Recherche



Un printemps à Nigelle

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Robert Madiot et ses deux enfants se rendent en France, à Nigelle, pour prendre possession d'une maison reçue en héritage. Nigelle est une petite ville tranquille de la province française. C’est du moins ce que pensent Cyrielle et Vincent en arrivant là-bas. Lors de la visite du château local, Vincent et Cyrielle sont toutefois témoins d'un curieux incident où on évoque des événements de la guerre 1939-1945. Ils apprennent également que leur nouvelle demeure a jadis été le quartier général d'un service de renseignement de l'Allemagne nazie. Des documents et un trésor pourraient encore s'y trouver. Les deux adolescents ne peuvent résister à la tentation d’élucider ce mystère.

(Inspiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Roman mettant en scène deux personnages principaux, un frère et une sœur (Vincent et Cyrielle Madiot), ainsi que plusieurs personnages secondaires parmi lesquels on retrouve le professeur Berthiaume Jousset, son ami, Léon Bergougnoux, et le petit-fils de ce dernier, Pascal Bergougnoux.

    « On les appelait les jumeaux d’une semaine, car, chaque année, pendant une semaine, ils avaient le même âge. […] Et puis, ils se ressemblaient drôlement. Même tignasse noire, pas toujours bien peignée; même nez long et droit; même menton pointu; même regard sombre et vigilant. » (p. 8)
     
  • Nombreux éléments qui permettent de créer un univers narratif parmi lesquels on retrouve plusieurs descriptions imagées.

    « La table ressemblait à une ville pillée. La bouteille de vin et le pichet d’eau étaient aussi vides que des canons déchargés. » (p. 50)
     
  • Roman présentant un point de vue de la narration omniscient permettant de suivre aisément plusieurs personnages et de jeter un regard sur les nombreux indices et événements historiques au cœur du roman.

    « Elle referma la porte des cabinets pour faire croire qu’elle s’y enfermait pour quelques minutes. » (p. 69)

Langue

  • Registre soutenu pour les passages narratifs et registre courant, parfois même familier, privilégié dans plusieurs dialogues. Ces derniers sont représentatifs de la classe sociale et du milieu socioculturel où se déroule l’histoire.

    « Alors, t’as-vu de quoi? Dis-moi tout, Vincent! » (p. 28) 

    « La mine abasourdie de Vincent refléta l’incompréhension de Cyrielle. » (p. 37)
     
  • Distinction entre le vocabulaire français utilisé en Europe et en Amérique du Nord et utilisation d’expressions anglaises à l’intérieur de dialogues en français dans le but de représenter une réalité nord-américaine.

    « Zut! s’exclama Vincent, plus français qu’un Français, en mettant le pied dans une flaque d’eau. » (p. 100)

    « No way! s’écria son frère. Comment as-tu fait? » (p. 117)
     
  • Structures syntaxiques variées, nombreux dialogues et quelques figures de style (p. ex., comparaison, allusion) permettant d’apprécier le style de l’auteur.

    « Ils aimaient bien leur mère, mais, sans elle, les vacances s’annonçaient riches de possibilités. » (p. 11)

    « Jeune? répéta Jousset en ricanant doucement. Elle a soixante-deux ans! » (p. 78)
     
  • Champs lexicaux liés entre autres aux thèmes de la guerre (p. ex., zone occupée, réseaux officiels, front, général, soldat) et de l’enquête (p. ex., suspect, vol, culpabilité, criminel).
  • Indice de lisibilité approprié au lectorat visé. L’auteur utilise entre autres des phrases de longueurs variées, un vocabulaire accessible et diversifié, des mots en langues étrangères (en italiques dans le texte) et l’astérisque pour apporter des précisions.

    « Où c’est, Nigelle?* 
    *S’il n’existe pas en France de localité de ce nom, peut-être bien qu’il y en a une qui ressemble à sa description. Aux lecteurs de découvrir où. » (p. 9)

    « Wunderlich… murmura l’homme. » (p. 22)

Pistes d'exploitation

  • Créer un corpus multilingue (allemand, latin et anglais) des mots en italiques présentés dans le roman en utilisant différentes stratégies de lecture pour en trouver le sens.
  • Inviter les élèves à mettre en scène certaines parties du roman (p. ex., le vol de la serviette de cuir noir du premier chapitre) à partir de leur compréhension du roman.
  • Inviter les élèves à préparer une chasse au trésor à l’intérieur de l’école en rédigeant des indices à partir des notions historiques présentés tout au long du roman et de leurs recherches personnelles.

Conseils d'utilisation

  • Roman pouvant aisément s’adresser à des élèves du cycle intermédiaire en raison, entre autres, du sujet et des thèmes exploités, de la longueur des phrases et du vocabulaire accessible.
  • Remettre, a priori, un glossaire expliquant les mots qui pourraient créer un bris de compréhension chez le lectorat visé.
  • Accorder une attention particulière au traitement des sujets délicats présentés dans le roman (p. ex., Deuxième Guerre mondiale, nazis, armée allemande).


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca