Recherche



Eva et le miroir magique

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Par un soir d'orage, les membres de la famille Legacy lisent dans le salon de leur maison de campagne, lorsque le toit se met à couler. À la demande de son père, Eva se rend au sous-sol pour chercher un marteau et des clous. Elle regarde dans un miroir qu'elle voit pour la première fois. En se rapprochant de la glace, elle est transportée dans un autre monde où vivent des créatures étranges.

(Adapté de la quatrième de couverture et du site de l'éditeur.)

Contenu

  • Un personnage principal, Eva, fillette aventurière, qui traverse un miroir magique et est transportée dans un monde surnaturel où elle rencontre des créatures extraordinaires.

« Eva avait huit ans, le teint pâle et les yeux noisette.
[…]
Elle remarqua un miroir au cadre gris avec des éclats argentés qu’elle n’avait jamais vu auparavant.
Intriguée, Eva essaya de le toucher mais n’y arriva pas, car son doigt passa au travers de la glace.
Étonnée, elle le retira rapidement et pensa : "Comment est-ce possible? Est-ce un miroir… magique? La seule façon de le savoir, c’est de l’essayer." Eva s’avança vers le miroir… et le traversa! » (p. 4)

  • Personnages secondaires, des créatures d’Ariatax, dont Trilérap, un torichipi ressemblant à un gros chien jaune, qui accompagne Eva dans son aventure, une petite souris verte, qui annonce le danger imminent, le tralacopa, un monstre avec des pouvoirs magiques, et Satéri, un aérotrix, qui transporte Eva sur son dos jusqu’à la montagne où se trouve le tralacopa, ainsi que les membres de la famille d’Eva, qui ont un rôle mineur dans l’histoire.

« Elle rencontra une sorte de chien jaune avec une carapace orangée. Grand comme un éléphant, il semblait très sympathique.
- Bonjour! Qui es-tu? demanda-t-elle à l’étrange créature.
- Je m’appelle Trilérap, et je suis un torichipi. Et toi, qui es-tu?
- Moi, c’est Eva, et je suis une humaine.
- Alors… bienvenue à Ariatax! s’exclama Trilérap. » (p. 8)

 « En route, ils rencontrèrent une souris verte affolée qui courait dans tous les sens en hurlant :
Aaaahhh! C’est une catastrophe! Le monstre! Il va nous manger tout cru!
- Quel monstre? demanda la petite humaine.
- Le pire des monstres : le tralacopa, répondit Trilérap. Le tralacopa est un yéti,
​avec des pouvoirs magiques extrêmement puissants et mystérieux. » (p. 10)

« - Merci Eva, tu viens peut-être de trouver la solution pour atteindre le tralacopa. Justement, j’ai un ami qui s’appelle Satéri. C’est un aérotrix, une espèce qui sait voler. Il habite à environ deux kilomètres d’ici. Je vais l’appeler. Mais attention, tu devras faire cette tâche sans moi, je suis trop gros pour monter sur le dos de Satéri. » (p. 12)

  • Conte fantastique à intrigue simple et captivante, s’organisant autour de l’aventure d’Eva qui se retrouve dans un monde surnaturel où un monstre terrorise les habitants; thèmes aptes à capter l’intérêt du lectorat visé (p. ex., aventure, magie, entraide, compassion).

« Elle se retrouva soudainement sous les feuilles d’un gigantesque buisson violet. Elle fit quelques pas, se retourna, mais le miroir avait disparu.
Eva regarda autour d’elle. Elle était dans un autre monde, mais dans lequel, elle n’en avait pas la moindre idée. » (p. 6)

« - Ah, mais c’est mon vieil ami Trilérap! Comment ça va mon vieux? salua Satéri.
- Pas très bien. Le tralacopa s’est enfui et il se cache dans le Rocher de l’Enca. Il a jeté un sort à la montagne pour se protéger. J’ai un service à te demander. Cette fillette aimerait monter sur ton dos afin de se faire déposer sur la montagne.
[…]
Aussitôt dit, aussitôt fait. Eva chevaucha Satéri et il se mit à voler vers le haut de la bulle. » (p. 14-15)

« Eva se releva et s’approcha encore plus doucement. Elle tendit sa main et flatta la tête du grand tralacopa. » (p. 20)

Présentation

  • Nombreuses illustrations aux couleurs attrayantes, qui occupent généralement pleine page et débordent parfois sur la page adjacente; caricatures révélant les émotions des personnages; éléments visuels (p. ex., petites étoiles, lignes de mouvement) et scènes qui appuient directement la trame narrative, soutenant le lectorat dans la compréhension de l'œuvre.
  • Mise en page aérée; texte de 3 à 23 lignes organisé en courts paragraphes et disposé de façons variées sur la page; caractères d'écriture noirs sur fond blanc ou coloré; taille de police adaptée au lectorat visé; renseignements au sujet de l'auteure sur la quatrième de couverture.
  • Présence d'éléments graphiques (p. ex., tirets, guillemets, points de suspension, caractères gras, italiques, deux-points) facilitant l'interprétation de l'œuvre.
  • Dimensions : 23 cm x 23 cm; couverture souple, papier glacé.

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre; prédominance de mots fréquents et familiers (p. ex., miroir, magique, créature, voler); emploi de mots nouveaux (p. ex., s’assoupit, sablonneuse, cavalière, chevaucha, dissimulé) pouvant être compris à l’aide du contexte et des illustrations; utilisation de mots inventés reliés au monde surnaturel (p. ex., torichipi, tralacopa, aérotrix).
  • Emploi de phrases de base, de phrases transformées et de quelques phrases à construction particulière; phrases généralement longues; utilisation d’une variété de types et de formes de phrases (p. ex., exclamative, interrogative, impérative, négative) favorisant une lecture dynamique.

« - Euh… Trilérap, je suis perdue, pourrais-tu m’accompagner pour que je retourne dans mon monde?
- Mais oui, avec joie! Monte sur mon dos. » (p. 9)

« La montagne ressemblait à un gigantesque gâteau rouge à trois étages. Ils ne pouvaient pas la monter, car quelque chose les en empêchait. » (p. 12)

« Satéri déposa doucement Eva sur la montagne et fit semblant de s’en aller; mais il se cacha derrière un rocher blanc. Il surveillait Eva à la demande de Trilérap. Soudain un cri fort comme le tonnerre se fit entendre. Le tralacopa hurlait. Prudente, Eva s’avança. Satéri la suivait toujours, dissimulé derrière les feuilles et les arbustes. » (p. 16)

  • Divers procédés stylistiques (p. ex., onomatopée, comparaison, personnification, métaphore, répétition, énumération) qui enrichissent le texte et agrémentent la lecture.

« Elle leva la tête et une autre goutte lui tomba sur le front avec un petit "ploc". » (p. 2)

« Le gazon était doux comme les plumes d’un oiseau. Les plantes, gigantesques. Les arbres, avec leur tronc bleu et leur feuillage rouge, touchaient presque les petits nuages. Le ciel semblait être fait d’or et les fruits, d’argent. » (p. 6)

« Une grosse, très grosse bulle invisible l’encerclait. » (p. 12)

« Aussitôt, une bête à corps de mouton, à tête de cheval et aux ailes magnifiques et gracieuses d’un aigle, survola la place et se posa près d’eux. » (p. 14)

  • Prédominance de séquences descriptives, entrecoupées de séquences dialoguées, permettant au lectorat de plonger dans l’univers fantaisiste d’Eva et de comprendre les relations entre les personnages.

« Le soir commençait à tomber sur le monde mystérieux. Eva cueillit six grandes feuilles violettes pour en faire son lit. Malgré son inquiétude, elle s’assoupit en une heure, épuisée par les évènements incroyables qui venaient de se produire. » (p. 6)

« Le cri semblait provenir d’une grotte sombre. Eva prit un bâton, l’enflamma et s’y aventura prudemment. Ce qu’elle vit était le contraire de ce que tous les habitants d’Ariatax disaient à propos de lui : le tralacopa avait peur. Il n’était pas seul, mais entouré de ses proches.
[…]
Eva tenta de se rapprocher du tralacopa mais il lança un sort qui la projeta vers l’arrière, lui blessant le bras. Voyant la jeune fille en détresse, Satéri s’élança sur le yéti.
- Non! Ne l’attaque pas! Il protège sa famille! cria Eva.
Satéri resta immobile dans le noir. Les autres tralacopas sortirent craintivement de leur cachette. Satéri n’en croyait pas ses yeux! » (p. 16-18)

Pistes d'exploitation

  • Demander aux élèves, regroupés en dyades, de concevoir une nouvelle créature d'Ariatax ayant un pouvoir magique et de lui donner un nom. Leur suggérer de rédiger une péripétie qui s'ajoute à l'histoire en y insérant leur créature (p. ex., une créature pouvant marcher sur l'eau, qui aide Eva à traverser un lac), puis de l'illustrer. Les inviter à présenter leur travail au groupe-classe.
  • Poser aux élèves la question suivante : Comment peut-on conclure que Trilérap se préoccupe d'Eva? Leur demander de décrire des gestes d'affection que posent des gens à leur égard (p. ex., les parents qui préparent leurs repas, les amis qui les consolent lorsqu'ils ont de la peine). Les inviter à confectionner une carte de remerciements destinée à une personne qui s'occupe d'eux.
  • Demander aux élèves, regroupés en dyades, d'observer l'illustration de la page 20, puis de rédiger un dialogue qui aurait pu avoir lieu entre Eva et le grand tralacopa, juste avant qu'Eva traverse le miroir. Les inviter à présenter leur dialogue devant le groupe-classe.

Conseils d'utilisation

  • Lire avec les élèves les renseignements au sujet de l'auteure sur la quatrième de couverture.
  • Inciter les élèves à lire d'autres contes merveilleux, tels que La machine à explorer le temps, Le secret de Petit Poilu et Le cœur de la petite fée, dont les fiches descriptives se trouvent dans FousDeLire.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, Maternelle à 4e année, Série : Bookaboo, Papa a peur des monstres avec Robert Paquette.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 1re à 3e année, Série : Les mystères d'Alfred, La baguette magique.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca