Recherche



Autour de Gabrielle

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Je m’appelle Gabrielle.
Je vis dans une maison blanche
entourée d’un grand jardin.
De la lucarne de ma chambre,
tous les soirs, avant d’aller au lit,
je raconte mes histoires
aux habitants de la nuit.
Ma maison sent le bonbon,
mon lit, le paradis.
La vie est une étincelle,
et ça me donne des ailes.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Recueil de poésie écrite en vers libres et organisée en strophes présentant l’univers d’une fillette.

    « Elle est dodue comme un baobab,
    moelleuse comme une guimauve,
    douce comme du satin.
    J’adore quand ma marraine Lila
    me serre dans ses bras. » (p. 16)

    « Il pleut sur ma ville.
    Grosses comme des œufs d’hirondelles,
    les gouttes tombent sans parachute
    sur l’asphalte et le trottoir.
    Les éclairs zèbrent le ciel.
    Le tonnerre chante un opéra.
    Les nuages valsent dans tous les sens. » (p. 25)
     
  • Thèmes dominants qui traitent du milieu d’une fillette (p.ex., sa famille, son entourage, ses pensées, ses rêves).

    « Mon frère est un intrépide chevalier.
    Il sait amadouer les guêpes,
    combattre les perce-oreilles et les limaces […]
    Qui envahissent parfois mon royaume. » (p. 12)

    « Que fera mon voisin Colin
    en ce jeudi matin?
    Ira-t-il au magasin du coin
    pour acheter du shampoing
    ou viendra-t-il avec moi
    chez le petit Martin
    pour faire des dessins? » (p. 29)

    « Ce serait épatant si,
    en claquant des doigts,
    je pouvais arrêter des guerres,
    nourrir ceux qui ont faim,
    abolir la misère,
    consoler la Terre entière. » (p. 55)

    « Puis, je partirai.
    Ailleurs.
    Mais je resterai vivante
    dans bien des cœurs. » (p. 62)
     
  • Poèmes rédigés à la première personne du singulier qui permettent une vision intime de l’univers de la fillette.

    « Mes yeux ont la couleur du ciel en mai,
    mes cheveux, celle de la paille en août.
    Mon visage est rond comme une orange
    et j’ai la bouche rouge fraise. » (p. 13)

    « Je tire la fermeture éclair
    de mes paupières
    pour mieux regarder
    les images dans ma tête. » (p. 21)

Langue

  • Registre courant adapté au lectorat visé et aux sujets abordés.

    « Tous rient de moi et de ma frousse.
    Je passe devant, montrant les dents.
    Je marche lentement, je regarde partout.
    Et tous les autres en font autant. » (p. 34)
     
  • Figures de style variées comme la métaphore, l’énumération, la comparaison et plusieurs mots imagés qui ajoutent de la douceur aux poèmes.

    « Mes mains sont comme des étoiles de mer,
    mes pieds, comme des ailes.
    Mon corps ressemble à un roseau
    et je peux grimper comme une rainette. » (p. 13)

    « Je m’imagine que mes toupies
    deviennent des vaisseaux
    qui partent explorer
    les terres, les mers, les cieux,
    tous ces mondes que je vois
    dans mes billes. » (p. 15)
     
  • Procédés poétiques tels que des rimes, des sonorités, des répétitions et un rythme qui permettent d’apprécier le texte et le style de l’auteure.

    « Poissons ballons,
    poissons bonbons,
    poissons colimaçons,
    poissons ronds, longs, oblongs
    jouant à saute-poisson,
    et au dernier qui mordra à l’hameçon. » (p. 43)

Pistes d'exploitation

  • Demander aux élèves de créer un collage représentant le monde de Gabrielle ou leur monde à eux.
  • Demander aux élèves de situer, sur une mappemonde, tous les endroits mentionnés dans les poèmes.
  • Demander aux élèves d’interpréter leur poème préféré à leur façon (p. ex., une chanson, une pièce de théâtre, un dessin).

Conseils d'utilisation

  • Se servir des illustrations pour faire parler les élèves au sujet des poèmes.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca