Recherche



À nous deux!

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Jamais je n'aurais pensé vivre une saison de hockey aussi bouleversante! D'abord, il y a eu l'arrivée surprise de Li-Na sur mon trio… SCHLACK! Puis, mon étonnant tir frappé, qui a propulsé les Couguars en séries et qui a changé ma vie… SCHLACK! Ensuite, ce terrible secret de Fred, mon ailier gauche… SCHLACK! Et enfin, cette terrifiante nouvelle qui mettra fin à ma saison de hockey… SCHLACK!

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Personnage principal et narrateur, Charles-Olivier Couture-Laviolette, alias Charl-Ô, garçon de 12 ans, qui vit une saison de hockey palpitante sur la glace et bouleversante dans sa vie personnelle.

« J’espère avoir deux bons coéquipiers pour m’appuyer encore cette année. Sinon, je vais devoir oublier mon objectif de terminer la saison parmi les trois meilleurs compteurs de la ligue. » (p. 13)

« En tout cas, je ne connais aucun de mes amis qui a un grand-père aussi original. […] C’est à lui que je dois mon surnom de Charl-Ô. Très actif sur les médias sociaux, il a fini par imposer ce surnom à tout mon entourage ou presque, ainsi que sa graphie plutôt particulière… » (p. 16-17)

  • Personnages secondaires, Reynald Couture, surnommé Pépé Rey, grand-père et confident de Charl-Ô, Frédéric, surnommé Fred, joueur ailier gauche du trio de Charl-Ô, Li-Na, surnommée les Couettes, et Élise, surnommée la Queue de cheval, nouvelles coéquipières de Charl-Ô, monsieur Boulerice, surnommée Bébite, entraîneur de l’équipe de hockey, ainsi que les parents et la sœur de Charl-Ô, qui ont un rôle mineur dans l’histoire.

« Monsieur Boulerice, que nous surnommons Bébite, a récemment suivi ses premiers cours d’instructeur. Voilà pourquoi il semble soudain s’être pris pour un coach de la LNH, comme s’il voulait nous prouver que nous n’avions plus affaire à la même personne que l’année dernière. » (p. 8)

« Reynald Couture est un grand-père peu ordinaire.
[…]
Celui que j’appelle, avec beaucoup d’affection, Pépé Rey depuis ma tendre enfance […] c’est un rigolo! Mail il peut être très sérieux, aussi. » (p. 16-17)

« À côté de Frédéric, mon ailier gauche, je finis de lacer mes patins. Celui-ci en est à sa première année pee-wee. Durant les joutes simulées lors de nos derniers entraînements, j’ai pu constater que ce nouveau coéquipier n’a pas froid aux yeux. Il n’hésite pas à se jeter devant des rondelles frappées par nos défenseurs pour éviter un but. » (p. 33)

« La Queue de cheval m’a complètement fait oublier Fred. Un vrai bulldozer, cette fille! D’habitude pas très rapide, on dirait que le fait d’avoir retrouvé Li-Na au centre, avec qui elle a joué toute l’année dernière, lui a donné des ailes. Aucun adversaire ne parvient à la stopper. » (p. 70)

  • Roman réaliste de sport, qui saura plaire aux jeunes amateurs de hockey, filles et garçons; intrigue comblée de péripéties captivantes qui s’organisent autour des situations difficiles auxquelles fait face un jeune adolescent (p. ex., l’arrivée de nouvelles coéquipières dans son équipe de hockey, ses sentiments d’amour pour l’une des joueuses, le décès de son père, l’état de santé fragile de son grand-père); thèmes principaux exploités (p. ex., relation grand-père et petit-fils, humour, présence de filles dans une équipe mixte de hockey, amour, amitié) aptes à capter l’intérêt du lectorat visé.

« Avec Pépé Rey, contrairement à ce qui se passe avec mes parents, c’est facile de discuter. Même des sujets pas faciles... » (p. 17)

« - C’est toi, ça, Charl-Ô, avec un O accent circonflexe?...
Je sursaute et hoche la tête. La première réplique qui me vient à l’esprit, c’est : "Ouais, je suis Charl-Ô, et toi, tu t’appelles… les Couettes avec deux t?" » (p. 19)

« Ouais, bon… euh… c’est vrai que, dans ma tête, ce premier match avait peut-être des allures de test. Mais attention, rien à voir avec le fait que c’est une fille… euh… ouais, bon, un petit peu, je dois l’admettre… Bref, après cette première partie, j’en conclus qu’elle joue très bien. » (p. 41-42)

« Les mots ne sont pas faciles à trouver pour parler d’un sujet aussi embarrassant.
- Euh… quand on a seulement 12 ans…
- Oui?
- Euh… on ne peut pas être… euh…
- Être quoi, Charl-Ô?
- Ben… en… en…
- En amour? Avec Li-Na?
Je suis presque fâché que mon grand-père lise ainsi dans mes pensées.
- Euh… oui, c’est… c’est ça. » (p. 84)

« - Fred, je suis désolé pour ton père, je m’excuse aussi pour mes allusions un peu stupides à tes bleus dans le vestiaire et euh… je ne sais pas trop quoi te dire d’autre… sauf que… j’aimerais être ton ami… comme Li-Na… et il faut que tu reviennes! » (p. 95)

  • Schéma narratif qui suit généralement l’ordre chronologique; quelques retours en arrière relatant des souvenirs d’enfance de Charl-Ô.

« Quand j’étais petit, mon grand-père me racontait une histoire chaque fois que je le voyais. Aujourd’hui encore, on dirait qu’il a une histoire pour chacun de mes problèmes. » (p. 18)

« Quand j’étais petit, mon père faisait toujours une patinoire dans la cour. Nous y avons passé des heures et des heures à jouer jusqu’à l’épuisement, à rire comme des fous, surtout quand nous terminions ces moments dans un banc de neige en faisant des batailles incroyables. » (p. 56-57)

  • Mise en page dégagée; texte organisé en huit chapitres numérotés aux titres accrocheurs, chacun contenant le mot « trio »; page couverture annonçant le début de chaque chapitre, qui porte une petite illustration d’un objet lié directement au contenu du chapitre; petite illustration indiquant un changement de scène à l’intérieur de chaque chapitre; format livre de poche.
  • Présence d’éléments graphiques (p. ex., points de suspension, majuscules, deux points, guillemets, italiques) favorisant l’interprétation de l’œuvre.

« - Que veux-tu, Charl-Ô… J’ÉTAIS UN ANGE, à tous les égards!
- Ah bon…
- Et aujourd’hui, je suis en quelque sorte… ton ange gardien. » (p. 18)

« - Charl-Ô, tiens-toi bien : cette fille que j’avais choisie par pure gentillesse, pour ne pas qu’elle soit la dernière repêchée devant tous les autres garçons, elle avait un talent fou et elle a compté sûrement une dizaine de buts! » (p. 23)

« Mon œil est attiré par ce "LI-NA" inscrit en lettres rouges sur le casque de mon centre. » (p. 36)

« - Pépé Rey?
Cinq sur cinq!
Deuxième victoire pour les Couguars! 2 à 1! Li-Na, un but! Moi aussi!
Wow! Quel duo! » (p. 120)

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre; emploi de termes moins connus (p. ex., bonhomie, triturer, pantois, crécelle, feignant), de mots du registre familier (p. ex., ouais, pis, t’as, bisou), de mots empruntés à l’anglais (p. ex., beef, speech, coach, banana split) et de mots inventés (p. ex., tiguidou, poussaillage) compréhensibles à l’aide du contexte.
  • Emploi de phrases de base, de phrases transformées et de phrases à construction particulière; utilisation d’une variété de types et de formes de phrases (p. ex., exclamative, interrogative, négative, impérative) favorisant une lecture dynamique.

« - Bon, OK, Pépé, tu as pris cette fille pour lui éviter un affront. Ça, je comprends. Mais ce n’est pas avec ton histoire que je vais résoudre mon problème de centre. La jeune fille de ton aventure était ni plus ni moins qu’une vedette du hockey. Tu veux me faire comprendre que je dois donner sa chance à mademoiselle les Couettes… qu’elle va peut-être m’épater, comme la jeune fille de ton histoire? Me faire remporter le championnat des compteurs? C’est ça?
- Pas du tout! réplique mon grand-père.
- Tu veux me dire quoi, alors?
- Rien! Juste… disons… juste d’être gentil avec elle. » (p. 24-25)

« Je me retourne et j’aperçois notre ailier gauche qui se chamaille avec l’énorme défenseur des Tigres.
- T’avais pas d’affaire à la bousculer comme ça, gros tarla!
- Hé, la puce! Tasse-toi!
- Lâchez-vous, vous deux! ordonne l’arbitre. Sinon, je vous…
D’un coup, j’empoigne Fred et le fais reculer jusqu’à la bande. » (p. 40)

  • Procédés stylistiques (p. ex., onomatopée, énumération, expression figurée, comparaison, répétition, interjection, métaphore) qui enrichissent le texte et agrémentent la lecture.

« Dans le vestiaire, nous n’entendons que le bruit des gouttes de sueur qui explosent ici et là sur le plancher de ciment… POC! POC! POC!… » (p. 13)

« Aussitôt, la porte s’ouvre et les trois vedettes font leur entrée : deux couettes, une queue de cheval et une toque… » (p. 14)

« Je tente de m’encourager : "Au moins, avec Frédéric, j’ai un ailier gauche qui a du cœur au ventre…" » (p. 23)

« Mon grand-père manie les mots comme Mario Lemieux manie le bâton! » (p. 27)

« Jamais, jamais, jamais je n'ai enlevé et remis mon équipement de hockey aussi vite! » (p. 38)

« - Hé! La lune! m’a lancé Élise. On ne gagnera pas en jouant la statue de la Liberté devant le filet! » (p. 69)

  • Séquences descriptives permettant de s’immiscer dans l’esprit du narrateur et précisant le temps, le lieu et les événements; séquences dialoguées qui aident à comprendre les relations qui existent entre les personnages; emploi de textos injectant parfois des brins d’humour dans le texte et ajoutant de la vraisemblance au déroulement de l’action.

« - Pépé Rey… tu es là?
- Cinq sur cinq!... Bon entraînement?
- Le ciel vient de me tomber sur la tête.
- T’avais pas ton casque protecteur?
- Pas drôle!
- OK! À toi!
- Nouveau centre sur mon trio.
- …
- Tu écris rien?
- Je veux pas faire une mauvaise blague.
- … UNE FILLE!
- Ah…
- Une Chinoise!
- Ah…
- Tout ce que tu as à dire?
- Attention de ne pas mêler amour et sport! » (p. 14-15)

« Jamais je n’oublierai ce terrible moment. Ma mère m’a appris la mort de mon père, dans un accident, alors qu’il se dirigeait vers l’aéroport.
Moi, sur le siège de la voiture, j’étais là, immobile, le cœur serré, incapable de dire un mot, alors que j’aurais voulu hurler. Je me sentais coincé dans mon corps comme dans une prison dont les quatre murs se rapprocheraient sans cesse, au point de m’étouffer… » (p. 129)

« Ce soir, mon grand-père couche à la maison. Encore assis sur mon lit, il hésite à me quitter pour aller dormir.
- Tu sais, Charl-Ô, j’aurais préféré apprendre que j’ai le cancer plutôt que cette nouvelle épouvantable.
- Dis pas ça, Pépé Rey! Tu sais à quel point je t’aime, toi aussi.
Pour la première fois de la journée, je vois des larmes couler sur ses joues. C’est qu’il est fort, mon grand-père… Tout à coup, ses paroles me viennent en tête : « J’aurais préféré apprendre que j’ai le cancer… »
- Pépé?
- Oui?
- Tu as eu des nouvelles?
Grand-père fais signe que oui de la tête, avec un sourire qui m’arrache le cœur. Je me jette dans ses bras, j’éclate en sanglots et je me fais la promesse d’être aussi fort et bon que lui pour le reste de ma vie. » (p. 130-131)

Référents culturels

  • Mention de Marie-Philip Poulin et Mario Lemieux, joueuse et joueur de hockey canadiens-français.

Pistes d'exploitation

  • Demander aux élèves, regroupés en dyades, d'effectuer dans Internet une recherche sur l'historique du hockey féminin au Canada. Les inviter à présenter leurs trouvailles au groupe-classe sous la forme d'une présentation multimédia.
  • Faire remarquer aux élèves que sur la page couverture de chaque chapitre se trouve l'illustration d'un objet lié à l'histoire (p. ex., chapitre 1 : La casquette portant le numéro 66 représente Mario Lemieux, l'idole de Charl-Ô.) Leur suggérer, réunis en équipes, de nommer l'objet illustré sur la page couverture de chaque chapitre, puis de préciser son lien avec l'histoire. Les inviter à faire part de leurs trouvailles au groupe-classe à l'aide d'un outil organisationnel.
  • Relire en groupe-classe le dernier paragraphe du chapitre 9. Suggérer aux élèves, réunis en équipes, de rédiger un court chapitre relatant la troisième période du dernier match de hockey disputé entre les Rangers et les Cougars, puis de lui donner un titre contenant le mot « trio » Les inviter à lire leur texte devant le groupe-classe.
  • Expliquer aux élèves les règlements d'un match d'impro à l'aide des renseignements fournis sur le site de l'Association franco-ontarienne des ligues d'improvisation étudiantes (AFOLIE). Dresser, en groupe-classe, une liste de scènes tirées du roman (p. ex., au vestiaire, dans le corridor de l'aréna, sur la patinoire, à la salle de quilles) et proposer aux élèves de participer à un match d'impro sur une de ces scènes.

Conseils d'utilisation

  • Avant la lecture, inviter les élèves à visionner la vidéo d'Yvon Brochu présentant le roman À nous deux!, disponible sur le site de l'éditeur.
  • Accorder une attention particulière aux sujets délicats traités dans l'œuvre, notamment le divorce, le décès d'un parent, l'alcoolisme et la violence familiale.
  • Inviter les élèves à visionner dans Internet la vidéo Mario Lemieux - Le Magnifique (1991).
  • Inciter les élèves à lire d'autres romans qui traitent du hockey, tels que La malchance d'Austin et Les mordus de la glace, dont les fiches descriptives se trouvent dans FousDeLire.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 3e à 8e année, Série : Les meilleurs moments, Héros de hockey.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 3e à 6e année, Série : Vraiment Top!, Top 5 sur Maurice Richard.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 6e à 10e année, Série : Méga/Aujourd'hui on improvise, diverses capsules.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 4e à 12e année, Vidéos Vubble, Un grand-papa et son petit-fils : vivre, grandir et vieillir.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca