Recherche



Soudain l’'étrangeté

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Un homme traverse un désert. Deux amies partent en excursion. Un éleveur de chevaux quête son chemin vers l’hippodrome. Une foule se fait parachuter des billets de loterie. Au début, tout semble vraisemblable… Et puis, soudain, une faille – un regard différent, une attention autre, une logique détournée, un ancrage précis – et nous voilà entraînés malgré nous dans une histoire bien étrange.

Côtoyant tantôt l’absurde, tantôt l’horreur, la fantaisie ou le mystère, les nouvelles réunies dans ce recueil s’amusent, dans un style juste et délicat, à nous surprendre, parfois à nous confondre, pour nous faire réaliser que la vie n’est pas toujours aussi ordinaire qu’on croit.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Personnages principaux qui sont à la merci de phénomènes inexpliqués, de décisions et d’individus qui tracent leur destin.

    « Depuis ce jour, Mélanie vit coupée du monde dans une chambrette du service de psychiatrie d’un grand hôpital montréalais. Elle ne reconnaît plus Jacques. Elle ne parle plus qu’à son enfant de lumière. » (p. 26)

    « Un doute insupportable s’insinua dans votre esprit, qui ne vous a plus jamais quitté : Léa n’était pas Léa. Cette femme s’était jouée de vous pendant tous ces mois. » (p. 39)
     
  • Intrigues marquées par l’omniprésence de l’énigme et la fatalité.

    « Mille idées saugrenues surgissent dans l’esprit de Liliane. Elle sourit de toutes ses trouvailles absurdes et scrute le plafond pour trouver quelque explication plus plausible. » (p. 42)

    « Elle allait le rejeter sur le côté lorsqu’elle poussa un cri : le "sac" balançait dans le vide deux grands pieds inertes. » (p. 66)

    « Elle se jette violemment vers l’arrière. Sa main glisse dans celle de son amie qui essaie de la rattraper, mais trop tard! Hélène perd l’équilibre et sombre dans le précipice qui l’avale en une bouchée. » (p. 95)
     
  • Narrateurs participants, témoins ou omniscients selon la nouvelle.

    « Tout ce dont vous vous souvenez, c’est le trouble immense qui ne vous a pas lâché de la soirée et l’impression que cette émotion était largement partagée. » (p. 33)

    « Magali se demande soudain si elle a raison de lire les faits divers dans les journaux et si elle regarde trop de films violents à la télévision. » (p. 57)

    « J’entendais le martèlement de mes pieds sur le sol et les battements affolés de mon cœur. Plus je descendais le vallon… » (p. 62)

Langue

  • Registre courant dans l’ensemble des textes et certaines expressions d’un registre plus soutenu; registre populaire dans certaines séquences dialoguées.

    « …une haie d’arbres qui se teintait des reflets lunaires découpait un diadème argenté sur l’encre noire du ciel. » (p. 51)

    « Hé, toé, le beau-frère, achale-moé pas! » (p. 71)

    « Dans sa propriété, elle aménagea un bassin pour les libellules si légères que le soleil prestidigitateur les faisait disparaître dans les manches de son habit d’or. » (p. 110)
     
  • Variété de figures de style et de procédés syntaxiques (p. ex., comparaison, énumération, interrogation, exclamation) qui mettent en évidence le style imagé de l’auteure.

    « Encore des corps torturés, soutenus par des béquilles, des bras et des têtes coupés, des constructions étranges, des téléphones et des montres liquéfiés. » (p. 12)

    « La lumière semble couler entre ses doigts comme un flot ininterrompu. » (p. 26)

    « Comment en est-elle arrivée là? Que fait-elle dans cette maison, dans cette chambre à coucher, dans ce lit dont elle ne connaît même pas le propriétaire? » (p. 73)
     
  • Champs lexicaux évocateurs des thèmes et des sujets abordés dans l’œuvre (p. ex., la violence, la peur, l’insolite).

    « Il se jeta sur le bureau, […] attrapa une chaise, en asséna un coup sur la tête d’un des rieurs, saisit le cendrier sur pied et en assomma le beau parleur qui l’avait insulté. » (p. 30)

    « Magali a les mains moites et la gorge sèche. Son cœur bat à tout rompre pendant que l’homme s’acharne de plus en plus. Voilà maintenant qu’il donne des coups de poing un peu partout sur la porte. » (p. 57)

    « À l’âge de la séduction, elle constata que toute la peau de son corps était diaphane. […] Ses os, que l’on voyait par transparence étaient plus délavés que du bois de grève et légers que des plumes d’oiseau. » (p. 109)

Pistes d'exploitation

  • Proposer aux élèves de recréer en bande dessinée ou en vidéo une des nouvelles de l’œuvre qui s’y prêtent bien (p. ex., Les petits papiers, p. 27-31).
  • Discuter avec les élèves des conséquences d’un événement tragique sur la vie d’une personne. Amorcer la discussion à partir de la nouvelle L’enfant de lumière (p. 21-26).
  • Inviter les élèves à choisir une des nouvelles du recueil, à en étudier le dénouement étrange et à proposer une explication naturelle à ce dénouement (p. ex., Méprise, p. 67-72, où un frère censément décédé apparaît à la réunion de famille qui suit ses funérailles).

Conseils d'utilisation

  • Avant la lecture, discuter avec les élèves des phénomènes paranormaux et du facteur accrocheur de la littérature à thèmes mystérieux. Ensuite, présenter une des nouvelles à titre d’exemple (p. ex., invasion de domicile inexpliquée dans Le tour de clé, p. 41).


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca