le bédouin avec un léger sourire.
    - On les appelle les navires du désert, dit Sami d’un air important. » (p. 73)

     
  • Champs lexicaux accessibles au lectorat visé et évocateurs des thèmes abordés dans le roman (p. ex., intrigue policière, trafic de drogues, peur, mystère, amitié).

    « Comme le silence se prolongeait, ils relevèrent un peu la tête. À leurs oreilles claquaient encore les coups rageurs et secs des fusils des trafiquants, la grêle continue de la mitrailleuse, les rafales saccadées des fusils mitrailleurs des policiers. » (p. 82)

Pistes d'exploitation

  • Animer une table ronde au cours de laquelle les élèves discutent de la vraisemblance de certains passages de ce roman (p. ex., lorsque les parents d’Alexandre et de Sami accompagnent les policiers à la recherche des trafiquants).
  • En groupe-classe, tracer, sur une carte géographique, les différents trajets d’Alexandre, de son arrivée en Égypte jusqu’à son départ.
  • Demander aux élèves de rédiger un message qu’Alexandre aurait pu envoyer à une amie ou un ami au Canada, à la suite de son aventure auprès des trafiquants du désert.

Conseils d'utilisation

  • Miser sur les thèmes universels de l'oeuvre pour rejoindre l’ensemble des élèves (p. ex., l’amitié, la valeur des voyages).

Ressource(s) additionnelle(s)

  • CFORP. 2007. Fiches de lecture, 12 ans+, Alexandre et les trafiquants du désert, Ottawa.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca